fbpx
Research studies

Tourism marketing and promotion of the Algerian artisanal ceramic heritage: Case study of the Djaballah Saïd art ceramic company

 

Prepared by the researcher –  

Pr Karim Belkaci – Professeur en sciences de l’information et de la communication – Université d’alger3

Sana Rouabhia – Ph.D en sciences de l’information et de la communication – Université d’alger3

Democratic Arab Center

Journal of Media Studies : Thirteenth Issue – November 2020

A Periodical International Journal published by the “Democratic Arab Center” Germany – Berlin. The journal deals with the field of Afro-Asian strategic, political and economic studies

Nationales ISSN-Zentrum für Deutschland
ISSN  2512-3203
Journal of Media Studies
 :To download the pdf version of the research papers, please visit the following link

Résumé 

    Le marketing touristique est de nos jours une démarche incontournable de chaque produit touristique quant au positionnement sur la carte de l’échiquier touristique. La question qui se pose est : Par quelle stratégie, valoriser le patrimoine touristique en faveur d’un développement territorial constitue une question propre ? Les PE doivent faire recours à l’utilisation de marketing pour attirer l’attention du consommateur et stimuler leur développement départemental. Le produit de la céramique artisanal, avec sa capacité de valoriser le patrimoine touristique, représente une source de différenciation et de positionnement dans la mise en marché des territoires touristiques. L’intérêt de cet article consiste à étudier l’importance de marketing touristique par la PE dans la promotion du patrimoine de la céramique artisanale pour un développement territorial.

Abstract

     Tourism marketing is becoming an essential approach for each tourism product in terms of positioning on the map of the tourism board. The question is by which strategy, promoting the tourist heritage in favor of territorial development?. The S C should resort to the use of marketing to attract consumers attention and stimulate their departmental development. The product of artisanal ceramics, with its capacity to enhance the tourist heritage, represents a source of differentiation and positioning in the marketing of tourist areas. The interest of this article is to study the importance of tourism marketing by S C in promoting the heritage of artisanal ceramics for territorial develop.

  1. Introduction :

     la céramique artisanale est définitivement ouverte à l’universalité par sa vocation géographique à géométrie variable, la proximité de l’Europe, de l’Afrique noire et de l’Orient donnant à cette nation des spécificités qui nous proposent ainsi une grande randonnée colorée, chatoyante et bigarrée, irrésistible à plus d’un titre.

     L’histoire de ce patrimoine séculaire reste inénarrable car cela reste plus que jamais une histoire meublée de sensations impossibles à transcrire. Donc la céramique algérienne est une forme plus affinée et artistique de la poterie rurale. Marqué par les influences phénicienne et romaine, cet art fleurira surtout à l’époque musulmane, avec la Kalaa des Beni Hammad, ancienne capitale des Hammadites. Les Musulmans rentrés d’Espagne ne manqueront pas d’apporter des touches significatives à cette forme d’artisanat.

      La céramique artisanale algérienne dans son aspect touristique peut être définie comme un patrimoine immatériel commercialisé qui traduit des spécificités culturelles, dans ce début du troisième millénaire caractérisé par les crises et les ruptures, il est difficile pour la PE algérienne de la céramique artisanale notamment de savoir qui est le consommateur ciblé, et de déterminer sa démarche de marketing. Donc les défis de PE de la céramique artisanale sont de mettre en évidence les éléments à valoriser auprès des cibles touristiques et d’arriver à coordonner un secteur, souvent très atomisé, autour d’offres concrètes qui permettent de matérialiser l’offre touristique (objet artisanal) et de le rendre plus facile à « consommer ».[1] A partir de ce constat, cette recherche essaye de proposer des idées innovantes pouvant être appliquées au marketing touristique dans le but de valoriser la performance des enseignes touristiques, notamment algériennes.

    En réponse à ce qui précède notre intervention vise à répondre à la question cruciale suivante : Quel est l’ampleur de l’utilisation du marketing touristique par l’entreprise céramique d’art Djaballah Saïd afin de promouvoir le patrimoine de la céramique artisanale pour un développement territorial ? 

  1. Méthodologie et outils de la recherche :

     L’étude de cas de cette recherche est l’entreprise céramique d’art Djaballah Said qui va t’être étudié profondément parmi d’autres cas (PE de la céramique artisanale).

     L’étude sera focalisée sur la perception et l’expérience de l’entreprise céramique d’art Djaballah Said, afin de collecter des informations pour cerner et bien comprendre l’ampleur de l’utilisation du marketing touristique par l’entreprise étudié pour promouvoir le patrimoine de la céramique artisanale et de développer un territoire touristique.

   Cette recherche qualitative va s’appuyer sur un entretien semi-directif réalisé auprès du responsable de l’entreprise céramique d’art Monsieur Said Djaballah. Ainsi qu’un entretien directif adressé à quelques représentants de cette PE. Cet entretien contient trois axes structurés en rapport avec la problématique qui sont :

1) La stratégie de marketing touristique appliquée par l’entreprise de la céramique d’art.

 2) la stratégie du marketing touristique et la valorisation du patrimoine de la céramique artisanal.

 3) Les contraintes et les perspectives d’un développement territorial touristique.

  1. Domain de la recherche :

      L’étude de cas exige de choisir le cas pertinent à l’objet de la recherche dans ses qualités (représentativité et la richesse des donnés) ainsi que sur la faculté des participants de diversifier les informations recueillies et d’aider à circonscrire une réalité méconnue. A cet effet, les individus interrogés par l’utile d’un entretien directif seront les suivants :[2]

1- le directeur gérant de l’entreprise céramique d’art monsieur Said Djaballah on utilisant l’entretien semi directif.

2- les responsables de la conception, la production, la commercialisation, et des relations avec le client à travers un entretien directif.

  1. L’approche théorique qualitative :

        L’étude d’utilisation de marketing touristique est utilisée, par les entreprises de la céramique artisanale, en tant qu’une entité sociale (PE), afin de promouvoir ce patrimoine territorial algérien dans ca diversité culturel au sein de la cible touristique (résidants/ étrangers) pour aménager un territoire touristique plus saillant et consommable.

      Par conséquence, cet objet de recherche nous demande de s’appuyer sur l’approche qualitative qui occupe une place importante dans la recherche de domaine du marketing touristique. A cet égard les méthodes qualitatives sont utilisées pour comprendre le comportement des gens et comment ils perçoivent et interprètent une situation réelle en leur demandant de s’exprimer abondamment sur elle.[3] Ainsi, l’approche qualitative s’intéresse à des cas et à des échantillons restreints est étudié profondément.

  1. La définition des Concepts :

5.1 Concepts du marketing touristique et du patrimoine artisanal d’art d’un territoire

      Le marketing touristique est relativement récent, mais le sujet est devenu l’un des plus populaires dans la littérature de recherche en tourisme. Christine Petr le défini comme un processus appliqué par les acteurs du tourisme pour mettre le consommateur au cœur de leur réflexion et de leur métier par les étapes suivantes : analyse de marché (attentes des clients), repère des cibles (segmentation et personnalisé), et le Mix marketing stratégique (la politique des 4p.[4]

       Par contre le chercheur suisse du tourisme Jost Krippendorf rajoute que le marketing touristique: << est une adaptation systématique et coordonnée de la politique d’entreprises touristique, ainsi que de la politique touristique privée et de l’Etat, sur le plan local, régional, national et international, a une satisfaction optimale des besoins de certains groupes déterminés de consommateurs, tout en obtenant un profit approprié>>.[5]

     On déduit sur le plan conceptuel que Le marketing touristique a été défini de différentes façons par les chercheurs, mais par ailleurs on peut récapituler la définition suivante : le marketing touristique est un processus de gestion qui consiste à anticiper et à satisfaire les exigences actuelles et potentielles des clients (visiteurs, touriste résidant ou étranger) en terme de vendre et promouvoir un produit artisanal d’art comme patrimoine immatériel.

    Tandis que  le patrimoine artisanal d’art est défini selon L’arrêté français du 24 décembre 2015 comme quatrième secteur   « relèvent des métiers d’art, […] les personnes physiques ainsi que les dirigeants sociaux des personnes morales qui exercent, à titre principal ou secondaire, une activité indépendante de production, de création, de transformation ou de reconstitution, de réparation et de restauration du patrimoine, caractérisée par la maîtrise de gestes et de techniques en vue du travail de la matière et nécessitant un apport artistique. Une section spécifique aux métiers d’art est créée au sein du répertoire des métiers. »[6]     Dans cette étude le patrimoine artisanal d’art signifie tout produits de la céramique d’art qui reposent sur des savoir-faire riches et des techniques qui permettent de transformer des matériaux bruts d’argile en objet d’exception qui porte des motifs décoratifs qui revoit sur notre patrimoine identitaire (arabesque- berbère- tassili- paysage de monument d’Algérie..Etc.).

5.2 Le développement territorial à partir d’un secteur touristique du patrimoine artisanal

      Le patrimoine artisanal comme métier d’art fait partie des composantes essentielles de l’attractivité touristique des territoires. Quelques initiatives à l’échelle locale, départementale ou même régionale voient le jour afin de mettre en avant les savoir-faire de ces métiers en général et la céramique d’art en particulier. Elles prennent la forme de routes ou de circuits, de musées ou de ateliers des métiers, de labels ou encore d’actions de promotion avec la présence sur des salons d’exposition.[7] En effet, la valorisation touristique de la céramique artisanal a pu permettre à la population locale d’Alger et les touristes étrangers de redécouvrir un patrimoine dans sa diversité nationale (berbères/amazighTassili peinture rupestre – paysage des monuments et villes antiques d’Alger – portrait de personnages marquant l’histoire d’Alger) et des traditions typiquement algériennes anciennes parfois oubliées. Elle pourra par la suite rayonner dans un périmètre plus large.

    Cette valorisation d’un territoire départemental touristique est due  à l’aménagement de plusieurs panneaux et fresques en céramique artisanal qui orne la façade des villes d’est Alger «Ain Allah-El Achour- Draria », et parmi eux on trouvent en style relief floral dans le panneau (La ville El Achour vous souhaitez les bienvenue), et style portrait et paysage dans un grand tableau situé aux arrêts de bus Ain Allah portraiturer (l’émir Abdelkader- deux écoliers- femme avec tenu traditionnel kabyle).

    Ce développement d’un département touristique sur Alger a été concrétisé par la contribution des CAM d’Alger et L’ANART de Sidi Fredj, qui ont propagés une connaissance auprès des visiteurs aux expositions organisées à l’intérieur du pays et à l’étranger, et créer un trafic touristique par la suite. Ce qui a été évoqué d’un côté par un client citoyen dans le point de vente de l’entreprise Céramique d’art Djaballah qui était très satisfait et fidèle à ce patrimoine grâce à la prise de conscience tenant par la présence permanente de cette PE[8], et dans un autre coté par les visites régulière des représentants des ambassades étrangères sur Alger ainsi que les touristes.

  1. Résultat de l’étude :

6.1 Rôle de l’entreprise céramique d’art Said Djaballah dans le développement d’un territoire départemental touristique.

6.1.1 Présentation de l’entreprise céramique d’art Said Djaballah

     L’entreprise céramique d’art Djaballah en caractère d’ateliers a été créé en 1996 à la ville de Draria sur Alger centre, par le maitre artisan Saïd Djaballah comme céramiste et calligraphe connu pour ses œuvres mettant en relief l’authenticité de la société algérienne.

     Cette PE contient trois ateliers de fabrication de différents objets en céramique comme carreaux, fresque, frises, poterie, tableaux… etc. Et un atelier de cadrage ainsi que trois points de vente sur les villes Draria, Daly Ibrahim, et Tikesraine. Dans l’objectif de former de nombreux jeunes dans l’art de la décoration musulmane notamment la céramique, et de transmettre cet art au plus grand nombre de jeunes pour garantir sa pérennité. [9]

    La diversité des techniques utilisées dans la fabrication des objets en céramique d’une part comme l’arabesque en relief, tassili, berbère, et paysage et d’autre part les différents supports de fabrication comme l’argile, faïences, toile et le cuivre a créé un avantage compétitif a cette PE de Saïd Djaballah.

    L’entreprise Saïd Djaballah a eu l’opportunité durant son expérience d’environ 23 ans, de se retrouver face à des responsabilités allant de la conception des bâtiments à la préparation des motifs pour l’intérieur des bâtiments et L’aménagement des espaces extérieurs.[10]  Cette PE en caractère d’atelier assure une communication avec son public à travers plusieurs supports traditionnels comme l’appel téléphonique et fax (+213 21 36 16 70) et les visites des ateliers par les clients, les représentants des ambassades étrangers, et les associations, ainsi que les écoliers. Et par des supports modernes comme le site internet (www.atelier-djaballah.com), Email (contact@atelier-djaballah.com) et une page sur les réseaux sociaux notamment le Facebook. Tout Ça a contribué à la construction d’une forte notoriété sur le territoire national.

6.1.2 La démarche de l’entreprise céramique d’art dans la valorisation d’un territoire départemental touristique :

          L’expérience acquise par le gérant de l’entreprise de céramique d’art monsieur « Saïd Djaballah » à l’intérieur du pays comme artisan dans plusieurs ateliers privés et associations de même que « l’association des artisans ayadi » et les Cams D’Alger ainsi que L’anart.  Semblablement à l’extérieur du pays comme à Dubaï, Emirats Arabes Unis pendant 11 mois à fait preuve en réalisant des projets innombrables de mosquées et d’autre espaces publics.[11] Ce parcours a été en faveur de ses propres ateliers, ce qui lui a permis de concevoir un planning d’une stratégie pérennante à promouvoir le patrimoine de la céramique artisanale entant qu’un secteur touristique.

     Cette stratégie de marketing touristique qui se base sur les techniques des relations public, et en particulier les salons et les expositions organisés par l’ANART ou la CAM d’Alger, tantôts nationaux qui se focalisent sur les citoyens algériens en tant que touristes résidants qui se permettent à se rapprocher de leur patrimoine identitaire et d’absorption des valeurs symboliques de nostalgie de leurs villes mythique et des personnages gandins. Et tantôts internationaux à l’étranger en visant de créer une prise de conscience concernant ce patrimoine artisanal de la céramique surtout  chez les consommateurs des sociétés étrangers et par suite de faire véhiculer une image identitaire du patrimoine algérien immatériel dans sa diversité géoculturel.

6.2   L’utilisation du marketing touristique par l’entreprise céramique d’art Djaballah Said afin de promouvoir le patrimoine pour un département touristique

6.2.1 La stratégie du marketing touristique appliquée par l’entreprise de la céramique d’art.

     La détermination de la stratégie marketing touristique par les PE n’est pas, comme on pourrait être tenté de le croire, une opération faite directement à partir des sondages, études d’image, étude publicitaire…Etc. Elle prend comme point de départ une connaissance scientifique de la cible, de sa structure, de ses motivations, de ses attitudes, etc.,[12] En fait, pour arriver à la stratégie marketing on doit d’abord déterminer l’hypothèse du marché qui vise sur l’étude du comportement du consommateur à travers trois grand critères de segmentation :

– les catégories de produits artisanaux ;

– les catégories socioprofessionnelles ;

– le comportement à l’égard de produit artisanal, ce troisième critère a été adapté d’une façon traditionnelle arbitraire par l’entreprise « céramique d’art Saïd Djaballah » en vue de l’absence de techniques scientifiques comme panels de distributeurs ou consommateurs, études en souscription, Focus groups, études d’image, système d’information marketing, etc. En revanche, l’entreprise base sur l’intuitif comme l’expérience de vente et selon les occasions ( ramadan, fêtes, cadeaux de fin d’année. etc.).[13] et d’après le gérant des ateliers de la céramique d’art l’étude du comportement du consommateur n’aboutira pas à grand-chose car quand un client vient chez nous dit monsieur « Saïd Djaballah », on écoute ses demandes et parfois on lui donne des conseils. Donc certains clients ont un gout artistique et beaucoup d’autres ne distinguent pas entre les différents types et variétés des produits à cause d’une manque de culture artistique, et là c’est le rôle de la responsable des ventes de leurs expliquer.

     En conséquence, l’hypothèse de marché amène à pressentir l’intérêt et l’avenir des segments de marché et de prévoir l’évolution des besoins de consommateurs et les moteurs de cette évolution.[14] ce qui veut dire que les facteurs stimulés qui peuvent influencer le comportement du consommateur comme  type de produit, attitude et degré d’implication du consommateur, situation d’achat, groupes d’influence et leaders d’opinion, effet de mode…), le plus souvent variables d’un individu à l’autre. Dans ce sens l’entreprise « céramique d’art Saïd Djaballah » à identifier deux facteurs prédominants qui impactent le comportement de leur consommateur qui sont les capacités financières et les gouts artistiques (couleurs, décorations, etc.). [15]

L’appréhension du marché est une étape indispensable pour élaborer une stratégie marketing, cette étape se fait après avoir déterminer les objectifs que l’entreprise veut atteindre, et les grands axes qu’elle veut suivre sur le marché, en termes de clientèle. Et cette appréhension s’articule autour de trois axes : la segmentation, le ciblage, et le positionnement. Mais en vue de notre entretien auprès de personnes interviewées PE «céramique d’art Saïd Djaballah » focalise uniquement sur le positionnement du produit. Dans ce contexte le responsable de la conception affirme que pour appréhender le marché, ils se basent sur la qualité de la matière première qui est un facteur important, notamment que leurs produits sont distingués par la création qui est un mélange entre le traditionnel et le moderne.[16]  Cette démarche incomplète est due à l’absence d’une identité touristique de cette PE, qui n’a même pas défini un logo spécifique, afin de concevoir un nom authentique et prestigieux, ce nom qui peut finir par sonner à l’oreille des consommateurs, puis briller à leurs yeux.

    Ce logotype est la marque à reproduire sous forme de pictogramme, de sigles, ou d’idéogrammes pour vocation d’être déclinée, diffusée et mémorisée le plus longtemps possible. [17]

     Apres avoir appréhendé le marché de la céramique artisanal par la PE « céramique d’art Saïd Djaballah », la plus part des interviewés approuvent d’avoir adaptés les différents éléments du Mix marketing touristique. ces éléments sont :

  1. Politique de produit : c’est le plus important il est distingué par la création, les motifs décoratif, l’emballage…etc. Ainsi que la politique de gestion du support physique comme la qualité de la matière première et les couleurs. Ces produits sont distingués par leur création qui est un mélange entre le traditionnel et le moderne, ainsi que une innovation originale.[18]
  2. politique de prix : la fixation des prix se fait selon la matière première (prix et qualité) et aussi selon la durée de la fabrication.[19] Par contre le responsable de la conception et de la décoration affirme que les prix sont alignés à cause du prix de la matière première importé. Mais cette méthode ne repose sur aucun raisonnement valable : les produits ne sont pas les même, le marketing mix de chacun repose sur un élément plutôt que sur un autre, etc.
  3. politique de la distribution et du personnel : la distribution des produits sur le territoire national se fait d’une façon traditionnelle (transport marchandise, taxi, et sur les points de vente). Par contre à l’échelle internationale, la distribution base sur les expositions à l’étranger et les voyages comme canaux de vente. Dans un autre contexte la politique du personnel se focalise sur un mixte entre les artisans et les apprentis.[20]
  4. politique de la communication et mix promotion : l’entreprise de la céramique d’art se base sur le bon contact et le bon accueil avec les clients à travers les portes ouverte des ateliers au grand public notamment les associations des écoliers, les clients citoyens et touristes étrangers. Et aussi l’accueil dans les points de vente (Draria, Tixeraïne, Daly Ibrahim) en utilisant les relations publiques auprès du client en vue de l’informer, de gagner sa sympathie ou de l’inciter à diffuser à son tour les informations qui lui ont étés présentées.[21]

     Et pour le mix promotion, la PE mène des opérations personnelles comme la promotion des ventes par une stratégie push (pousser) dans le but de pousser les objets de la céramique vers le consommateur et par l’essaie d’échantillonnage comme ça été fait dans un évènement d’exposition aux états unis.[22]

      Le tourisme de la céramique artisanal attire aussi bien des touristes individuels, que des groupes, ainsi que des visiteurs étrangers sont majoritairement européens et américains, surtout après 1999 ou l’Algérie a connu le retour de la stabilité et de la sécurité comme la gérante de l’entreprise de la céramique d’art Mme Djaballah Nadjet l’affirme : « les touristes étrangers viennent pour découvrir les objets de la céramique artisanale dans une démarche culturelle ou de loisir. Et ce qu’intéressent tous les publics locaux après leur découverte de leur patrimoine artisanal à l’étranger notamment à la Turquie et la Tunisie dans les derniers temps, ou le voyage devient un droit acquis aux citoyens algériens. »[23] En effet, pour la spécificité de produit artisanal en tant que chef-d’œuvre, le mix promotion se contente de quelques actions de la promotion de vente et les relations publics sans s’étaler sur d’autres actions comme la publicité à travers les grands médias.

 6.2.2 La stratégie du marketing touristique et la valorisation du patrimoine de la céramique artisanal.

     Aujourd’hui, le touriste est à la recherche des lieux, des visites et des évènements qui vont lui faire vivre des expériences authentiques.

     L’authenticité culturelle est sans doute l’un des principaux facteurs d’attractivité de la plupart des destinations touristiques. Les estimations de l’Organisation mondiale du tourisme en 2007 indiquent que le tourisme culturel représente à lui seul 40 % du tourisme international. Cette importance du patrimoine dans la construction de l’excellence d’une destination touristique réside dans le fait qu’il constitue pour le touriste un univers « autre » et « authentique».[24]

      Selon une touriste américaine qu’on a rencontré au point de vente Draria, les produits qui représentent le patrimoine touristique aux états unis sont rares et ne sont pas authentiques (fabriqué en chine). (Entretien réalisé avec Nancy.B touriste américaine).

     Ces pratiques se retrouvent notamment dans les démarches de développement durable. Cependant, certaines questions sont soulevées par cette recherche de coutumes locales. En effet, les acteurs touristiques, ou même la population locale, ont tendance à mettre en scène cette authenticité afin de montrer aux touristes ce qu’ils viennent chercher, même si la réalité est toute autre.

      Dans cette approche la PE de la céramique d’art Djaballah Saïd a établi une stratégie de marketing touristique pour promouvoir la céramique artisanal en tant que patrimoine dans sa diversité identitaire algérienne sur deux actions qui sont la communication personnelle en vue de relation direct avec les clients qui rendent visite aux ateliers et points de vente. et sur les relations publiques en terme d’expositions et des voyage à l’étranger à la tutelle de l’ANART et les CAM d’Alger.[25]

     Ces actions de communication marketing ont pu vulgariser d’après les interviewés une connaissance et une prise de conscience à ce patrimoine immatériel auprès des clients algériens à 50% et pour les touristes étrangers à 100% en faveur de leurs culture touristique riche et inhérente.

6.2.3 Les contraintes et les perspectives d’un développement territorial touristique.

      Il est évidant pour que le tourisme soit facteur de développement sur un territoire, il faut que la mise en tourisme des lieux s’apparente à un processus de valorisation qui fait largement appel aux outils des politiques entrepreneuriales et de développement territorial.

    Il s’agit alors pour les acteurs (privés, publics ou mixtes) d’un territoire donné – par un processus d’aménagement et de planification territoriale – de mettre en lumière et d’identifier des ressources socioculturelles et environnementales, de faciliter les accès et de les rendre intelligibles pour les visiteurs, dans le but d’augmenter leur valeur d’usage tout en veillant à leur préservation.[26]

      Dans cette optique, l’entreprise de la céramique d’art cible un territoire départemental dont trois communes d’Alger ouest localisés dans la commune de Draria, Tikasraine, El Achour, et Dely Brahim. Mais elle n’a pas pu contribuer dans l’aménagement d’un territoire touristique algérien en raison des contraintes financières vis-à-vis la crise économique et le manque de budget.[27]

   Par conséquence, les attentes de l’entreprise en termes de responsabilité sociale vis-à-vis l’économie du pays et la société d’un territoire sont :

  • Avoir des représentants au territoire national ;
  • Promouvoir le patrimoine artisanal et préserver des métiers qui sont en voie de disparition ;
  • La disponibilité de la matière première locale ;
  • collaborer avec des professeurs retraités des beaux-arts pour élaborer des projets.

Conclusion 

     La portée de cette étude réside dans le fait de s’interroger, sur quelle ampleur la PE Djaballah Saïd utilise le marketing touristique dans la valorisation de la céramique artisanale en tant que patrimoine et dans son impact de développement sur un territoire.

     L’analyse de l’approche qualitative nous amène à affirmer que d’après les indicateurs usés en fonction de mesurer l’application de la démarche marketing par la PE céramique d’art Djaballah Saïd été partielle dans l’objective de valoriser le patrimoine de la céramique qui a conduit à la création d’un territoire départemental touristique sur Alger ouest (Draria, El Achour, Daly Ibrahim).

    Les entretiens directifs et semi directifs ont dévoilés que la stratégie marketing appliquée par la PE est basée sur :

– l’étude du comportement du consommateur à travers le critère de segmentation du comportement à l’égard de produit artisanal.

– les facteurs prédominants qui impactent le comportement du consommateur sont les capacités financières et les gouts artistiques (couleurs, décorations, etc.).

–  les techniques des relations publiques, sont en particulier les salons et les expositions organisés par l’ANART ou la CAM d’Alger.

– L’appréhension du marché se focalise seulement sur le positionnement du produit, sans estimer la segmentation et le ciblage.

–   l’absence d’une identité touristique de cette PE, qui n’a même pas défini un logo spécifique, afin de concevoir un nom authentique et prestigieux.

– une attention intégrale au mix marketing (4p) ce qui a conduit que le tourisme de la céramique artisanale attire aussi bien des touristes individuels, que des groupes, et des visiteurs étrangers majoritairement européens et américains.

– L’authenticité culturelle de la céramique artisanale est un facteur d’attractivité de la destination touristiques départemental PE Djaballah Said.

– la communication marketing a pu vulgariser une connaissance et une prise de conscience à ce patrimoine immatériel auprès des clients algériens à 50% et pour les touristes étrangers à 100%.

– La PE n’a pas pu contribuer dans l’aménagement d’un territoire touristique algérien en raison des contrainte financiers vis-à-vis  la crise économique et le manque de budget.

– l’attente de l’entreprise en termes de responsabilité sociale vis-à-vis l’économie du pays et la société d’un territoire sera concrétisé à condition de la subvention de l’état.

Liste de Références bibliographiques

  1. B, Nancy. (29/8/2019). Entretien réalisé avec touriste américaine. Dans le point de vente à Draria.
  2. Djaballah, Mohamed. (29/08/2019). Entretien réalisé avec Artisan, Dans l’atelier situé à Draria.
  3. DJABALLAH, SAID. -Artisan – Atelier| djaballah Céramique (s.d.) en ligne atelier-djaballah.com
  4. Djaballah, Saïd. (27.08.2019 à 10h30). Entretien réalisé avec Propriétaire et Gérant dans son PE situé à Draria.
  5. Djaballah, Hani. (29/8/2019). Entretien réalisé avec Responsable de conception et de la décoration. Dans le point de vente à Draria.
  6. Djaballah, Nadjet. (29/8/2019 à 12h30). Entretien réalisé avec la Gérante, dans son bureau de PE situé à Draria.
  7. Fabre, Bérengère. (2016-2017). La valorisation touristique de l’artisanat local (mémoire de master1, Université Toulouse, jean jaures). En Ligne : isthia.fr › core› modules.
  8. Giroux, sylvain, Tremblay, Ginette. (2002). Méthodologie des Ciences Humaines, La recherche en action, (2em Ed), canada : renouveau pédagogique.
  9. Jacques, HAMEL. (1997). Étude de cas et sciences sociales, Paris : L’Harmattan.
  10. Joannis, Henri, de Barnier, Virginie. (2005). De la stratégie marketing à la création publicitaire, (2e Ed), paris : Dunod.
  11. Lanquar Robert, Hollier Robert. (2002). Le marketing touristique, que sais –je ?. paris : Presse Universitaire de France.
  12. Mebrouki, Farid. (29/8/2019). Entretien réalisé avec Dans l’atelier situé à Draria.
  13. Melchisedek, Chétima. Tourisme et mise en scène du patrimoine culturel dans les monts Mandara du Cameroun. [en ligne]. Disponible sur http://www.erudit.org> journals> teoros> 2011-v30-nl-teoros0258/. (Consulté le 10.09.2019 à 16h02).
  14. Nassim, (08/2019 à 13h15). Entretien réalisé avec client dans le point de vente Draria.
  15. Petiteau, Natalie. Développement territorial et tourisme une approche par la valorisation touristique. [en ligne]. Disponible sur http://calenda.org>…/. (consulté le 10.09.2019 à 21H00).
  16. Petr, Christine. (2015). Le marketing touristique, (2e Ed), Pais : Dunod.
  17. Séror, Georges. (2016). Aide-mémoire communication. Paris : dunod.

Les Annexes

1er Annexe :

Le guide d’entretien semi directif centré destiné au chef de l’entreprise

Céramique d’art Mr Said Djaballah.

«Le marketing touristique et la valorisation du patrimoine de la céramique artisanale algérienne »

Nom et prénom de l’interviewé : ……………/ Date de l’interview :…………..

L’heure de l’interview :……………/ lieu de l’interview :………………………

Les questions de l’interview :

  1. Est ce que vous pouvez nous donner une petite présentation de votre entreprise concernant son historique et ses objectives ?
  2. Quels sont les diplômes que vous avez acquis ?
  3. Pourquoi vous avez choisi ce domaine de la céramique artisanale ? Et en particulier, est ce que vous aviez une expérience dans ce domaine ?
  4. Quelle est votre démarche pour promouvoir le patrimoine de la céramique artisanale en tant qu’un secteur touristique ?
  5. Quels sont les contraintes et les perspectives de votre entreprise ?

2er Annexe :

Le guide d’entretien directif auprès des employés de l’entreprise céramique d’art Said Djaballah.

«Le marketing touristique et la valorisation du patrimoine de la céramique artisanale algérienne »

Nom et prénom de l’interviewé : ……………/ Fonction hiérarchique :…………

Date de l’interview :…………..

L’heure de l’interview :……………/ lieu de l’interview :………………………

Les questions de l’interview :

1er Axe : La stratégie du marketing touristique appliquée par l’entreprise de la céramique d’art.

  1. Est-ce que vous étudiez le comportement du consommateur avant de lancer vos produits de la céramique artisanale ?

     Oui                               Non

Dans les deux cas, a votre avis quels sont les facteurs influencent sur le comportement du consommateur ?

  1. Quel est la méthode que vous utilisez afin de bien appréhender votre marché ?
  2. parmi les éléments suivants quels sont les plus adaptés dans votre marketing :

Produit                    prix                         distribution

Personnel                 communication                 promotion

  • Expliquez-nous comment ?

 2eme Axe : la stratégie du marketing touristique et la valorisation du patrimoine de la céramique artisanal.

  1. Quels sont vos actions de marketing adoptées visant de promouvoir la céramique artisanale en tant que patrimoine ?
  2. Est-ce que ces actions ont vulgarisés une connaissance et une prise de conscience à ce patrimoine immatériel auprès des clients résidants et étrangers ? Dans quel degré ?

3eme Axe : Les contraintes et les perspectives d’un développement territorial touristique.

  1. Pouvez-vous nous préciser le territoire défini et ciblé par votre entreprise parmi les suivant ?

Capital d’Alger             coté régional                territoire national

  1. Est-ce que votre entreprise contribue dans l’aménagement d’un territoire touristique algérien ?

  Oui               Non

  • Si c’est « Oui » Expliquez-nous comment ?
  • On cas de « Non » quels les obstacles qui vous retient ?
  1. Quels sont vos attentes de la responsabilité sociale de votre entreprise vis-à-vis l’économie de pays et la société d’un territoire ?

[1] Petr, Christine. Le marketing touristique, Dunod, Pais , 2015, (2e Ed),p29.

[2] Jacques, HAMEL. Étude de cas et sciences sociales, L’Harmattan, Paris,(1997), p103.

[3] Giroux, sylvain, Tremblay, Ginette. Méthodologie des Sciences Humaines, La recherche en action, renouveau pédagogique, canada. 2002,2em Ed, p23.

[4] Petr, Christine. Le marketing touristique, Dunod. Paris. (2015). 2e Ed, p8.

[5] Lanquar Robert, Hollier Robert. Le marketing touristique, que sais –je ? Presse Universitaire de France. paris :. 2002, p9.

[6] Fabre, Bérengère. La valorisation touristique de l’artisanat local (mémoire de master1, Université Toulouse, jean jaures. En Ligne : www.isthia.fr › core› modules. 2016-2017.p16.

[7] IBID, P18.

[8] n. Nassim, Entretien réalisé avec client dans le point de vente Draria. Alger. Le 08/2019 à 13h15).

[9] DJABALLAH, SAID. -Artisan – Atelier| djaballah Céramique (s.d.) en ligne www.atelier-djaballah.com.

[10] Djaballah, Saïd. Entretien réalisé avec Propriétaire et Gérant dans son PE situé à Draria. Alger. Le 27.08.2019 à 10h30.

[11] Djaballah. Saïd. Entretien réalisé avec Propriétaire et Gérant dans son PE situé à Draria. Alger. Le 28.08.2019 à 10h30.

[12] Joannis, Henri, de Barnier, Virginie. De la stratégie marketing à la création publicitaire, Dunod, paris. 2005. 2e Ed. p10.

[13] Mebrouki, Farid. Entretien réalisé avec Artisan. Dans l’atelier situé à Draria. Alger. Le 29/8/2019.

[14] Joannis et Barnier, Opcite, p15.

[15] Djaballah, Nadjet. Entretien réalisé avec la Gérante, dans son bureau de PE situé à Draria. Alger. Le 29/8/2019 à 12h30.

[16] Djaballah, Hani. Entretien réalisé avec Responsable de conception et de la décoration. Dans le point de vente à Draria. Alger. Le 29/8/2019.

[17] Séror, Georges. Aide-mémoire communication. Dunod. Paris. 2016. p40.

[18] Djaballah, Hani. Entretien réalisé avec Responsable de conception et de la décoration. Dans le point de vente à Draria. Alger. Le 29/8/2019.

[19] Djaballah, Saïd. Entretien réalisé avec Propriétaire et Gérant dans son PE situé à Draria. Alger. Le 27.08.2019 à 10h30.)

[20] Djaballah, Mohamed. Entretien réalisé avec Artisan, Dans l’atelier situé à Draria. Alger. Le 29/08/2019.

[21] Djaballah, Nadjet. Entretien réalisé avec la Gérante, dans son bureau de PE situé à Draria. Alger. Le 29/8/2019 à 12h30.

[22] Djaballah. Saïd. Entretien réalisé avec Propriétaire et Gérant dans son PE situé à Draria. Alger. Le 28.08.2019 à 10h30.

[23] Djaballah, Nadjet. Entretien réalisé avec la Gérante, dans son bureau de PE situé à Draria. Alger. Le 29/8/2019 à 12h30.

[24] Melchisedek, Chétima. Tourisme et mise en scène du patrimoine culturel dans les monts Mandara du Cameroun. [en ligne]. Disponible sur http://www.erudit.org> journals> teoros> 2011-v30-nl-teoros0258/. (Consulté le 10.09.2019 à 16h02).p45.

[25] Mebrouki, Farid. Entretien réalisé avec Artisan. Dans l’atelier situé à Draria. Alger. Le 29/8/2019.

[26] Petiteau, Natalie. Développement territorial et tourisme une approche par la valorisation touristique. [en ligne]. Disponible sur http://calenda.org>…/. (consulté le 10.09.2019 à 21H00).

[27] Djaballah. Saïd. Entretien réalisé avec Propriétaire et Gérant dans son PE situé à Draria. Alger. Le 28.08.2019 à 10h30.

المركز الديمقراطى العربى

المركز الديمقراطي العربي مؤسسة مستقلة تعمل فى اطار البحث العلمى والتحليلى فى القضايا الاستراتيجية والسياسية والاقتصادية، ويهدف بشكل اساسى الى دراسة القضايا العربية وانماط التفاعل بين الدول العربية حكومات وشعوبا ومنظمات غير حكومية.

مقالات ذات صلة

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

زر الذهاب إلى الأعلى