Research studies

Repenser la conception architecturale des espaces intérieurs : la technologie fait partie intégrante du design

Rethinking the architectural design of interior spaces: technology is an integral part of design

 

Prepared by the researcher :  Malek NOURI – Docteur en Sciences et Technologies du Design, spécialité Design d’Espace. Ecole Supérieure Des Sciences et Technologies du Design, Université de la Manouba, Tunis (Tunisie).

Democratic Arab Center

Journal of cultural linguistic and artistic studies : Twenty-sixth Issue – December 2022

A Periodical International Journal published by the “Democratic Arab Center” Germany – Berlin.

Nationales ISSN-Zentrum für Deutschland
 ISSN  2625-8943

Journal of cultural linguistic and artistic studies

Résumé

Le bâtiment est notre principal cadre de vie, nous y passons la majeure partie de notre vie. Bien que les interactions entre l’homme et le bâtiment aient un impact substantiel sur la conception architecturale, il n’existe pas de cadre global pour aborder les bâtiments en tant que facilitateurs de ces interactions et en tant qu’interface entre les utilisateurs et l’environnement. Il est souhaitable d’intégrer les principes de la technologie dans les premières étapes du processus de conception architecturale. L’objectif de ce travail est d’esquisser une approche globale de la conception architecturale assistée par la technologie qui traite les interactions entre les humains, les bâtiments et leur environnement. On ne peut que se demander comment la technologie peut être utilisée dans les espaces intérieurs comme une partie intégrante de la conception ? Comment penser l’intersection entre design, bien-être, technologie et innovation dans nos espaces de vie ?

Abstract

The building is our main living environment, where we spend most of our lives. Although human-building interactions have a substantial impact on the architectural design, there is no overarching framework for addressing buildings as facilitators of these interactions and as the interface between users and buildings environment. It is desirable to integrate the principles of technology in the early stages of the architectural design process. The objective of this work is to outline a comprehensive approach to technology-assisted architectural design that deals with the interactions between humans, buildings, and their environment.  One can only wonder how technology can be used in interior spaces as an integral part of the design? How to think about the intersection between design, well-being, technology, and innovation in our living spaces?

  • Introduction

Les crises sanitaires, économiques et sociales nous ont permis de constater comment la technologie peut faire évoluer notre façon de travailler, au point d’être indispensable dans notre quotidien. La crise actuelle nous amène à repenser nos manières d’occuper l’espace et d’interagir avec notre environnement. « La pandémie mondiale a mis en évidence les limites de la façon dont nous gérons notre environnement bâti en ce qui concerne la façon dont nous devrions concevoir, construire et gérer notre environnement bâti » (Megahed & Ghoneim, 2020). Cette crise a mis aussi en lumière le rôle essentiel du design comme levier d’innovation apportant des solutions innovantes pour lutter contre l’épidémie de coronavirus et répondre aux problématiques posées par la crise sanitaire mondiale. La société dans laquelle nous vivons aujourd’hui est très encline aux nouvelles technologies qui impactent des domaines aussi divers que la médecine, l’éducation, la culture, les arts, l’ingénierie, l’artisanat et l’architecture. L’architecture est profondément influencée par les nouvelles technologies et les mutations sociales, constamment mise à l’épreuve des innovations et des tendances en quête d’ancrage et de performance environnementale. Les designers souhaitent créer un environnement sculpté par la technologie afin d’éviter les espaces ternes, standardisés et peu inspirants dans leurs conceptions d’espace. Nouvelles technologies, nouvelles modes, nouvelles habitudes de vie. Ces avancées technologiques fulgurantes ouvrent la voie à un nouveau type de créativité dans le design d’intérieur. Tout comme le matériau, la forme et la fonction sont cruciaux dans la conception architecturale, la technologie est tout aussi importante. La technologie doit être une des disciplines fondamentales du projet, et elle doit être liée au processus de conception. De ce fait, il serait opportun de traiter un design technologique, de mettre l’accent sur la créativité dans l’innovation technologique et d’étaler l’apport des retombées de ces différentes disciplines sur l’usager. Ce travail met l’accent sur la dynamique d’innovation créée par la pandémie et le pouvoir de transformation de la technologie et de l’innovation au service de l’espace architectural. Comment le design, en tant que pratique de transformation du réel dans le projet architectural peuvent-ils contribuer à faire émerger des pistes pour penser des formes d’innovation à la hauteur des enjeux de nos sociétés ?

  • La technologie, une partie intégrante de la conception

Nous vivons dans une ère de plus en plus numérique qui a tendance à créer un sentiment d’isolement. Les professionnels de l’architecture et du design reconnaissent alors la relation intime et émotionnelle qu’un individu entretient avec son environnement physique immédiat. L’approche “technologique” de l’architecture risque de valoriser un environnement réduit à la promesse de sécurité et au contrôle des éléments. Aujourd’hui, nous nous interrogeons sur le risque potentiel du développement d’une architecture aseptisée et monotone avec comme unique objectif de tout mieux ‘contrôler’. La nouvelle technologie apporte une perspective d’ordre, d’espaces analysés, programmés, contrôlés. Un espace où tout semble programmé et prévisible ne représente pas toujours un espace agréable à vivre. Par conséquent, elle peut aussi conduire à la négation du passé et des identités locales au nom de la simplification de la construction. Par le contrôle de la climatisation, de l’humidité, nous avons supprimé l’accès direct aux éléments naturels. Pas de vent, pas de saisons, pas de bruissements de feuilles, pas de modulation de températures. Introduisant la climatisation, nous avons créé en théorie un environnement idéal pour travailler. Mais, tout le monde peut constater qu’il s’agit aussi d’un environnement neutre et sans saveur qui ne se modifie plus avec les saisons. Avec les innovations technologiques, il est actuellement possible de générer des formes variées et aléatoires. Un architecte n’innove-t-il que lorsqu’il produit un travail de création esthétique, qu’il utilise des matériaux nouveaux, ou qu’il recourt à des méthodes inhabituelles. L’après-pandémie souligne l’importance de regarder en avant les innovations dans les techniques de construction qui accélèrent la création d’architectures d’urgence. « Les structures, les matériaux, les techniques constructives sont plus que jamais des sources d’inspirations pour les architectes, ces éléments génèrent de nouvelles potentialités créatives, architectoniques et fonctionnelles. La lumière, l’espace, la perception, les sensations, la matérialité, les modes de vie et d’usage peuvent être transcendés et renouvelés par l’emploi de nouveaux procédés ».[1]

La technologie est généralement considérée comme le dernier élément ajouté à un projet. Mais avec l’évolution des besoins, la technologie doit être l’une des disciplines essentielles du processus de conception d’un projet, au même titre que le matériau, la forme et la fonction. Les structures axées sur l’expérience et la technologie créent un lien émotionnel positif entre les utilisateurs et l’espace physique. Le but de la technologie est de créer des expériences immersives.

Les nouvelles technologies, indispensables dans les espaces de bureaux, admettent de favoriser l’autonomie et la flexibilité, rendant ces espaces plus attractifs et stimulant la productivité du personnel. Au-delà du mobilier, de l’éclairage ou de la végétation, la technologie s’érige en élément clé du changement que l’on retrouve dans la façon d’interpréter l’espace de travail. Actuellement, les nouvelles technologies effacent les limites entre lieux de vie, travail et loisirs, et requièrent de nouveaux professionnels capables de faire face à des projets complexes qui impliquent l’espace en lui-même, mais également les personnes, les processus et les technologies. Technologie, innovation, design, rendement, confort, flexibilité et durabilité sont les termes qui définissent le mieux les nouveaux espaces de travail. Ces environnements en évolution constante reflètent une nouvelle façon de voir et de comprendre le travail. Ils sont devenus des éléments clés pour un nouveau style de vie dans lequel fusionnent vie personnelle et vie professionnelle. La technologie peut-elle être pensée conceptuellement dans l’espace intérieur ?

La technologie a un impact significatif et perceptible sur l’architecture d’intérieur et plus le développement technologique augmente, plus cela se reflète dans l’architecture. L’influence directe sur la créativité formative de l’Espace, la fonction du vide et la fonction de forme interne est montrée par la forme. Cela conduit également à l’émergence de nouvelles tendances intellectuelles qui ont le plus grand impact sur le développement de la pensée du design, nous constatons que la recherche est en cours et continue. Le rôle de la technologie ne peut être ignoré dans chaque nouveauté. L’étude de l’espace intérieur et de son contenu, comment réaliser l’orientation générale de la forme de l’espace, les idées de conception et l’aménagement intérieur, doit être réalisée par le biais d’une application technique, permettant aux concepteurs de travailler sur la technologie plastique intégrée et de l’utiliser dans un système innovant dont le but est de prendre soin de l’être humain et de l’espace qu’il occupe afin de créer un système intégré qui s’ajoute au processus de conception avec une vision créative. De nouvelles valeurs esthétiques associées à la technologie sont apparues dans le processus de fabrication des matériaux et associées à l’exécution des travaux d’architecture. À mesure que la technologie évolue et s’améliore, l’avenir des espaces de travail consiste à incorporer des matériaux qui peuvent être modifiés de manière contrôlée.

  • Technologie et innovation

Innover, c’est transformer une idée en valeur. « Innover consiste en produire quelque chose de nouveau sur un marché donné, permettant de créer un avantage concurrentiel durable et générateur de profits » (Nonaka et al., 1995). L’innovation correspond à la mise en œuvre de nouvelles technologies, de nouveaux usages ou de nouvelles méthodes. Elle peut être radicale ou incrémentale, reconnue à l’échelle du monde, d’un marché, mais aussi à l’échelle d’une entreprise. L’innovation en architecture ne vient pas forcément de la création de nouveau concept ou de nouvelles utilisations (ou reformulations) d’un usage pré existant, elle se définit plutôt comme une production sortant de l’ordinaire.

  • Les peintures sensibles connectées 

Les nouvelles technologies s’invitent jusqu’au mur. Des chercheurs chinois de l’Institut des technologies avancées de Shenzhen ont conçu des produits permettant de créer plus facilement des ambiances colorées, en fonction de notre humeur. Une peinture murale connectée dont la couleur peut être changée via un balayage latéral à l’aide du smartphone (Figure1). Le revêtement est donc sensible à chaque perturbation du milieu : régulation de la température, luminosité, pression. Ce revêtement se compose de nanoparticules stimulées par un courant électrique. C’est une révolution dans l’espace d’intérieur. « La peinture connectée est pourvue de nanoparticules qui, stimulées par un courant électrique, gonflent ou dégonflent pour réfléchir une longueur d’onde différente et laisser apparaître une couleur différente. Les couleurs possibles vont du magenta au bleu profond et au vert. La couleur peut être changée plusieurs fois sans qu’elle perde son éclat, affirment les chercheurs chinois »[2]. Sur le plan opérationnel, on peut citer les peintures connectées en phase de développement, susceptibles de purifier la qualité de l’air, de servir de thermostat ou même de neutraliser des nuisances olfactives.

Figure 1 : Peinture sensible connectée [3]

  • Les matériaux au cœur du processus d’innovation

Les matériaux ont un réel effet sur nos humeurs et sur notre capacité d’être productif. De plus, ils affectent notre perception des espaces de travail. « Les propriétés sensorielles des matériaux comme l’effusivité (sensation de chaud ou de froid que donne un matériau) ou ces caractéristiques hygroscopiques (capacité du matériau à capter et à restituer de l’humidité) sont en jeu. Elles participent pleinement à notre bien-être dans l’espace ».[4]

À la suite de la parution de nouvelles technologies, des matériaux de haute technologie susceptibles de conserver la chaleur et d’avoir des spécificités d’auto-restauration sont déjà mis en œuvre. À cela s’ajoutent les matériaux de pointe destinés à nettoyer l’air de la pollution. Avec de nouvelles propriétés plus légères, plus flexibles et plus durables, les nouveaux matériaux d’aujourd’hui et de demain sont la clé de l’innovation. Les avantages des nouveaux matériaux de construction ne se situent pas toujours en termes de résistance ou de sécurité. Certains de ces matériaux techniques peuvent offrir des finitions spectaculaires et permettre les idées de design les plus luxueuses possible. De nombreuses technologies appliquées au bois et au ciment.

Le bois translucide interactif :

L’entrepreneur, architecte et biologiste français Timothée Boitouzet a mis au point de nouveaux types de matériaux en bois. Il a principalement cherché à remplacer la lignine par un polymère artisanal pour rendre le bois transparent, malléable et résistant aux moisissures et au feu. Une de ses recherches les plus innovantes est le développement du bois Slim tactile, censé être une solution de rechange au verre dans les interfaces numériques (Figure 2).

Figure 2 : Bois translucide interactif [5]

Ciment phosphorescent :

Des chercheurs mexicains, de l’Université Michoacana de San Nicolás de Hidalgo, ont mis au point une technique permettant de concevoir un ciment fluorescent (Figure 3). « Il s’agit de permettre la diffusion du rayonnement lumineux à travers la silice – présente dans le ciment – qui est le même matériau utilisé pour fabriquer le verre »,[6] explique le chef du projet de recherche José Carlos Rubio Ávalos. Ce matériau sert donc à capter la lumière durant la période diurne pour ensuite la diffuser dans l’obscurité. Au cours de son élaboration et selon la quantité d’additifs choisis, on tente de modifier le degré de luminosité.

Figure 3 : Ciment phosphorescent [7]

  • Technologies et bien-être sensoriel

L’espace construit est source d’éveil, d’émotions suscitées par les matières, les formes, les volumes, la température, les couleurs, les odeurs, les sonorités, les lumières. Les espaces où nous vivons et travaillons peuvent avoir un effet significatif sur notre bien-être physique et émotionnel. Est-ce que l’innovation se comporte comme un stimulus émotionnel ? Nos émotions seraient-elles des moteurs d’innovation ? Une conception réfléchie et innovante peut façonner ce que nous ressentons et ce que nous vivons dans un espace physique. Le bien-être n’est pas seulement une question de confort et d’équipements de remise en forme. En fait, la création d’une expérience sensorielle complète et positive par le biais de la conception sensorielle est très importante pour promouvoir le bien-être, car non seulement elle nous permet d’explorer l’espace, mais elle crée également un sentiment de joie et d’émerveillement et nous permet de vivre les liens sociaux différemment. « Les émotions peuvent donc avoir un impact sur notre prise de décision, notre bien-être et le bien-être des autres, et avec cela, la technologie émotionnellement consciente a le potentiel (comme la plupart des technologies) pour une utilisation à la fois bonne et néfaste » (Steinert & Roeser, 2020). L’architecture doit prend en compte nos cinq sens. Aussi simple soit-elle, une architecture devrait aussi surprendre. Prendre en compte la lumière, la pluie, le vent, les nuages, les températures, les bruits de la circulation, les ouvertures et fermetures, les déplacements visuels et sonores signifient s’intéresser à la perception sensorielle. « L’environnement bâti est initialement perçu émotionnellement, c’est-à-dire avant que nous réfléchissions de manière consciente à ses nombreux détails. Ce point est crucial puisque les réponses émotionnelles humaines en relation avec le fait esthétique de l’architecture ont été laissé de côté face aux nouveaux développements technologiques ». (Pallasmaa et al., 2013).

En raison de la mutation des lieux de travail et des exigences des employés, les espaces de travail sont en pleine évolution. Afin de rendre les espaces de bureaux attrayants et adaptés aux nouveaux besoins organisationnels, les entreprises doivent innover en intégrant non seulement le design, mais également la technologie dans leur conception. Elles doivent donc situer la santé et le bien-être au premier plan de leur conception pour instaurer un lieu de travail ultraperformant en faisant appel aux implications mutuelles du design et de la technologie. En outre, les bureaux et les espaces de coworking seront de plus en plus construits autour de nos besoins physiques et cognitifs. Notre environnement doit jouer un rôle actif et encourageant pour un mode de vie saine.

  • Coworking et nouvelles technologies

Les changements sociétaux du Covid- 19 ont entraîné une reprogrammation des attentes esthétiques du lieu de travail, pour faire place à des espaces construits de manière plus ciblée. Les nouveaux espaces de travail (coworking) visent à répondre aux nombreuses exigences issues de la transformation numérique, des prises de consciences écologiques et humanistes, mais aussi de la crise sanitaire actuelle. « Un impact positif de la pandémie actuelle est le temps qu’elle offre aux professionnels de l’environnement bâti pour réfléchir aux événements passés et apprendre ce qui peut être amélioré pour les réponses futures » (Goniewicz et al., 2020).

L’espace de coworking est une tendance mondiale croissante qui gagne du terrain dans la recherche. Cependant, le rôle fondamental de la technologie dans les espaces de coworking s’est avéré être un sujet inexploré pour les chercheurs et les architectes jusqu’à présent. Dans la pratique comme dans les études de recherches, il est généralement admis que la technologie a joué un rôle essentiel dans la naissance et le développement du phénomène des espaces de coworking (Ivaldi et al., 2018 ; McGrath, 2018 ; Parrino, 2015). Par conséquent, cette section se concentre sur le rôle de l’espace et de la technologie dans les espaces de coworking, ainsi que sur les relations et les interactions entre ces technologies, les acteurs impliqués et l’environnement physique dans lequel l’acte de coworking a lieu. Les espaces coworking polyvalents présentent une utilité majeure, avec la possibilité de travailler à distance et de coopérer de façon efficace. « Les entreprises décident de relocaliser leurs employés dans des environnements qui favorisent la créativité et l’innovation, tels que les espaces de coworking et d’autres types d’environnements de bureaux flexibles ».[8] Le coworking fait partie des nouveaux modes de travail qui se distinguent de la hiérarchie bureautique traditionnelle, des pratiques et des plannings classiques. « L’organisation symétrique y est remplacée par un désordre savamment mis en scène, les outils de travail y sont ludiques, les cloisons de verre y sont remplacées par des séparations digitales, l’aération naturelle remplace la climatisation industrielle »[9]. La convivialité créative est stimulée par un environnement de travail animé, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’espace. Destinés à satisfaire les besoins des divers professionnels, les environnements de coworking offrent une variété d’espaces voués aux réunions privées et au partage du savoir-faire, des espaces plus conviviaux favorables à l’interaction sociale et des pièces réservées au calme qui stimulent la concentration. « Les espaces de coworking s’avèrent donc être complexes et évolutifs, ils renversent les codes et sont nourris de paradoxes et d’idéaux. Selon nous, ils tendent dès lors à exprimer la poly- fonctionnalité et à remettre en cause l’opposition traditionnelle moderne existant entre l’espace de travail (production) et l’espace du loisir (consommation) » (Toussaint, 2016, p 15). La création d’espaces, innovants et écoresponsables apporte de nombreux bienfaits : santé, convivialité, esthétisme, économies, protection de la biodiversité et tant d’autres. De plus, le coworking amène les utilisateurs à montrer leur côté le plus innovant et à faire un pas de plus vers le monde technologique dans lequel nous nous immergeons. La technologie ne cesse de remodeler la nature du travail, accès dématérialisé́ aux espaces, lumières automatiques, mais aussi capteurs thermiques enregistrant nos données pour adapter la température, l’acoustique et la luminosité́ de l’espace. Les mobiliers connectés, bureaux virtuels, bureau intelligent regorgent de solutions destinées en apparence à maximiser le bien-être. « Les employés ont besoin de sentir qu’ils peuvent influencer et contrôler leur environnement. Ils ne doivent pas avoir le sentiment d’être étouffés par la rigidité et la normalisation »[10].

La créativité surgit souvent dans un cadre propice à l’inspiration, la flexibilité, le confort et la nécessité de communiquer sont des priorités majeures. Grâce au mobilier modulaire, il est possible de concevoir un espace approprié pour diverses activités, susceptibles d’être facilement adaptées aux besoins des employés. Une attention particulière à l’éclairage est également importante. L’éclairage peut être contrôlé afin de créer une ambiance propice à la concentration. L’aménagement des espaces de travail s’est également transformé avec les technologies. « Le secteur de la technologie démontre de plus en plus une importante capacité à utiliser des espaces de coworking. De nombreuses villes ont mis en exergue le coworking comme un moyen efficace d’élargir le secteur de la technologie »[11] .

Les espaces de coworking du Tech.Lounge à Bruxelles et à Anvers :

Tech.Lounge est un nouvel espace de coworking, équipé des applications technologiques les plus récentes, en matière notamment d’équipement audiovisuel, éclairage et mobilier, situés à Anvers et à Bruxelles (Figure 4 et 5). Ils proposent des postes de travail fixes et flexibles, des salles de réunion, des zones de détente et de networking, une arène de brainstorming, un studio d’enregistrement et un local de formation entièrement numérique. Ce projet répond aux besoins et aux valeurs d’un espace de coworking moderne : un environnement créatif et inspiré par la technologie, à la fois ludique et professionnel, où les utilisateurs disposent d’une infrastructure technologique multi-applicative, pour faciliter le processus de travail et stimuler la collaboration entre la communauté de travail.

« Tech.Lounge Brussels est un nouvel espace de coworking à Bruxelles, équipé des dernières applications technologiques. Créée au 4ème étage du bâtiment BluePoint Bruxelles, Il se compose de 1200m2 d’espaces de travail avec des postes de travail fixes ou flexibles, des bureaux privatisables, des salles de réunion, des espaces de détente et de networking, une salle de brainstorming, un studio d’enregistrement green key ainsi qu’une salle de formation du futur »[12].

Figure 4 : Tech.Lounge à Bruxelles [13]

« Tech.Lounge Antwerpen est un espace de coworking ultramoderne situé au 3ème étage du BluePoint Antwerp Conference and Business Center à Berchem, équipé de nouvelles applications technologiques et se compose de 1 000 m2 d’espaces de travail avec des postes de travail flexibles, des petits bureaux, des zones de détente et de réseautage, des salles de réunion ainsi qu’un Brainstorm Lounge numérique »[14].

Figure 5 : Tech.Lounge à Anvers [15]

L’espace coworking introduit une nouvelle ère dans le monde du travail, où les lieux favorables à la créativité et leur adaptabilité à des besoins évolutifs sont des qualités recherchées par les travailleurs comme par les entreprises. L’atout de ces espaces est qu’il permet de lier haute technologie et bien-être. Les nouvelles technologies seront au cœur des prochaines évolutions du coworking, la conception doit être pensée dans les moindres détails pour attirer et retenir les usagers. C’est l’intégration de la technologie au cœur de la conception donnent généralement une vraie personnalité à l’espace et c’est un point de départ pour construire l’identité du lieu et sa dynamique. Le véritable défi réside bien dans la façon de mener à bien une véritable révolution architecturale, introduisant une nouvelle manière de concevoir l’espace de travail et la technologie.

  • Conclusion

La crise aux multiples facettes qui secoue le monde remet en cause nos modes de vie. La pandémie a obligé chacun de nous à changer rapidement nos perspectives et nos habitudes établies pour réfléchir à un présent et un avenir différent. Cette pandémie nous a tous forcés à réagir, plutôt qu’à réfléchir. Il est primordial de ne pas se précipiter dans des solutions temporaires standardisées qui ignorent la spécificité des individus, Il serait plutôt important de réfléchir de manière durable à nos milieux, afin de les rendre résilients aux changements par la création d’espaces aux fonctionnalités multiples et par une réflexion plus large par rapport à l’environnement. La technologie a complètement révolutionné notre monde tel que nous le connaissons, et comme le secteur de l’architecture adopte de plus en plus d’innovations technologiques, les architectes et les concepteurs doivent constamment améliorer, apprendre et développer leurs compétences et se tenir au courant des nouvelles inventions. Ils sont conscients que l’avenir est encore plus passionnant, car toutes les nouvelles technologies font désormais partie intégrante du processus de conception et de construction. Le nouveau grand défi auquel sont confrontés les architectes aujourd’hui est d’essayer d’anticiper de nouveaux espaces architecturaux au-delà de la crise actuelle de manière innovante. Il faut donc concevoir et construire en se projetant dans le futur.

Bibliographie

Goniewicz, K., Khorram-Manesh, A., Hertelendy, A. J., Goniewicz, M., Naylor, K., & Burkle Jr, F. M. (2020). Current response and management decisions of the European Union to the COVID-19 outbreak: a review. Sustainability12(9), 3838.

Ivaldi, S., Pais, I., & Scaratti, G. (2018). Coworking (s) in the plural: Coworking spaces and new ways of managing. In The new normal of working lives (pp. 219-241). Palgrave Macmillan, Cham.

Megahed, N. A., & Ghoneim, E. M. (2020). Antivirus-built environment: Lessons learned from Covid-19 pandemic. Sustainable cities and society, 61, 102350.

McGrath, R. E. (2018). What Is Coworking. A look at the multifaceted places where the big economy happens and workers are happy to find community. Urbana Il.

Nonaka, I., Nonaka, I. o, Ikujiro, N., Takeuchi, H., Nonaka, P. of K. I., & Takeuchi, B. P. of M. at the I. of B. R. H. (1995). The Knowledge-creating Company : How Japanese Companies Create the Dynamics of Innovation. Oxford University Press

Pallasmaa, J., Mallgrave, H. F., & Arbib, M. A. (2013). Architecture and neuroscience. Tapio Wirkkala-Rut Bryk Foundation.

Parrino, L. (2015). Coworking: assessing the role of proximity in knowledge exchange. Knowledge Management Research & Practice, 13(3), 261-271.

Steinert, S., & Roeser, S. (2020). Emotions, values and technology: illuminating the blind spots. Journal of Responsible Innovation, 7(3), 298-319.

Toussaint, S. (2016). Vers une compréhension de l’habiter dans la consommation: l’expérience des lieux de service polyfonctionnels (Doctoral dissertation, Lille 2).

[1] – Ferrier, J. (2017). Conférence : Innovations techniques, innovations architecturales—Éduscol STI. https://eduscol.education.fr/sti/si-ens-paris-saclay./actualites/conference-innovations-techniques-innovations-architecturales

[2] – De la peinture connectée sur vos murs. (2018, juin 26). https://www.engie.be/fr/blog/autres/de-la-peinture-connectee-sur-vos-murs/

[3] – De la peinture connectée sur vos murs. (2018, juin 26). https://www.engie.be/fr/blog/autres/de-la-peinture-connectee-sur-vos-murs/

[4] – Espace de travail et choix des matériaux : Le bois pour limiter le stress. (2019, mars 25). OpenWood. https://openwood.co/blog/bien-etre/espace-de-travail-et-choix-des-materiaux/

[5] – Le bois high-tech offre des potentiels inattendus pour le futur. (2022, janvier 27). Espaces Contemporains. https://espacescontemporains.ch/le-bois-high-tech-un-materiau-au-potentiel-inattendu-futur/

[6] – Les nouveaux matériaux qui révolutionnent l’architecture traditionnelle. (2018, juillet 16). Amusement Logic. https://amusementlogic.fr/nouvelles-generales/les-nouveaux-materiaux-qui-revolutionnent-larchitecture-traditionnelle/

[7] – Les nouveaux matériaux qui révolutionnent l’architecture traditionnelle. (2018, juillet 16). Amusement Logic. https://amusementlogic.fr/nouvelles-generales/les-nouveaux-materiaux-qui-revolutionnent-larchitecture-traditionnelle/

[8] – Center, C. B. (2022, mars 29). Le coworking, une nouvelle manière de travailler ! Color Business Center – Hosting your company in Luxembourg. https://coworkers.lu/fr/le-coworking-une-nouvelle-maniere-de-travailler/

[9] – Administrateur. (2012, avril 10). Il faut plus de sensualité au bureau • Greenworking. Greenworking. https://www.greenworking.fr/il-faut-plus-de-sensualite-au-bureau/

[10] – Les six dimensions de bien-être dans l’espace de travail. (2015, octobre 21). Steelcase. https://www.steelcase.com/eu-fr/recherches/articles/sujets/bien-etre/les-six-dimensions-du-bien-etre-dans-lespace-de-travail/

[11]– Poiron, Y. (2016, juin 30). Coworking : Est-ce l’avenir des entreprises de haute technologie ? BlogNT : le Blog des Nouvelles Technologies. https://www.blog-nouvelles-technologies.fr/87638/coworking-est-ce-avenir-entreprises-haute-technologie/

[12] -Coworking au Tech.Lounge Brussels : Le travail du futur| BluePoint. (2018, novembre 12). https://www.bluepoint.be/fr/blog/co-working-au-tech-lounge-brussels-le-lieu-de-travail-du-futur

[13] – Coworking au Tech.Lounge Brussels : Le travail du futur| BluePoint. (2018, novembre 12). https://www.bluepoint.be/fr/blog/co-working-au-tech-lounge-brussels-le-lieu-de-travail-du-futur

[14] Tech.Lounge opens a second “connected” co-working space in Antwerp, Berchem ! – Mice Magazine. (2020, janvier 29). https://www.mice-magazine.com/en/tech-lounge-opens-a-second-connected-co-working-space-in-antwerp-berchem/

[15] – Tech.Lounge opens a second “connected” co-working space in Antwerp, Berchem ! – Mice Magazine. (2020, janvier 29). https://www.mice-magazine.com/en/tech-lounge-opens-a-second-connected-co-working-space-in-antwerp-berchem/

5/5 - (1 صوت واحد)

المركز الديمقراطى العربى

المركز الديمقراطي العربي مؤسسة مستقلة تعمل فى اطار البحث العلمى والتحليلى فى القضايا الاستراتيجية والسياسية والاقتصادية، ويهدف بشكل اساسى الى دراسة القضايا العربية وانماط التفاعل بين الدول العربية حكومات وشعوبا ومنظمات غير حكومية.

مقالات ذات صلة

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

زر الذهاب إلى الأعلى