Research studies

ETUDE COMPARATIVE DES DOCUMENTS DE L’URBANISME DANS LES ZONES IRRIGUEES DE LA PLAINE DE TARIFA ET TADLA : CAS DES VILLES DE BERKANE ET BENI MELLAL

COMPARATIVE STUDY OF URBAN PLANNING DOCUMENTS IN THE IRRIGATED AREAS OF THE TARIFA PLAIN AND TADLA : THE CASE OF THE TOWNS OF BERKANE AND BENI MELLAL

 

– Prepared by the researcher – BOULEHOUAL H* – MAYOUSSI M** – EDDANI

* – BOULEHOUAL .H: Doctorant, équipe de recherche dans les villes et régionalisation au Maroc, FLSHB, Béni Mellal

** – Dr. MAYOSSI. M : Professeur d’éducation supérieur, département de la géographie, équipe de recherche dans les villes et régionalisation au Maroc, FLSHB, Béni Mellal

***- Dr. EDDANI. A : Cadre supérieur, Chef de service de l’aménagement et des transports au département des études, Agence urbaine de Béni Mellal

Democratic Arab Center

Journal of Urban and Territorial Planning : Seventh Issue – March 2021

A Periodical International Journal published by the “Democratic Arab Center” Germany – Berlin

Nationales ISSN-Zentrum für Deutschland
ISSN (Online) 2698-6159
ISSN   (Print)  2699-2604 
Journal of Urban and Territorial Planning

:To download the pdf version of the research papers, please visit the following link

https://democraticac.de/wp-content/uploads/2021/03/%D9%85%D8%AC%D9%84%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D8%AA%D8%AE%D8%B7%D9%8A%D8%B7-%D8%A7%D9%84%D8%B9%D9%85%D8%B1%D8%A7%D9%86%D9%8A-%D9%88%D8%A7%D9%84%D9%85%D8%AC%D8%A7%D9%84%D9%8A-%D8%A7%D9%84%D8%B9%D8%AF%D8%AF-%D8%A7%D9%84%D8%B3%D8%A7%D8%A8%D8%B9-%D8%A2%D8%B0%D8%A7%D8%B1-%E2%80%93-%D9%85%D8%A7%D8%B1%D8%B3-2021.pdf

Résume

La dynamique urbaine dans les périmètres irrigués au Maroc a donné lieu à un type d’aménagement particulier lie aux zones à haute potentialité agricoles. C’est un aménagement multidirectionnel, ciblé, orienté par endroits, aléatoire par d’autres, reflétant un dynamisme et un mouvement spatial, engendré par des aménagements hydro-agricoles visant à assurer l’autosuffisance en produits agricoles, la création de richesses locales et le développement des agglomérations. Ce changement s’est accompagné par l’intervention des secteurs public et privé qui ont joué un rôle déterminant dans la transformation et l’aménagement de l’espace
Pour remédier à cette situation complexe, la planification urbaine est appelée à exploiter en profondeur les données actives sociales, économiques, spatiales, naturelles, culturelles et environnementales. Il apparaît clairement aujourd’hui qu’’un grand nombre de problématiques urbaines sont souvent liées à un ensemble de facteurs exogènes. En fait, Pour aménager un espace urbain, il convient de prêter une attention particulière aux combinaisons des différents éléments, ainsi qu’’à leurs relations avec les zones extérieures, que ce soit au niveau local, régional ou national. Les documents d’urbanisme constituent un vecteur d’intervention de la puissance publique dans l’aménagement, l’organisation de l’espace et la satisfaction des besoins socio-économiques et environnementaux. Portant La mise en œuvre de ces outils souffre de dysfonctionnements en matière technique, juridique, foncière, financière, ainsi que la multiplication les différents intervenants.

Le présent article permet d’apprécier la pertinence de la mise en œuvre du contenu des plans d’aménagement de Berkane et de Béni Mellal, à partir d’un croisement d’analyse qui porte sur la capacité d’accueil de la population, les potentialités de l’habitat, et les équipements publics.

Abstract 

Urban dynamics in irrigated areas in Morocco have given rise to a particular type of development linked to areas with high agricultural potential. It is a multidirectional development, targeted, oriented in places, randomized by others, reflecting a dynamism and a spatial movement, generated by hydro-agricultural developments to ensure self-sufficiency in agricultural products, the creation of local wealth and the development of agglomerations. This change was accompanied by the intervention of public and private sectors which played a decisive role in the transformation and the planning of space. To address this complex situation, urban planning is called upon to deeply exploit social, economic, spatial, natural, cultural and environmental data. It is now clear that a large number of urban problems are often linked to a set of exogenous factors. In fact, in order to develop an urban area, particular attention should be paid to the combinations of different elements, as well as to their relations with external areas, whether at local, regional or national level. Urban planning documents are a vehicle for public intervention in the planning, organization of space and the satisfaction of socio-economic and environmental needs. The implementation of these tools suffers from technical, legal, land, financial dysfunctions, as well as the multiplication of the different stakeholders. This article makes it possible to assess the relevance of implementing the contents of development plans in Berkane and Beni Mellal, starting from a cross analysis related to the capacity of the population, the potentialities of the habitat, and the public facilities.

Introduction

La planification urbaine regroupe l’essentiel des documents qui organisent l’aménagement de l’espace sur les territoires, et planifient et déterminent l’usage des sols. Ces documents sont issus d’études, de procédures juridiques et financières, de textes législatifs et réglementaires, et mis en œuvre par les services de l’État et les collectivités territoriales.

Aujourd’hui, La planification urbaine Au Maroc présente un intérêt de taille, parce qu’elle constitué un phénomène qui mobilise les acteurs public et privé, ainsi que de larges catégorie de la société marocaine.

A la fin de l’an 2020, Le nombre des documents d’urbanisme approuvés, à l’échelle national, a atteint 1500 documents depuis la promulgation de la loi 12-90 relative à l’urbanisme, et 970 documents en cours d’achèvement ou en cours d’étude. Quant au niveau régional à atteint 59 documents agréé et 29 documents en cours d’achèvement ou en cours d’étude dans la région de l’oriental, et 153 documents agréé et 46 documents en cours d’achèvement ou en cours d’étude dans la région Béni Mellal-Khénifra.

Cependant et malgré ce nombre élevé de documents, qui varient entre Schéma directeur d’aménagement urbain, plan d’aménagement et plan de développement des agglomérations rurales, on constate que le système urbain marocain reste, dans une large partie, sous équipé et mal organisé, ce qui remet en question l’efficacité de la planification urbaine et les avantages des documents de l’urbanisme dans le développement économique et spatial.

La problématique du présent article met en lumière l’efficacité et le degré de la mise œuvre des plans d’aménagement, en tant qu’un instrument de production des villes de Berkane et Béni Mellal.

L’objectif spécifique de cet article est de :

  • Rendre compte du degré  et de l’efficacité de la mise en œuvre des exigences du contenu des documents de l’urbanisme d’analyser la politique urbaine poursuivie par l’état et les communes dans  les zones ouvertes à l’urbanisation nouvelle  dans les deux villes à travers le zonage et les équipements publics à  travers l’identification des grands obstacles et les problèmes qui entravent  la mise en œuvre de ces documents.

Nos recherches s’appuient sur la formulation hypothèses à confirmer ou à infirmer à l’issue de cet article.

  • Les deux plans d’aménagement ont programmé des structures d’accueil largement surdimensionnée, par rapport aux taux d’accroissement annuels et aux besoins réels des deux villes.
  • La programmation d’un zonage peu favorable aux logements pour toutes les populations.
  • Un Faible taux de réalisation des équipements publics programmés par les deux documents.

Sur le plan méthodologique, et pour mener une discussion sur le contenu des deux documents d’urbanisme de Berkane et de Béni Mellal, et évaluer les dispositions qui ont été réalisé, nous allons adopter une approche comparative, tout en faisant appel aux outils de la technologie des systèmes d’information géographique (SIG).

Par sa situation au nord-est du Maroc, la ville de Berkane fait partie du réseau urbain de la plaine irriguée de Tarifa, et son emplacement géostratégique près de la côte méditerranéenne, favorisant des conditions propices à la stabilité humaine et l’opportunité de diverses activités économiques.

Durant les dernières décennies, Le développement de la ville de Berkane s’est effectué en relation avec l’aménagement d’un périmètre irrigué moderne dans la plaine de Tarifa qui a engendré plusieurs mutations spatiales.

De son côté, la ville de Béni Mellal est située dans la zone du « dir Atlas de Béni Mellal », à 280 km deFès et à 200 km de Marrakech. Elle est la capitale administrative de la région « Béni Mellal Khenifra », et elle représente un point d’échange commercial et de transactions économiques, en particulier les produits et les industries agricoles.

1- Une capacité d’accueil largement dimensionnée

Au niveau des villes de Berkane et de Béni Mellal, les efforts déployés par les services d’Etat chargés de l’urbanisme ont abouti à des résultats fructueux dans le domaine de la planification urbaine. En fait L’abondance des documents classiques de l’urbanisme a favorisé la gestion de l’espace urbain sur une base juridique et technique et a réduit l’arbitraire et l’improvisation dû à l’absence de ces documents.

Cependant, lors de la mise en œuvre des documents d’urbanisme, faire adapter les plans d’aménagement aux complexes réalités urbaines, demeure un problème fondamental qui entrave l’efficacité et la gestion de l’espace via ces outils de planification.

En effet, Ces documents ne peuvent à eux seuls atteindre leurs objectifs en l’absence de volontés effectives de tous les intervenants et les acteurs concernés, et en l’absence ou l’insuffisance de financement nécessaire pour réaliser les dispositions de ces documents.

Les zones ouvertes à l’urbanisation constituent une disposition fondamentale des documents d’urbanisme, elles représentent des réserves foncières pour l’encouragement de l’investissement et la promotion immobilière, c’est pourquoi elles objet de vifs débats entre les différents acteurs durant les phases de consultations et de concertations réglementaires relatives à l’établissement des plans d’aménagement.

La possibilité de mise en œuvre des zones ouvertes, telles quelles étaient prescrites par les documents de l’urbanisme, reste très limitée, compte tenu de diverses contraintes règlementaires, techniques, foncières, et des frais élevées liées à la réalisation des infrastructures et des grands équipements.

Tab. 1 : Prévisions des PA et réalisation

Villes Berkane % Béni Mellal %
Réalisation en 2018 (ha) 993 32,66 1273 23,82
Périmètre d’aménagement prescrit (ha) 3040 100 5345 100

Source : Cartes POS 2018 + PA de Béni Mellal 2004 et PA de Berkane 2000

En 2018, la superficie totale des différents espaces bâtis sa la ville de Berkane est d’environ 993 ha, Soit 32,66 % de la surface du périmètre d’aménagement qui est de l’ordre de 3040 ha. Il apparait donc que la masse bâtie ne représente qu’un tiers de la superficie du périmètre d’aménagement.

En parallèle aux dispositions spatiales, l’analyse démographique révèle que le nombre de la population à la ville de Berkane est de l’ordre de108897 habitants en 2014, avec un taux d’accroissement annuel de 1,5 %, soit une augmentation globale de 28885personnes par rapport au recensement de 2004.

Concernant la ville de Béni Mellal, La zone bâtie en 2018 s’étale sur une superficie de 1273 ha, soit 23,82 % par rapport à la superficie totale du périmètre d’aménagement qui est de 5332,12 ha. Cette situation reflète que l’aire à aménager dépasse largement l’espace bâti.

En Parallèle, on note que le nombre de la population de la ville de Béni Mellal est passé de 163286 habitants en 2004, à 192553 habitants en 2014, avec un taux d’accroissement de 1,6 %, soit une augmentation globale de 29390 par rapport au recensement de 2004.

Tab.2 : Zones ouvert à l’urbanisation par rapport le périmètre d’aménagement prévue par les PA 

Ville Périmètre d’aménagement (ha) Pop 2004 (hab.) Pop 2014 (hab.) Zone ouvert à l’urbanisation en hectares
Berkane 3040 102916 139439 2390
Béni Mellal 5345 163286 192 676 2600

Source : Rapport justificatif PA de Berkane 2000 + Rapport justificatif PA de Béni Mellal 2004+ RGPH 2014

Le tableau ci-dessus montre que les zones ouvertes à l’urbanisation par les plans d’aménagement des deux villes étudiées, dépassent largement les besoins réelles de la masse démographique enregistrée lors du recensement de2014.

Cette situation nous amène à nous interroger sur la corrélation entre les projections spatiales des plans d’aménagement et les projections démographiques adoptées à l’horizon de 10 ans.

Il apparait clairement que les cas de Béni Mellal et Berkane montrent une désarticulation notoire entre les projections démographiques et les projections spatiales. Ce qui explique en quelque sorte les morphologies étendues et discontinues des tissus urbains des deux villes, et explique également les difficultés rencontrées par les communes à mieux gérer et viabiliser leurs périmètres urbains.

Etant donné l’extension successive des périmètres d’aménagement, L’Etat et les communes territoriales n’arrivent plus à maitriser le parc foncier urbain, cette situation a influé négativement sur le degré et le niveau des infrastructures et d’équipements collectifs, et a engendré une expansion horizontale et un étalement des quartiers anarchique et sous-équipés.

En général, il découle de ce qui précède qu’il existe un vaste écart entre la programmation de nouvelles zones ouvertes à l’urbanisation, et le respect des déterminations démographiques. Cette réalité confirme que les projections spatiales « out put » des plans d’aménagement, notamment les nouvelles zones, ne dépondent pas aux critères scientifique, mais elles restent lier à d’autres considérations : politiques, foncières, économiques…

  1. Un zonage peu favorable à la production de logement

Selon le PA de la ville de Béni Mellal, la superficie réservée à l’habitat occupe la première place parmi les zones ouvertes à l’urbanisation. Elle s’étend sur une superficie de 1471,85ha, soit 27,6% de l’aire du plan d’aménagement.

A-Cas de la ville de Berkane

Au niveau de la ville de Berkane la superficie totale réservée à l’habitat atteint 1285,94ha, soit 42,30 % de la superficie couverte par le plan d’aménagement.

Tab. 3 : Superficie des zones  d’habitat résidentiel de la ville de Berkane

Zone Projeté Réalise
S en (ha) % S en (ha) %
Villas 152,49 10,84 73,09 6,80
Habitat économique continu en 3 niveaux(R+2) 851,73 60,54 740,33 68,93
Habitat économique continu à plusieurs niveaux 37,16 2,64 21,9 2,04
Habitat collectif multi-niveaux continu(R+4) 150,69 10,71 86,64 8,07
Habitat d’immeubles orienté(R+7) 13,69 0,97 2,23 0,21
Réserve stratégique 120,9 8,59 67,83 6,32
Habitat dispersé 78,97 5,61 40,72 3,79
Zone d’habitat de restructuration 1,21[1] 0,09 41,34[2] 3,85
Total 1406,84 100 1074,08 100

Source : Rapport justificatif de PA de Berkane en 2000 + Enquête terrain 2018 + Google erath 2018

Les données collectées ci-dessus, concernent la répartition des zones réservées à l’habitat qui ont été réalisées suite aux orientations du plan d’aménagement de la ville de Berkane. On constate quel ‘habitat continu de à trois niveaux (R+2) occupe environ 69% du total des zones résidentielle entamées, dont la surface globale est estimée à 1074,08 ha.

Dans le deuxième rang on trouve la zone de logements collectifs composés de 4 niveaux(R+4) avec un taux de 8,07%. Et ensuite la zone des logements individuels à faible densité (villas) avec un pourcentage d’environ 6,80%.

Il est à signaler également que la zone destinée à la réserve stratégique (RS) a reçu via la procédure de dérogation des projets d’habitat social, avec une superficie d’environ 60ha notamment dans la partie Sud nommée « Borj Waw Louth ».

Carte 2 : PA de la ville de Berkane : Répartition des zones résidentielles

Source : PA de Berkane en 2000 + Enquête terrain 2018 + Google erath 2018

L’habitat non réglementaire sous-équipé situé à la périphérie de la ville représente 3,85% du parc résidentiel existant avec une superficie qui dépasse 41 ha, soit 3.85%. Ce type d’habitat non réglementaire, ainsi que les logements dispersés situés au sud-ouest de la ville représentent un refuge pour les catégories marginalisées qui n’arrivent pas à accéder aux produits immobiliers règlementaires situés au centre et aux lotissements viabilisés.

Enfin, nous signalons au niveau de la ville de Berkane de faibles taux d’habitat continu à  quatre niveaux R+3 avec 2%, et de la zone d’immeubles à  7 étages avec 0.21% exploitée  à usage d’habitat et à recevoir des unités industrielles destinées à l’exportation, ce qui remet en question la faisabilité de programmer une zone industrielle au sud-est de la ville.

En général, on peut déduire que le parc logement de la ville de Berkane est dominé par l’habitat continu en R+2 qui favorise un étalement urbain horizontal. Cette situation a met la ville face à un défi de la pénurie du foncier capable de recevoir les novelle zones d’urbanisation. D’autre part les contraintes topographiques et hydrologiques au Sud impose une expansion vers les autres directions au détriment des terres agricoles de la plaine de Tarifa.

B-Cas de la ville de Béni Mellal :

L’analyse spatiale de l’espace urbain de la ville de Béni Mellal à travers le plan d’aménagement et les images satellitaires ainsi que les enquêtes menues sur le terrain a pu ressortir les données suivantes relatives aux zones résidentielles :

Tab.4 : Superficie des zones résidentielles de la ville de Béni Mellal

Zone Projeté Réalise
Surface en (ha) % Surface en (ha) %
Villas 218,54 12,99 124,40 10,34
Habitat continu en R+2 828,62 49,27 509,95 42,37
Habitat continu en R+3 39,81 2,37 32,49 2,70
Habitat mixte de R+2 à R+5 249,03 14,81 239,13 19,87
Immeubles continus à R+5 6,55 0,39 5,30 0,44
Immeubles continus à plusieurs niveaux 88,97 5,29 66,75 5,55
Réserve stratégique 241,24 14,34 158,58 13,18
Restructuration 9,10[3] 0,54 67,02[4] 5,57
Total 1681,86 100 1203,62 100

Source : + Rapport Approche Méthodologique. Phase 2-2012, Actualisation du SDAU du Grand Béni Mellal et établissement du plan d’aménagement de la ville de Béni Mellal, Etude de  Bureau d’études AREA SARL pour l’agence urbaine de Béni Mellal +Rapport justificatif de PA de Béni Mellal en 2004+ + Enquête terrain 2018 + Google erath 2018

Le parc logement à la ville de Béni Mellal est dominé par l’habitat continu à trois niveaux R+2 ; il représente 42.37%de la superficie totale des zones résidentielles estimées à 1203,62 ha.

De son côté, L’habitat mixte dont la hauteur varié entre R+2 à R+5 occupe la seconde place avec un taux de 19.87% et une superficie qui dépasse 239 hectares.

La zone de réserve stratégique à participer à la production de l’habitat avec une superficie qui avoisine 160 hectares et un taux de l’ordre de 13.18%. La quasi-totalité de ces projets a été autorisé par voie dérogatoire sous prétexte d’encourager l’investissement et la production de l’habitat social.

Fig. 2. Répartition des différents zonings du PA de Béni Mellal et leur mise en œuvre

D’autre part il est à signaler que l’habitat à faible densité (zone villa) représente 10.34% du parc résidentiel, avec une superficie qui dépasse 124 hectares. Ce type d’habitat reflète l’existence d’une couche sociale aisée au niveau de la ville, et qui exerce des diverses activités au niveau local : agriculture, services, administration, commerce,…ou des résidents marocains à l’étranger.

Pour atténuer la consommation du foncier par l’habitat horizontal, le plan d’aménagement à programmer des zones d’immeubles à plusieurs niveaux qui peuvent atteindre six niveaux (R+5), notamment le long des grandes artères. Ces zones représentent environ 6% du parc bâti avec une surface qui dépasse 71 hectares, et elles assurent la fonction de commerce et de service, en parallèle avec l’usage de l’habitat.

Carte 3 : PA de la ville de Béni Mellal : Répartition des zones résidentielles

Source : + Rapport Approche Méthodologique. Phase 2-2012, Actualisation du SDAU du Grand Béni Mellal et établissement du plan d’aménagement de la ville de Béni Mellal, Etude de Bureau d’études AREA SARL pour l’agence urbaine de Béni Mellal +PA de Béni Mellal en 2004+ + Enquête terrain 2018 + Google erath 2018

En parallèle des mécanismes de production de l’habitat réglementaire, il est à signaler que l’habitat non réglementaire participe de 5.57% au parc résidentiel bâti de la ville de Béni Mellal soit une superficie totale de plus de 67 hectares. Ce type d’habitat est dominant dans les quartiers périphériques de la ville qui ont été l’objet de plus de quarante études restructuration établies par l’Agence urbaine.

Le recours à l’habitat non réglementaire sous équipé résulte un ensemble de facteurs social et économique, foncière, voir même culturel, et reflète des disparités spatiales dans le tissu urbain global, et influe négativement sur l’image, l’union et le cachet urbanistique et architectural de la ville.

En général l’analyse spatiale de la ville a montré que Béni Mellal souffre d’un ensemble des contraintes et handicapes qui entravent la production et bonne gestion et de l’espace urbain. En effet topographie accidentée au Sud ainsi que l’hydrologie ont conditionné l’étalement longitudinal Est-West le long de la route nationale n°8, et au Nord au détriment des terrains agricoles.

D’autre part il est à noter que La mise en œuvre de certaines exigences du plan d’aménagement révèle dans plusieurs cas un manque de flexibilité dans les règlementations de certaines zones et certaines dispositions, ce qui qui empêche l’exercice d’une bonne gestion urbaine et d’une bonne gouvernance spatiale. En fait le manque de la souplesse dans le règlement d’aménagement conduit parfois à des impasses et des blocages, ce qui fait appel à la procédure de dérogation en matière d’urbanisme.

  1. Un Faible taux de réalisation des équipements publics

L’espace urbain est structuré en trois composantes essentielles : l’habitat Les équipements publics et les zones réservées aux activités économiques. En fait les plans d’aménagement de Berkane et de Béni Mellal ont réservé autant de zonages pour recevoir ces affectations.

Carte 4 : Répartition spatial des équipements publics réalise et non réalise à Berkane

Source : PA de Berkane 2000 + Etude de l’évaluation de la mise en œuvre des DPU de la RO / Documents graphiques et règlements d’aménagement des PA 2007+ Google erath 2018+ Enquête terrain 2018

Fig.4. Répartition spatial des équipements publics réalise et non réalise à Béni Mellal

Source : PA de Béni Mellal 2004 + Rapport Approche Méthodologique. Phase 2-2012, Actualisation du SDAU du Grand Béni Mellal et établissement du plan d’aménagement de la ville de Béni Mellal, Etude de Bureau d’études AREA SARL pour l’agence urbaine de Béni Mellal + Google erath 2018+ Enquête terrain 2018

L’importance et la nature des équipements publics ou à usage collectif dépendent du tissu urbains concernés, de son contenu social et sec caractéristiques morphologiques.

  • Médina : (cas de la ville de Béni Mellal) : ses équipements sont marqués par le caractère traditionnel tel que les mosquées, les Hammam et les fours, ainsi que des boutiques et magasins et des services situés dans les artères les plus importantes de l’ancienne Médina.
  • Quartiers centraux :sont des quartiers denses caractérisés par des équipements publics construits et existants, et par l’absence de foncier vide pour projeter de nouveaux équipements, c’est pourquoi la plupart des équipements sont à rénover ou réfracter. Ces quartiers connaissent un renouvellement urbain et l’apparition des équipements privés, en particulier dans de l’enseignement et de la santé (écoles privées- cliniques privées…).
  • Quartiers sous-équipés :ces quartiers souffrent dans la plus part des cas de l’absence d’équipements publics, et nouvelles programmations concernent des équipements à caractère social projetés dans les terrains vides qui existent encore dans ces quartiers.
  • Nouveaux quartiers : ces quartiers sont issus des lotissements résidentiels, et se situent dans diverses zones ouverts à l’urbanisation, et près des axes routiers principaux. Ils se disposent de divers équipements publics programmés par le plan d’aménagement et le cahier des charges de lotissements.

En ce qui concerne la programmation des équipements, les documents se réfèrent à des critères fondés sur les calculs démographiques et par application d’une grille normative qui assure une corrélation entre les projections spatiales et les projections démographiques.

Toutefois, l’absence du foncier dans certaines aires résidentielles (quartiers sous-équipés par exemple) n’assure pas une répartition spatiale équitable des équipements publics, et la question de l’accessibilité aux services devient assez difficile.

Le tableau ci-après concerne l’évaluation de la mise en œuvre des équipements programmés par les plans d’aménagement de Berkane et de Béni Mellal.

Tab. 5 : Taux de réalisation des équipements publics programmés dans le PA des villes de Berkane et Béni Mellal

Ville Berkane Béni Mellal
Eq- projetée Eq- réalise Eq- projetée Eq- réalise
Unité N S : (ha) N S : (ha) N S : (ha) N S : (ha)
Voirie 145 9 6,2 610 2 (ha) 0,71
Places publics 24 14,61 0 0 30 9,13 0 0
Parkings 94 16,41 0 0 57 10,15 0 0
Administration 131 279,72 9 6,87 141 194,87 1 0,87
Education 43 49,11 3 7,97 115 61,88 8 26,67
Santé 36 63,99 4 11,11 107 149,97 5 9,43
Sport 14 16,43 1 7,14 17 28,65 1 14,29
Mosquées 03 19,82 0 0 15 125,44 0 0
Cimetières 12 2,01 1 8,33 32 2,45 2 5

Source : Etude de l’évaluation de la mise en œuvre des DPU de la RO / Documents graphiques et règlements d’aménagement des PA 2007+ Rapport Approche Méthodologique. Phase 2-2012, Actualisation du SDAU du Grand Béni Mellal et établissement du plan d’aménagement de la ville de Béni Mellal, Etude de Bureau d’études AREA SARL pour l’agence urbaine de Béni Mellal + Enquête terrain 2018

Les taux de réalisation des équipements publics programmés par les plans d’aménagement de Béni Mellal et de Berkane varient respectivement entre 7.84% et 7.20%. Ces taux restent en général très faibles, et expliquent concrètement une problématique complexe qui marque la planification urbaine au Maroc, et qui concerne l’échec de la mise en œuvre des dispositions des outils d’aménagement, ainsi que la faille géante entre les projections spatiales et réalisations sur terrain en domaine de l’urbanisme.

Les faibles taux de réalisation des équipements publics en relation avec le développement urbain, pose des questionnements à ce sens et pousse à mener des réflexions à deux niveaux :

  • Le processus de la mise en œuvre des exigences du plan d’aménagement est en état déséquilibré, et par conséquent, les garanties de loi pour la réalisation des équipements publiques sont absentes dans un moment déterminé, en raison du manque de la clarté dans le budget destiné à l’investissement.
  • La rationalisation de l’utilisation des réserves foncières destinée sa recevoir des équipements publics, en adaptant et en rapprochant leurs normes de programmation au genre du tissu urbain et à des moyennes financières et humaines.

Dans ce sens, la réservation des moyennes financières, l’adaptation des normes et le recours à la flexibilité dans la programmation, permettront la réalisation des équipements, notamment ceux qui sont de nature sportifs, éducatifs, et sociaux-culturels. Il est également possible de réfléchir à des solutions plus réalistes à titre d’exemple faire un partenariat avec le secteur privé pour mieux gérer les réserves destinées aux équipements publics.

Conclusion

L’évaluation de la mise en œuvre des dispositions du plan d’aménagement des villes de Berkane et Béni Mellal nous a permis de tirer un ensemble de conclusions fondamentales qui peuvent être présentées comme suit:

  • Une configuration similaire, uniforme des plans d’aménagement qui sont peu adaptés à la réalité géographique et qui se traduisent par des écarts entre l’urbanisation réelle et celle planifiée.
  • Une difficulté de mobiliser des terrains étendus ouverts à l’urbanisation, et de valoriser les friches urbaines.
  • un faible taux d’aménagement de terrains ouverts à l’urbanisation par le PA concernant les équipements publics, met en évidence le déséquilibre dans l’harmonisation de la planification et de la programmation sectorielle qui font face à des ressources insuffisantes et à des obstacles à la mobilisation des terrains.

Références bibliographiques

  • Etude de l’évaluation de la mise en œuvre des DPU de la RO / Documents graphiques et règlements d’aménagement des PA 2007.
  • Rapport Approche Méthodologique.2012, Actualisation du SDAU du Grand Béni Mellal et établissement du plan d’aménagement de la ville de Béni Mellal, phase 1, étude de  bureau d’études AREA SARL pour l’agence urbaine de Béni Mellal.
  • Rapport justificatif et règlement d’aménagement des PA de Berkane 2000 et Béni Mellal 2004
  • Plan graphique d’Aménagement de Berkane en 2000 et Béni Mellal en 2004 à l’échelle 1/2000
  • Découpage administratif régional en 2015
  • RGPH 2004 – 2014
  • Enquête terrain 2018

[1] – Surface délimité dans le plan d’aménagement en 2000

[2]– Superficie des douars actuellement en restructuration

4- Surface délimitée dans le plan d’aménagement en 2004

5- Superficie des douars actuellement en restructuration

المركز الديمقراطى العربى

المركز الديمقراطي العربي مؤسسة مستقلة تعمل فى اطار البحث العلمى والتحليلى فى القضايا الاستراتيجية والسياسية والاقتصادية، ويهدف بشكل اساسى الى دراسة القضايا العربية وانماط التفاعل بين الدول العربية حكومات وشعوبا ومنظمات غير حكومية.

مقالات ذات صلة

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

زر الذهاب إلى الأعلى