Research studies

Pandémie de Corona: Défis et réponses aux systèmes éducatifs

 

Prepared by the researcher :  Dr. Mohamad Rammal – Université Saint Joseph – Beyrouth – Liban

Democratic Arab Center

Journal of Afro-Asian Studies : Twelfth Issue – February 2022

A Periodical International Journal published by the “Democratic Arab Center” Germany – Berlin.

Nationales ISSN-Zentrum für Deutschland
ISSN  2628-6475
Journal of Afro-Asian Studies

:To download the pdf version of the research papers, please visit the following link

https://democraticac.de/wp-content/uploads/2022/02/Journal-of-Afro-Asian-Studies-Twelfth-Issue-%E2%80%93-February-2022.pdf

Résumé

Cette recherche vise à identifier les défis auxquels sont confrontés les systèmes éducatifs pendant la pandémie de Corona, et la mesure dans laquelle ces défis affectent le progrès de ces systèmes. La méthodologie de l’analyse du contenu a été adoptée pour collecter les données, à travers les publications périodiques internationales. Deux types de défis ont été identifiés: la fermeture des écoles et ses resultats sur: Les étudiants, les parents, l’inégalité, la nutrition et la santé physique et psychologique des étudiants. Le deuxième défi est la crise économique résultant de l’inactivité des secteurs économiques, l’impact sur les enseignants et les familles, et la continuité du travail des écoles privées. La recherche a recommandé l’adoption de trois étapes pour relever les défis: l’adaptation, la gestion de la continuité et de l’amélioration et l’accélération de l’apprentissage

Introduction

Avant la pandémie de Corona, le monde Souffrait d’une disparité dans l’education. Il y avait 258 millions d’enfants et de jeunes en âge de fréquenter l’école primaire et secondaire qui ne fréquentaient pas l’école(1). En raison de la faible qualité de la scolarité, Des franges entières de la population n’ont pas reçu un apprentissage suffisant. Le taux de pauvreté scolaire dans les pays à revenu faible et intermédiaire était de 53%, ce qui signifie que plus de la moitié des jeunes de 10 ans sont incapables de lire et de comprendre une histoire simple adaptée à l’âge(2).

Pire encore, la crise n’a pas été répartie uniformément: Les enfants et les jeunes défavorisés souffraient d’un accès limité à l’éducation, de taux de décrochage élevés et des taux les plus élevés de déficits d’apprentissage(3). Tout cela signifie que le monde s’est en fait écarté de l’objectif de développement durable, qui exige que tous les pays veillent – entre autres objectifs – à ce que “toutes les filles et tous les garçons bénéficient d’une éducation primaire et secondaire gratuite, équitable et de qualité.”

Lorsque les systèmes éducatifs essayaient de faire des progrès dans l’éducation dans tous les pays du monde, avec la pandémie de la Corona, ces progrès étaient menacés par deux grands types de défis :

  • Quasi-fermeture totale des établissements d’enseignement à tous les niveaux d’enseignement dans le monde,
  • La crise économique et la stagnation provoquées par les mesures prises pour lutter contre la pandémie.

Les fermetures d’écoles et la récession mondiale peuvent avoir des coûts à long terme pour l’éducation et le développement si les gouvernements ne s’y attaquent pas. Ces défis nécessitent des efforts considérables pour contrer leur impact sur le processus éducatif. Le défi de la fermeture quasi totale des écoles au cours des deux dernières années a entraîné, et entraînera par la suite, d’autres pertes d’apprentissage, une augmentation des taux de décrochage et une augmentation des inégalités. Le deuxième défi de la crise économique a, et va par la suite, exacerber les dégâts, en réduisant l’offre et la demande de l’éducation, car elle affecte les ménages. Les deux seront préjudiciables au capital humain et au bien-être à long terme.

La pandémie de Corona menace maintenant de détériorer les finalités de l’apprentissage, qui ont déjà eu un impact profond sur l’éducation, avec la fermeture d’écoles dans presque tous les pays du monde, le plus grand choc pour tous les systèmes éducatifs de l’histoire. Les dommages devraient s’aggraver en raison de la profonde dépression mondiale que cette situation sanitaire d’urgence entraînera.

Premier défi: Fermeture des écoles

À la fin de l’année dernière, des écoles de plus de 180 pays avaient fermé leurs portes et 85% des élèves dans le monde n’étaient pas scolarisés(4). Sans une intervention politique audacieuse, les systèmes éducatifs auront des coûts directs pour l’éducation et la santé des enfants et des jeunes en:

  • le déclin de l’apprentissage et les taux d’abandon élevés, en particulier parmi les groupes défavorisés. Les élèves ont généralement cessé d’apprendre des matières scolaires, et il y a eu un déclin important chez les enfants d’âge préscolaire, dont les familles ont commencé à accorder la priorité à leur éducation pendant les fermetures d’école. L’écart d’inégalité dans l’apprentissage s’est creusé, car les enfants de familles plus riches et mieux éduquées ont accès à un soutien à l’apprentissage à domicile. Enfin, le risque de décrochage scolaire a augmenté, en raison du manque d’encouragement des enseignants, afin de réduire la participation des élèves marginalisés à l’éducation scolaire.
  • La santé et la sécurité en souffrent également, en l’absence de soutien et d’infrastructures fournies par les écoles. La nutrition et la santé physique des élèves ont été affectées, quelque 368 millions d’enfants dans le monde dépendent des programmes d’alimentation scolaire. La santé psychologique des élèves a également été affectée par l’isolement pendant le confinement ou la distanciation social et les effets douloureux de la crise sur les familles, qui peuvent encourager les jeunes décrocheurs à adopter des comportements à risque et peuvent augmenter la fertilité des adolescents.

Deuxième défi: Le choc économique

Selon les statistiques du Fonds monétaire international (FMI), l’économie mondiale a diminué de 4,1% au cours de la dernière année, diminuant plus que lors des crises financières mondiales de 2008 et de 2009(5). Ce choc a eu de graves conséquences pour les gouvernements et les ménages, et a affecté à la fois l’offre et la demande de l’éducation:

  1. Le taux de décrochage a augmenté, car de nombreux élèves ont abandonné l’école pour toujours, et ce taux fut remarquable parmi les membres des groupes défavorisés. Lorsque les écoles ont été rouvertes à la suite de la crise d’Ebola, qui a causé la perte de presque une année scolaire complète en Sierra Leone, les filles étaient environ 16 points de pourcentage moins susceptibles de retourner à l’école. Le taux élevé de décrochage devrait entraîner une hausse du travail des enfants et du mariage des mineurs et des adolescents.
  2. La souffrance de l’apprentissage a été encore aggravée par les pressions économiques sur les ménages. Même si les étudiants n’abandonnent pas l’éducation, la capacité des ménages à se permettre des intrants éducatifs – comme les livres à la maison ou les tutoriels – diminue jusqu’à ce que l’économie se redresse. Les parents ont fait passer leurs enfants des écoles privées aux écoles publiques, ce qui exerce une pression supplémentaire sur les systèmes scolaires publics déjà surpeuplés et réduit leur qualité.
  3. l’effondrement economique a affecté les conditions des établissments scolaires et des enseignants. Les pressions financières ont réduit les investissements dans l’éducation, réduisant ainsi les ressources disponibles pour les enseignants. La qualité de l’enseignement (aussi bien sur Internet que lorsque les écoles reprennent) souffre de difficultés car certains enseignants sont directement touchés par cette crise sanitaire et d’autres souffrent de pressions financières dues à des réductions de salaires ou des retards. En raison du manque d’outils d’évaluation pendant la période de fermeture, les enseignants ont éprouvé des difficultés considérables à essayer de soutenir leurs élèves à distance dans le processus d’apprentissage. Enfin, certaines écoles privées ont été forcées de cesser de travailler en raison du faible revenu, ce qui a réduit l’offre de scolarisation.

3-1- Coût futur élevé:

Si ces effets ne sont pas traités, ils imposeront des coûts à long terme aux étudiants et à la société. Compte tenu de l’augmentation probable de la pauvreté éducative, cette crise pourrait empêcher toute une génération de réaliser son véritable potentiel. Les élèves qui devront abandonner l’école ou qui connaîtront un déclin important de leur capacité d’apprentissage subiront un déclin de leur productivité et de leur capacité de gagner leur vie.

 L’écart d’inégalité s’élargira, car ces effets sont plus susceptibles d’affecter les étudiants des familles pauvres et marginalisées. Les enfants qui ont le plus besoin d’éducation pour sortir de la pauvreté sont les plus susceptibles d’être privés d’éducation en raison de cette crise. Ce déclin des perspectives économiques peut à son tour conduire à une augmentation des activités criminelles et des comportements dangereux, ainsi qu’à une escalade des troubles sociaux chez les jeunes. Dans de nombreux pays à revenu faible et intermédiaire, un nombre croissant de jeunes et de faibles perspectives se sont révélés être un mélange explosif à tout moment. Le déclin du capital humain de la génération actuelle d’étudiants – concentré parmi les groupes les plus défavorisés – perpétue la pauvreté et l’inégalité.

La crise peut-elle se transformer en opportunité? Comment? prévenir les dégâts, reconstruire mieux.

Les conséquences négatives dont j’ai parlé plus tôt ne sont pas inévitables. L’éducation a aujourd’hui des coûts énormes, comme toutes les valeurs sociales, mais si les États allaient dans le sens de l’apprentissage continu, ils seraient en mesure de réduire ce préjudice, même partiellement. Grâce à une bonne planification et à des politiques efficaces, ils peuvent exploiter la crise pour créer une occasion de construire des systèmes éducatifs plus inclusifs, plus efficaces et plus résilients aux crises.

Comment transformer une crise en opportunité? Grâce aux réponses stratégiques des systèmes éducatifs, les politiques nécessaires pour changer cette situation sont regroupées en trois étapes qui se chevauchent: adaptation, gestion de la continuité et amélioration et accélération de l’apprentissage.

 Dans la mise en œuvre de ces stratégies, les systèmes éducatifs mondiaux devraient s’efforcer de se rétablir sans répéter les erreurs du passé, car la situation dans de nombreux pays a été caractérisée par de faibles niveaux d’apprentissage, des inégalités élevées et des progrès lents. Aujourd’hui, les systèmes éducatifs offrent aux États l’occasion de “mieux reconstruire”: ils peuvent faire de leurs stratégies de redressement les plus efficaces une plate-forme pour des améliorations à long terme dans des domaines tels que l’évaluation, l’éducation, la technologie, le financement et la participation des parents.

Figure 1-1: Chocs sur l’éducation

Figure 2-1: Les trois étapes de la réponse éducative qui se chevauchent

Phase un: L’Adaptation

La première étape consiste à s’adapter avec succès aux procédures de fermeture de l’école, en protégeant la santé et la sécurité, et à faire tout ce qui est possible pour prévenir les pertes d’apprentissage des élèves dans l’apprentissage à distance. Dans le même temps, les pays doivent commencer à planifier la réouverture complète des écoles, et ont commencé à les ouvrir en partie. Cela signifie prévenir l’abandon scolaire, assurer la santé des élèves et utiliser de nouvelles techniques pour favoriser un rétablissement rapide de l’apprentissage dans des domaines clés une fois que les élèves retournent à l’école. Lorsque le système scolaire sera installé, les États seront en mesure d’employer le travail ciblé et l’innovation qui ont caractérisé la période de récupération pour “mieux reconstruire”. Ce qui est important: Ne pas répéter les systèmes éducatifs actuels d’erreurs qui existaient avant la pandémie de Corona, mais travailler à améliorer les systèmes et accélérer l’apprentissage de tous les élèves.

En plus de protéger les élèves et leurs familles contre l’infection, de nombreux États mettent en œuvre des programmes d’alimentation complémentaire ou de transfert de fonds pour s’assurer que les élèves qui sont généralement dépendants des programmes d’alimentation scolaire ne tombent pas victimes de la faim.

  • Pour éviter les pertes d’apprentissage, les pays ont lancé des programmes d’apprentissage à distance d’urgence dans le monde entier, du Nigeria à la Norvège. Les meilleurs utilisent des plateformes qui ont accès à tous les enfants, quel que soit le revenu du ménage (comme la télévision, la radio et les smartphones). Ces méthodes de confinement sont très importantes : sans politiques explicites pour atteindre les ménages défavorisés, seules les familles plus riches et plus instruites peuvent faire face à ce traumatisme.
  • En plus d’offrir un enseignement à distance, les systèmes d’éducation doivent prévenir le décrochage scolaire de façon proactive en tendant la main aux étudiants à risque et en leur offrant un soutien financier ciblé. La sensibilisation des familles peut également être un moyen important de fournir des conseils et des ressources sur la meilleure façon de soutenir les enfants à la maison pendant les fermetures d’école.
  • Enfin, les pays devraient utiliser leurs universités et d’autres établissements postsecondaires pour le soutien technique, la formation rapide et l’accès aux connaissances mondiales.

Phase deux: Gestion de la continuité

Le monde a récemment assisté à un relâchement progressif des règles de séparation sociale après le retour au travail de certains établissements, de sorte que les systèmes éducatifs doivent assurer la réouverture sécuritaire des écoles, réduire au minimum le taux de décrochage scolaire et commencer à restaurer le processus d’apprentissage. La réouverture des écoles est un processus complexe, qui doit être ouvert par étapes, avec la possibilité de fermer d’autres cours en période d’épidémie. Les systèmes doivent commencer à planifier cela et tirer des leçons de l’expérience d’autres systèmes qui l’ont traversé, comme la Chine et Singapour. En plus d’assurer la santé des écoles, il faut faire de plus en plus.

  • Dans de nombreux pays à revenu faible ou intermédiaire, la réouverture des écoles doit être précédée de campagnes de réenrôlement pour réduire au minimum le décrochage scolaire. Les groupes les plus à risque de décrocher (comme les filles ou les élèves des communautés marginalisées) devraient recevoir un soutien ciblé et des messages médiatiques.
  • Une fois que les élèves retournent à l’école, le rétablissement de l’apprentissage devrait être une priorité, afin d’éviter que les possibilités pour les enfants et les jeunes ne soient jamais touchées. Cela nécessitera un ensemble de mesures pour compenser les pertes d’apprentissage, de l’amélioration de l’évaluation en classe à une éducation et un programme plus ciblés (pour permettre l’enseignement au niveau approprié après la fermeture) à l’intégration de la technologie dans l’enseignement. Ces efforts exigeront des directives et du matériel clairs à l’échelle du système, ainsi qu’une formation pratique ciblée pour les administrateurs scolaires et les enseignants. Des ressources substantielles seront également nécessaires, ce qui signifie que les budgets pour l’éducation doivent être protégés, à un moment où les familles seront moins en mesure de soutenir l’éducation à domicile, avec le potentiel d’une demande accrue pour les écoles publiques.

Phase trois: Améliorer et accélérer l’éducation

La crise offre également l’occasion de reconstruire des systèmes éducatifs plus forts et plus équitables.

  • Une fois la pandémie terminée, les parents, les enseignants, les médias, les gouvernements et d’autres intervenants auront changé leur point de vue et leur perception de leur rôle dans le processus éducatif. Par exemple, les parents comprendront mieux la nécessité de collaborer avec les écoles pour promouvoir l’éducation de leurs enfants. L’écart d’égalité sera plus clair et la nécessité urgente de le réduire deviendra également évidente. Il y aura une meilleure compréhension de la fracture numérique – différences dans l’accès au matériel, la connectivité et les logiciels appropriés ainsi qu’un énorme déficit dans les enseignants familiers avec les compétences numériques.
  • Ce sera une occasion, mais elle doit être utilisée pour une meilleure reconstruction. Les innovations qui seront appliquées au cours des phases d’adaptation et de continuité fourniront un schéma directeur de ce que les États peuvent faire lorsqu’ils mettent davantage l’accent sur les moyens les plus efficaces et équitables de combler les lacunes d’apprentissage chez tous les enfants. Il est important que nous investissions ces succès et que nous les intégrions à nos processus habituels – y compris une utilisation plus efficace de la technologie dans les systèmes d’apprentissage à distance; des systèmes d’alerte précoce pour prévenir l’abandon scolaire; des programmes éducatifs et scolaires pour enseigner au niveau approprié et développer les compétences institutionnelles; et un soutien intensif pour les parents, les enseignants et les élèves, y compris un soutien social et émotionnel.

Conclusion

      Il est temps de s’efforcer d’avoir une meilleure éducation.Tous les systèmes éducatifs dans le monde sont maintenant pleinement en alerte aux situations d’urgence proportionnelles à la pandémie, ce qui est naturel, parce que la crise nous a soudainement envahi et les systèmes éducatifs ne sont pas prêts à faire face à la pandémie, et la priorité immédiate aujourd’hui est de s’adapter: – d’abord pour protéger la santé et la sécurité, Ensuite, exploiter les efforts  pour garder les élèves dans un engagement constant par l’apprentissage à distance et d’autres moyens de communication avec l’école.

Avec l’adaptation, la planification d’un avenir meilleur doit commencer dès aujourd’hui. À mesure que les systèmes d’éducation s’adaptent aux fermetures d’écoles, ils doivent commencer à planifier la façon de gérer la continuité lorsque les écoles rouvrent et planifier et accélérer l’amélioration de l’apprentissage. Le principe devrait être de saisir chaque occasion, à chaque étape, d’améliorer le rendement. En tirant parti des innovations et des actions émergentes, les systèmes éducatifs seront en mesure d’harmoniser et d’appliquer plus largement des solutions plus efficaces. Ils pourront ainsi consolider leur apprentissage scolaire, leur agilité et leur résilience aux crises. La vision et l’action proactive contribueraient non seulement à réduire les dommages causés par la crise actuelle, mais aussi à transformer la reprise en véritable croissance. Les sociétés ont une réelle opportunité de “reconstruire mieux”, et elles doivent saisir cette opportunité.

Références

1- Institut de statistique de l’UNESCO. (2021). Children and young people dropping out of education. Tiré de: http://uis.unesco.org/en/topic/out-school-children-and-youth.

2- Banque Mondiale. (2019). ending learning poverty: What’s the point? Washington: World Bank. Tiré de: https://openknowledge. Worldbank. Org/handle/10986

3- Banque Mondiale. (2018). Rapport sur le développement dans le monde 2018. Learning to achieve the expected role of education. Washington: World Bank. tiré de: https//: openknowledge. Worldbank. Org/handle/ 10986

4- Banque Mondiale. (2020). Work of the World Bank in the education sector and the corona virus, interactive map. Tiré de:

www://https ://world-bank-education-and-covid-19/24/03/interactive/2020

worldbank.org/handle/10986. /data/fr/org.worldbank

5- Fonds monétaire international. (2020). Rapport sur les perspectives de l’économie mondiale (avril 2020). Fonds monétaire international

5/5 - (1 صوت واحد)

المركز الديمقراطى العربى

المركز الديمقراطي العربي مؤسسة مستقلة تعمل فى اطار البحث العلمى والتحليلى فى القضايا الاستراتيجية والسياسية والاقتصادية، ويهدف بشكل اساسى الى دراسة القضايا العربية وانماط التفاعل بين الدول العربية حكومات وشعوبا ومنظمات غير حكومية.

مقالات ذات صلة

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.

زر الذهاب إلى الأعلى