fbpx
Research studies

La communication politique en temps de crise ;cas de COVID-19

Political Communication in the Crisis – Coved- 19 model-

 

Prepared by the researcher

Ferram Rabie Profession :professeur du secondaire qualifiant. Doctorant en droit public et sciences politiques– Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales, Salé-Maroc. Nationalité :marocaine

Source – Democratic Arab Center

Journal of Media Studies : Issue Atheist ten – May 2020

A Periodical International Journal published by the “Democratic Arab Center” Germany – Berlin

Nationales ISSN-Zentrum für Deutschland
ISSN 2512-3203
Journal of Media Studies

:To download the pdf version of the research papers, please visit the following link

https://democraticac.de/wp-content/uploads/2020/05/%D9%85%D8%AC%D9%84%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D8%AF%D8%B1%D8%A7%D8%B3%D8%A7%D8%AA-%D8%A7%D9%84%D8%A5%D8%B9%D9%84%D8%A7%D9%85%D9%8A%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D8%B9%D8%AF%D8%AF-%D8%A7%D9%84%D8%AD%D8%A7%D8%AF%D9%8A-%D8%B9%D8%B4%D8%B1-%D8%A3%D9%8A%D8%A7%D8%B1-%E2%80%93-%D9%85%D8%A7%D9%8A%D9%88-2020.pdf

Résumé

     La communication politique adoptée par les leaders politiques revêt un aspect circonstancié étant donné la particularité de cette nouvelle conjoncture liée à la propagation de Covid-19.

      En fait, la nécessité d’accroître le taux de la participation effective des citoyens passe par la mobilisation qui fait appel à des procédés pertinents. Par conséquent, le recours aux arguments d’autorité consolide toutes les décisions prises et leur accordent un aspect actionnel.

       En outre,si la distribution des valeurs fondamentales de la citoyenneté  fortifie la chance d’adhésion des citoyens,la tonalité pathétique touche le pathos par l’énumération des sacrifices des personnels de la santé.Ainsi,le discours politique adopté à la lumière de la propagation de ce virus  consacre la démocratie participative et représentative d’une manière significative.

Abstract

       The political communication adopted by political leaders has a detailed aspect given the particularity of this new conjuncture linked to the propagation of Covid-19.

       In fact, the need to increase the rate of effective participation of citizens requires mobilization which calls for relevant procedures. Consequently, the use of authority arguments consolidates all the decisions taken and gives them an operational aspect.

      In addition, if the distribution of the fundamental values of citizenship strengthens the chances of adhesion of citizens, the pathetic tone touches the pathos by the enumeration of the sacrifices of the health personnel. Thus, the political discourse adopted in the light of the spread of this virus consecrates participatory and representative democracy in a significant way.

La communication politique en temps de crise ;cas de COVID-19.

        À  l’échelle internationale ,les systèmes politiques réagissent  suite à la propagation de  Covid-19 si bien qu’un changement réglementaire et institutionnel  voire communicationnel lui est subséquent. Si la communication politique est indéfectiblement consubstantielle au champ politique, elle est souvent porteuse de changement.

Par ailleurs, la communication dans la sphère politique peut devenir une communication de crise dans la mesure où elle se métamorphose en un moyen d’allègement d’une tension sociale ou une échappatoire à un mal  qui peut  générer  une anarchie totale.

Ainsi, les discours des leaders politiques à l’échelle internationale sont unanimement focalisés sur l’appel d’urgence en vue d’épargner leurs citoyens d’une grande calamité et partant leurs propos demeurent tributaires d’un registre particulier.

A priori, il s’avère que le discours adopté par les leaders politiques lors d’une situation de crise se démarque des autres émis dans des situations ordinaires pour revêtir un aspect qui lui est spécialement inhérent.

Dans ce sillage, il est indispensable d’appréhender les outils adoptés par les leaders politiques au fil de leurs discours en situation de crise. Ainsi, qu’est-ce qui fait la particularité de la communication produite dans une situation marquée par la crise par rapport à une autre énoncée dans  d’autres contextes? Autrement dit, À quel point le discours politique adopté lors d’une crise valorise davantage la démocratie participative et représentative?

En fait, les discours politiques adoptés par le président français Emmanuelle Macron, au moment de cette difficile conjoncture, est un aspect de cette communication dite de crise. En effet, il est le cas sur lequel nous allons nous pencher dans l’analyse étant donné son impact sur la vie au sein d’un pays démocratique  comme la France en vue de  décrire  les procédés adoptés à travers les dires solennels  dans le dessein de  mettre fin à la tension générée par ce virus .

A priori, les discours politiques nouvellement adoptés par les leaders lors de cette crise sanitaire dévoile leur propension à valoriser la mise en scène et la distribution des valeurs universelles en vue de solliciter la participation politique des citoyens à grande échelle pour endiguer les répercussions de l’épidémie.

Ainsi, Pour étudier la spécificité de la communication politique au moment de  crise , nous allons nous référer à l’approche  pragmatique qui se focalise sur les procédés qui traduisent la velléité à  impacter  le comportement sociopolitique des citoyens .En fait, c’est l’acte illocutoire qui  représente la quintessence de cette approche vu qu’il se focalise sur l’action d’agir sur autrui[1].

I-L’étude du discours politique

Ayant égard aux nouvelles démarches adoptées  par les médias de masse lors de  cette donne   socipolitique ,il s’ensuit que le discours politique s’inscrit dans la recherche libérale qui étudie les effets des médias sur l’instance citoyenne .

1-les théories  libérales

A l’encontre des théories critiques, les recherches libérales démontrent l’effet limité des médias sur l’opinion publique. En l’occurrence, les travaux de Paul lazarsfeld  mettent en lumière le concept two -step flow of communication  ,ou flux à deux temps de la communication ,qui propose une dynamique de l’influence des médias par l’intermédiaire des leaders d’opinion[2].

Dans cet itinéraire, il est sans doute crucial de rappeler qu’au moment de la crise, les médias inaugurent un contrat médiatique[3] d’un genre nouveau fondé sur la mobilisation et la conscientisation des citoyens. Et partant, ils recourent à la valeur ajoutée des leaders d’opinion pour influer  sur le comportement sociopolitique des individus .Etant donné que les discours énoncé par le président de la république  sont marqués des mots inhérents au confinement et au jargon politico-médical,il fallait inéluctablement faciliter l’adhésion à la perception du simple citoyen.les dits leaders d’opinion qui sont censés assurer le relais des messages énoncés sont à la fois des spécialistes et des associations de la société civile.

Par ailleurs, l’instance médiatique en France  fait appelle à un ensemble d’intervenant pour expliquer les mesures de prévention et la mise en vigueur du confinement. De facto, la télévision[4] accorde un temps de  l’antenne  aux leaders d’opinion jugés plus aptes à adopter un métalangage de proximité.

En ce qui concerne la décision prise par Macron qui annonce la fermeture de toutes les écoles, crèches, collèges ; lycées et universités à partir du 16 Mars, elle attise un nombre important d’interrogations qui ne cessent de s’approfondir et partant des éclaircissements sont précisés par des spécialistes pour illuminer l’opinion publique.

En effet, sur les antennes de la chaîne France 2, le docteur Damien Mascret explique les input et enjeux de cette mesure prise.En fait,il énumère sa valeur ajoutée de cette mesure qui vise à limiter le déplacement des personnes ce qui permet de ralentir l’épidémie [5].

De même, Édouard Geffray en sa qualité de  directeur général de l’enseignement scolaire explique le mode d’apprentissage à distance :Vous avez ici de quoi travailler en autonomie trois à quatre heures par jour, cinq jours par semaine”[6] qui s’effectue par le  biais des plates formes numériques proprement éducatives et pédagogiques en respectant un créneau horaire précis pour l’unification des cours à distance.

Outre les spécialistes, les associations contribuent à l’ancrage des discours officiels en facilitant la représentation des mesures à prendre pour qu’elles soient  appréhendées et adoptées par tout le monde.

En effet, la réduction du déplacement est une décision qui suppose une clarification quant aux ses modalités si bien qu’elle s’est bifurquées en points clairs :

-Se déplacer de son domicile à son lieu de travail dès lors que le télétravail n’est pas possible

-Faire ses achats de première nécessité dans les commerces de proximité autorisés

-Se rendre auprès d’un professionnel de santé pour des consultations ou soins ne pouvant ni être différés ni assurés à distance

-Se déplacer pour la garde de ses enfants et aider les personnes vulnérables à la stricte condition de respecter les gestes barrières

-Faire de l’exercice physique uniquement à titre individuel, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile, et sans aucun rassemblement

-Convocation judiciaire ou administrative.

-Participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative[7].

2-l’approche pragmatique

Etant imprégné  des caractéristiques d’un fait social[8], le discours politique renvoie à l’action   entreprise par le locuteur lors de son énonciation. Dans ce sens, l’approche pragmatique représente  l’outil méthodologique le plus adéquat à notre étude. Autrement dit, si les discours politiques récemment adressés aux français suite à l’évolution du Covid-19 sont basés sur la mobilisation et la participation des citoyens, l’approche pragmatique est le cadre théorique qui étudie par excellence l’aspect factuel du discours politique tout en réunissant l’argumentation et les théories des actes de langage.

Pour ce qui est de l’argumentation, elle se considère comme une partie prenante de la rhétorique .Si l’énonciation est un acte par lequel l’énonciateur produit un message à a destination des récepteurs, il est évident que les arguments y utilisés modifient leurs représentations  de la réalité. Dans ce sens, l’argumentation est une démarche qui vise à intervenir sur l’opinion, l’attitude voire le comportement de quelqu’un[9].Ce processus discursif prônant un impact  sur le récepteur soit-il à court ou à long terme, suppose la prise en conscience de deux cas de figures ; persuader et convaincre.

En effet, le premier cas s’attelle à toucher les sentiments du récepteur pour qu’il change ou adopte une nouvelle représentation voulue par le locuteur. De là, plusieurs procédés contribuent à l’interpellation des sentiments tel la tonalité pathétique. Laquelle reflète l’intention de vibrer le pathos du récepteur en l’apitoyant afin qu’il adhère à la thèse défendue par l’énonciateur.

Étant l’un des piliers de la rhétorique aristolicienne formant un socle tripartite avec le logos et l’ethos[10],le pathos recourt au champ lexical des sentiments pour promouvoir ceux des récepteurs. Ainsi, la description touchante et émouvante des situations lamentables ou d’une donne particulière attendrit les émotions ;le cas des personnels de la santé qui sacrifient leurs vies et celles de  leurs enfants pour prendre en charge des personnes atteintes du Covid-19 ainsi qu’ils sont acculés au confinement au sein même  des établissements hospitaliers.

Par ailleurs,״convaincre״  est le deuxième cas de figure qui se différencie du premier du fait qu’il fait valoir le logos étant donné son appui sur la raison pour influencer l’oratoire.

Dans ce sillage,les deux types de raisonnements inductif et déductif sont les plus adoptés par les acteurs politiques.En fait,pour asseoir leurs propos, les leaders politiques adoptent un sens précis ,qu’il aille du genéral vers le particulier ou inversement dans le dessein d’atteindre le lieu commun qui est sciemment appréhendé à l’instar de la généralisation de cette crise sanitaire qui ne fait pas la particularité française mais qui s’étend partout dans le monde.

De surcroît, l’argument d’autorité accorde une fiabilité et de la crédibilité aux informations données dont la source est une institution ou instance légalement reconnues comme l’Organisation Mondiale de la Santé qui exige le confinement comme étant le moyen le plus efficient pour endiguer le COVID-19 avant la conception et le mise en forme d’un vaccin pour en lutter.

Concernant les actes de langage, ils s’appuient sur le principe de l’action qui émane des discours politiques dont les énoncés sont souvent performatifs puisqu’ils permettent d’accomplir un acte du seul fait de les dire[11].

En effet, l’acte de langage contient trois éléments de base à savoir l’acte locutoire, l’acte illocutoire et l’acte perlocutoire. Ainsi, le fait d’énoncer un message en respectant les règles morphosyntaxiques sans qu’il soit destiné à impacter le récepteur est la particularité de l’acte locutoire.

Or, l’acte perlocutoire consiste à produire un effet sur l’énonciataire par le biais de dire et de communiquer ce qui accorde aux propos un acte solennel de faire tout en parlant. Quant à l’acte perlocutoire, il se veut l’enjeu de la communication à savoir la provocation des effets concrets  sur l’interlocuteur.

À posteriori, l’acte perlocutoire et l’acte illocutoire représentent des leviers discursifs les plus sollicités dans les discours énoncés par la majorité des chef des États y compris Macon étant donné leur intention à mettre en vigueur  des décisions politiques par le simple fait de les énoncer ainsi que leur quête de mobiliser un nombre important de citoyens en vue de participer à la diminution de la propagation du virus en respectant les mesures d’hygiène et de confinement.

II-les stratégies communicationnelles de crise

Parallèlement à la propagation  alarmante du virus Corona, les stratégies de la communication adoptées par le président français  lors de ses deux dernières allocutions[12] se veulent davantage  tactiques et pragmatiques. Il ressort de ce qui précède que le contexte de la crise a engendré une réalité communicationnelle innovante en l’occurrence la communication dite de crise dans le dessein d’en sortir indemne.

De prime abord, le recours à des explications accessibles à toutes les composantes de la société fût l’élément de base des stratégies communicationnelles mises en vigueur.

En fait, le président a opté pour une stratégie de la reconnaissance  par le biais d’une communication claire et ferme, en confirmant la présence effective d’une pandémie considérée comme « la plus grave crise sanitaire qu’ait connu la France depuis un siècle. Dans l’immense majorité des cas, le Covid-19 est sans danger, mais le virus peut avoir des conséquences très graves, en particulier pour celles et ceux de nos compatriotes qui sont âgés ou affectés par des maladies chroniques comme le diabète, l’obésité ou le cancer »[13] .Devant cette situation d’impasse, la communication politique tend à contingenter la crise  au niveau du temps qui sera délimité à deux mois « la trêve hivernale sera reportée de deux mois »[14].

De second abord, le déplacement du lieu de débat est pratiqué explicitement par le locuteur pour pointer du doigt la rumeur et les fausses informations  pour leur implication dans l’acuité de cette crise. Avec la montée des ״fake news״ [15] qui sèment la panique et la terreur dans les rangs de la société ,le président de la république française adopte un nouvel angle d’analyse en évoquant les répercussions négatives des fausses informations sur la lutte contre l’évolution de cette crise.

1-La dramatisation discursive

 Si la nouvelle conjoncture impose de susciter l’adhésion  de toutes les catégories de la société ,il conviendrait d’octroyer un ton fort à la communication politique afin qu’elle soit audible et plus émouvante. Et partant, l’utilisation de la mise en scène et la sollicitation pressante du pathos requièrent une condition sine qua non au discours lié à une conjoncture marquée de crise.

De facto, cette vision empruntée au théâtre  a permis aux discours de Macron de s’inscrire dans une nouvelle approche s’adossant à la concrétisation de  la démocratie représentative[16] .Il s’ensuit que le président décrit le mal et propose en aval des solutions pertinentes pout le défier[17].

Tout au long de ses deux discours, Macron active son habilité discursive dans la description du mal qui menace la santé et la pérennité des citoyens français « nous sommes en guerre, en guerre sanitaire certes. Nous ne luttons ni contre une armée ni contre une autre nation , mais l’ennemi est là, invisible, insaisissable ,et qui progresse .Et cela requiert notre mobilisation »[18].Pour peu que les citoyens semblent  incrédules quant  à la gravité de ce mal, la répétition à maintes reprises de la fameuse expression « nous sommes en guerre »[19] amplifie et insiste  sur la dangerosité que représente ce virus .C’est pourquoi il se hisse à un ennemi de grande taille exigeant un état d’urgence .

À cet égard, l’énonciateur propose des mesures nécessaires pour le conjurer ou du moins alléger ses méfaits néfastes sur la patrie.

En effet, la résolution de ce fléau stipule tout d’abord la prévention qui passe par un appel à un confinement obligatoire « respectons les gestes barrières, les consignes sanitaires .C’est le seul moyen de protéger les personnes vulnérables […] Dès demain midi et pour quinze jours au moins, nos déplacements seront fortement réduits»[20].

Dans ce même itinéraire, il importe de susciter le pathos des citoyens pour les persuader tant que la situation exige  la contribution tangible  de tous les intervenants. Pour adhérer aux nouvelles mesures prises, les propos du président tendent à apitoyer les citoyens en évoquant le risque que représente ce virus sur les personnes qui leur sont chères s’ils ne prennent pas le confinement au sérieux « même si vous ne présentez aucun symptôme, vous risquez de contaminer vos amis ,vos parents, grands parents, de mettre en danger la santé de ceux qui vous ont chers »[21].De plus, l’attendrissement du sentiment de la compassion des citoyen s’appuie sur la répétition abondante du mot « vulnérables » qui insiste sur  la situation difficile à laquelle sont exposées les personnes les plus chétives  au cas où la mobilisation des citoyens ne serait réifiée dans le vécu quotidien.

2-la distribution des valeurs

La citoyenneté dans le sens moderne du terme comporte des droits et implique en contrepartie un certain nombre de devoirs fondamentaux d’une façon plus générale, le bien public doit être la priorité de tous les citoyens envers la nation .

A posteriori, l’adhésion des citoyens à la résolution de ce fameux problème nécessite leur prise en conscience autant que faire se peut du civisme comme étant un engagement individuel et un choix irréversible qui relève de la démocratie participative[22]. Laquelle est représentée comme l’un des leviers de la Constitution Française qui reflète l’évolution des droits sociaux et politiques  octroyés aux français.

Ce faisant, la distribution des valeurs universellement reconnues consolide cet appel à la participation inconditionnée des citoyens qui se veut une énumération des principes tributaires du civisme et de l’esprit d’un bon citoyen loyal et probe.

Tout d’abord, il est d’autant plus crucial de réaliser un consensus que de le mettre en exergue pour se focaliser sur un seul objectif  qui est de ralentir la propagation du virus. De là, l’union nationale, qui requiert une importance symbolique pour les français pendant toutes les conjonctures particulières, sollicite une participation concrète de l’instance citoyenne[23]  par une interpellation directe effectuée par le locuteur « J’appelle tous les acteurs politiques, économiques, sociaux associatifs, tous les français à s’inscrire dans cette union nationale  qui a permis  à notre pays de surmonter tant de crises par le passé »[24].

Outre l’Union nationale, il ne faut pas pour autant perdre  de vue  la plus value du respect dans la mobilisation des citoyens étant donné qu’il met tous les citoyens dans une position d’engagement mutuel à l’égard  des mesures qui ont été prises si bien que cette valeur est considérée  comme « le seul moyen de protéger les personnes vulnérables »[25]  promouvant le sens de responsabilité et de la solidarité chez l’instance citoyenne.

Par ailleurs, loin de la distinction des modalités d’action  reposant sur la participation conventionnelle et non conventionnelle[26],  il importe de catégoriser cette participation des citoyens dans la case de la participation institutionnelle étant donné que les pouvoirs publics en sont ses initiateurs[27].Ainsi, elle est codifiée par un temps et un mode particulier de mise en vigueur dictée par les institutions compétentes.

3-L’ argument d’autorité

      Pour réussir la mobilisation des citoyens et l’interpellation des valeurs de responsabilité et de solidarité, maints  procédés argumentatifs  ont été sollicités dans les discours du président français.

     Il est d’autant plus important d’exhorter les français à la participation effective à la gestion de cette crise que de sélectionner les arguments ad hoc.

    En fait, l’appui des propos émis par le chef de l’État et surtout ceux qui portent sur les mesures préventives à mettre en évidence repose essentiellement sur les arguments d’autorité.

En fait, le maintien du scrutin relatif au premier tour des élections municipales représente une décision importante vu qu’il coïncide avec un danger qui pourchasse tous les citoyens qui se rendent au lieu public si bien que la référence à un « consensus scientifique et politique »[28] accorde une légitimité à la mise en vigueur de cet événement assez important tout en se référant à  la fois  à l’approbation scientifique ,qui écarte tout danger à  la santé publique des électeurs ,ainsi qu’une décision résultante d’une concertation entre les différents acteurs politiques afin de montrer la priorité du maintien de ces élections pour le bon déroulement de la gestion de la chose publique.

De surcroît, l’exhortation des citoyens à maintenir le confinement émane de la communauté médicale à savoir «  les personnels soignants des services de réanimation »[29] qui accordent une crédibilité assez forte à cette mesure exceptionnellement adoptée.

Plus les mesures prises montent crescendo plus le recours à l’argument d’autorité se voit très sollicité. En fait, la réduction des déplacements et de regroupement extérieurs comme étant une décision prise par Macron trouve dans l’avis des experts  une décision adéquate dans la mesure où elle prend en considération l’intérêt général « écoutons les soignants qui nous disent :si vous voulez nous aider, il faut rester chez vous et limiter les contacts »[30].

En plus, la décision politique accorde une priorité aux propos tenus dans la mesure où ils seront incorporés de nouvelles règles qui assureront la mise en exergue des mesures puisque « toute infraction sera sanctionnée »,ce qui débouche sur un projet de loi renforçant les décisions prises par le locuteur  en « permettant au gouvernement de répondre à l’urgence et, lorsque nécessaire, de légiférer par ordonnance dans les domaines relevant strictement de la gestion de crise »[31].

Grosso modo, il semble que l’analyse des prestations discursives du chef de l’État français, produites lors  d’une conjoncture particulière ;celle d’une crise due à la propagation de Covid-19,met en relief leurs particularités par rapport aux  discours tenus lors d’une circonstance normale.

En effet, dans le dessein de mobiliser l’adhésion des citoyens à assumer pleinement leur engagement et devoir envers leur nation, Emmanuelle Macron recourt à un éventail de procédés linguistiques reflétant cette tendance pragmatique à vouloir faire faire ; autrement dit, il vise à travers ses discours une exhortation à grande échelle de toute la société à l’action citoyenne.

Ainsi, l’instance citoyenne s’avère davantage mise dans le collimateur des discours adoptés ayant égard à sa valeur ajoutée dans la résolution du problème auquel fait face la France .C’est pour cette raison que les allocutions analysées sont imprégnées d’un ensemble de leviers discursifs pertinents.

En fait, la mise en scène permet de mettre un verre grossissant sur le mal qui menace réellement la sécurité sanitaire des français avant de proposer  des solutions voire des mesures nécessaires en vue de l’éradiquer ou du moins endiguer ses méfaits.

Dans ce sens, la tonalité pathétique contribue à l’apitoiement des citoyens  en vivifiant ses compassions. Ce faisant, le recours aux valeurs universelles joue, nous semble t-il, le rôle de la violence symbolique[32] qui unifie l’inconscience collectif autour des principes de la citoyenneté tels le civisme, le respect et l’engagement.

Il s’ensuit, par ailleurs, que l’appui des mesures préventives se fait par le biais des arguments d’autorité qui sont fiables et crédibles si bien qu’ils maintiennent  le lien indéfectible entre la démocratie participative et représentative corroborant  la corrélation  entre l’engagement citoyen à l’égard d’une cause nationale et la prise de décision politique qui lui est adéquate.

La bibliographie

1-MAINGUENEAU Dominique, Aborder la linguistique, Éditions du seuil, 2009, Paris.

 2-GINGRAS Anne Marie, La communication politique État des savoirs, enjeux et perspectives, la presse de l’université du Québec, 2010 , Québec.

3-CHARAUDEAU Patrick, “Le contrat médiatique”, in les Dossiers audiovisuels, Ina, Paris, 2002, consulté le 10 Mars 2020 sur le site de Patrick Charaudeau – Livres, articles, publications.
URL: http://www.patrick-charaudeau.com/Le-contrat-mediatique.html

 4 -le Journal Télévisé  de 20h, jeudi 12 mars 2020,consulté le 20 MARS 2020 , https://www.france.tv/france-2/direct.html, france2, 2020, https://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/20-heures/jt-de-20h-du-jeudi-12-mars-2020_3835235.html.

5-Association Campus France,https://www.campusfrance.org/fr,consulté le 18/04/2020.

6-CHRAUDEAU Patrick, MAINGUENEAU Dominique, dictionnaire d’analyse du discours, Seuil, 2002 , Paris.

7-Jhon Langshaw Austin,Quand dire,c’est faire,Point,Edition le seuil, Paris,1970.

8-Allocution d’Emmanuel Macron – Covid-19,TV5Monde,  12 Mars 2020.

9-Kevin Razy,et Hamza Garrush, Fake news: Evite de tomber dans le piège !, Editions de la Martinière, Paris, 14 -mars 2019 .

10-Linda Cardinal, Caroline Andrew, La Démocratie à l’épreuve de la gouvernance, University of Ottawa Press, 1 jan. 2001, Ottawa, p.135.

11-CHARAUDEAU Patrick, le discours politique les Masques du pouvoir, Vuibert, avril 2005, Paris.

12-Allocution d’Emmanuel Macron – Covid-19,TV5Monde, Lundi 16 mars 2020.

13-ROBBE François , La démocratie participative, Editions L’Harmattan,Paris,2007.

14-CORCUERA J. Fidel Antonio GasparMonica DjianJavier VicenteChesus Bernal, les discours politiques: Regards croisés, Éditions L’Harmattan, 1 janvier 2017.

15-BALZACQ Thierry, BAUDEWYNS Pierre, JEROME Jamin, LEGRAND Vincent , PAYE Olivier , Nathalie Schiffino, Fondements de science politique, De Boeck Supérieur, Octobre 2014 ,Paris.

16-WEBER Max, Politique et histoire, Librairie Droz, 1995, Paris.

[1] MAINGUENEAU Dominique, Aborder la linguistique, Éditions du seuil, 2009, Paris, p.131.

[2] GINGRAS Anne Marie, La communication politique État des savoirs, enjeux et perspectives, la presse de l’université du Québec, 2010 , Québec p.17.

[3] CHARAUDEAU Patrick, “Le contrat médiatique”, in les Dossiers audiovisuels, Ina, Paris, 2002, consulté le 10 Mars 2020 sur le site de Patrick Charaudeau – Livres, articles, publications.
URL: http://www.patrick-charaudeau.com/Le-contrat-mediatique.html

[4] Les télévisions sont considérées comme les médias les plus sûrs selon Kantar,leader mondial des études et du conseil ,qui publiait le 25 Mars une étude sur l’impact social et économique du coronavirus menée dans l’ensemble des pays  du G7.

[5] le Journal Télévisé  de 20h, jeudi 12 mars 2020,consulté le 20 MARS 2020 , https://www.france.tv/france-2/direct.html, france2, 2020, https://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/20-heures/jt-de-20h-du-jeudi-12-mars-2020_3835235.html

[6] Idem

[7] Association Campus France,https://www.campusfrance.org/fr,consulté le 18/04/2020.

[8] Loin des structuralisme adopté par Ferdinand de  saussure,Pierre Bourdieu étudie l’action entreprise par le fait d’énoncé un discours politique.

[9] CHRAUDEAU Patrick, MAINGUENEAU Dominique, dictionnaire d’analyse du discours, Seuil, 2002 , Paris,p.67.

[10] La rhétorique d’Aristote définit trois entités argumentatifs à savoir le logos qui se réfère à la logique de la parole ,l’ethos qui s’appuie sur l’mage de soi en communiquant et le pathos qui est le moteur qui génère les réactions affectives.

[11] Jhon Langshaw Austin,Quand dire,c’est faire,Point,Edition le seuil, Paris,1970,p.81.

[12] Il s’agit de deux  allocutions solennelles  du chef de l’Etat français Emmanuel Macron à l’issu de la propagation du virus COVID-19,datée respectivement du 12 et 16 Mars 2020.

[13] Allocution d’Emmanuel Macron – Covid-19,TV5Monde,  12 Mars 2020.

[14] idem

[15] Kevin Razy,et Hamza Garrush, Fake news: Evite de tomber dans le piège !, Editions de la Martinière, Paris, 14 mars 2019 .

[16] Linda Cardinal, Caroline Andrew, La Démocratie à l’épreuve de la gouvernance, University of Ottawa Press, 1 jan. 2001, Ottawa, p.135.

[17] CHARAUDEAU Patrick, le discours politique les Masques du pouvoir, Vuibert, avril 2005, Paris, p.70.

[18] Allocution d’Emmanuel Macron – Covid-19,TV5Monde, Lundi 16 mars 2020

[19] idem

[20] Allocution d’Emmanuel Macron – Covid-19,op.cit.

[21] idem

[22] ROBBE François , La démocratie participative, Editions L’Harmattan,Paris,2007 ,p.12.

[23] CORCUERA J. Fidel Antonio GasparMonica DjianJavier VicenteChesus Bernal, les discours politiques: Regards croisés, Éditions L’Harmattan, 1 janvier 2017, p.34

[24] Allocution d’Emmanuel Macron – Covid-19,op.cit.

[25] Allocution d’Emmanuel Macron – Covid-19,op.cit.

[26] La participation conventionnelle renvoie à toutes les activités liées au processus électoral,alors que la participation non conventionnelle correspond à des formes de mobilisation citoyenne qui peuvent être davantage protestataires.

[27] BALZACQ Thierry, BAUDEWYNS Pierre, JEROME Jamin, LEGRAND Vincent , PAYE Olivier , Nathalie Schiffino, Fondements de science politique, De Boeck Supérieur, Octobre 2014 ,Paris,  p.362.

[28] Allocution d’Emmanuel Macron – Covid-19,op.cit.

[29] idem

[30] idem

[31] idem

[32] WEBER Max, Politique et histoire, Librairie Droz, 1995, Paris, p.138.

الوسوم

المركز الديمقراطى العربى

المركز الديمقراطي العربي مؤسسة مستقلة تعمل فى اطار البحث العلمى والتحليلى فى القضايا الاستراتيجية والسياسية والاقتصادية، ويهدف بشكل اساسى الى دراسة القضايا العربية وانماط التفاعل بين الدول العربية حكومات وشعوبا ومنظمات غير حكومية.

مقالات ذات صلة

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

زر الذهاب إلى الأعلى
إغلاق
إغلاق