Research studies

Les relations Maroco-Africaines à l’ère de la pandémie du covid-19

The Morocco-African relations in the era of the covid pandemic-19

 

Prepared by the researcher

Youness Maleh – Doctorant à l’Université Mohammed V de Rabat – Faculté des sciences Juridiques économiques et sociales -Salé-

Youness Dabnichi – Doctorant à l’Université Hassan I de Settat – Faculté des sciences Juridiques économiques et sociales -Settat-

Democratic Arab Center

International Journal of Economic Studies : Thirteenth Issue – November 2020

A Periodical International Journal published by the “Democratic Arab Center” Germany – Berlin. The journal deals with the field of Afro-Asian strategic, political and economic studies

Nationales ISSN-Zentrum für Deutschland
ISSN  2569-7366
International Journal of Economic Studies
 :To download the pdf version of the research papers, please visit the following link

Résumé

Tout le monde s’accorde aujourd’hui à dire que le monde a subi de lourdes pertes en vies humaines à la suite de la pandémie de Corona, qui a coûté la vie à des millions de personnes dans le monde entier, en particulier dans les pays développés où le nombre de cas mortels est élevé par rapport à un pays sans système de santé développé comme les pays africains qui sont sur le chemin de la croissance, car l’Afrique souffre aujourd’hui Les deux sont dus à cette épidémie, ni en termes de mortalité, ni en termes d’impact de cette pandémie sur l’économie et le taux de chômage qui augmentera de façon exponentielle. C’est pourquoi, nous allons essayer à travers cet article de simplifier notre main sur les caractéristiques et le nombre de ce virus sur le continent africain, et sur la réalité des relations afro-marocaines en particulier. En raison de cette pandémie.

Abstract

Everyone now agrees that the world has suffered heavy loss of life as a result of the Corona pandemic, which has cost millions of lives around the world, especially in developed countries where fatal cases are high compared to a country without a developed health system such as the African countries that are on the growth path, because Africa is suffering today Both are due to this epidemic, neither in terms of mortality nor in terms of the impact of this pandemic on the economy and the unemployment rate which will increase exponentially. Therefore, we will try through this article to simplify our hand on the characteristics and number of this virus on the African continent, and on the reality of Afro-Moroccan relations in particular. By virtue of this pandemic.

Introduction:

Les relations du Maroc avec l’Afrique commencèrent déjà avant l’indépendance (avec la lutte solidaire, sous le Roi Mohammed V, aux côté de l’Afrique subsaharienne, contre le colonialisme) mais se concrétisèrent au lendemain des indépendances. Ainsi, en 1961, sous les auspices de Mohammed V se tint à Casablanca (avec les dirigeants progressistes africains tels que Sékou Touré) une conférence dont l’objectif était de construire une Afrique forte face à l’impérialisme occidental et à la mondialisation. 1963 sera marquée par la création de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA).

Cette relation Maroc-Afrique Subsaharienne fut consolidée par les Rois successifs. Ainsi, le Roi Hassan II, conserva le même engagement panafricain, en considérant que l’Afrique subsaharienne était la Racine de l’Arbre marocain, même lorsque son pays quitta l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) au début des années 1980.

Le Maroc n’a cessé depuis son indépendance de réaffirmer son identité africaine en plaçant le continent au cœur de ses choix stratégiques. Il a toujours accordé une importance primordiale au développement de ses relations avec ses confrères africains à travers la consolidation de ses relations politiques et l’établissement de partenariats diversifiés et féconds, fidèle en cela aux liens historiques profonds qu’il entretient avec ses pays.

Durant la dernière décennie, le Maroc a opté en particulier pour le renforcement de ses liens avec l’Afrique subsaharienne à travers la négociation et la conclusion de plusieurs accords commerciaux de type classique ou à caractère préférentiel avec plusieurs pays africains. Une telle initiative visait tout autant à renforcer et à consolider les parts de marché acquises qu’à diversifier l’éventail des débouchés extérieurs.

Ainsi que le grand retour du Maroc à l’union Africaine donne un nouveau souffle pour la diplomatie économique marocaine dans ce continent qui est en mouvement et ne cesse pas de se développer, donc l’économie marocaine à travers ses différents acteurs doit bénéficier de cette nouvelle ouverture sur Afrique.

Aujourd’hui, on voit que les relations historiques et les liens de fraternité du Maroc avec les pays africains à l’ère du Coronavirus ont connu un changement et surtout une évolution qui a touché plusieurs secteurs. Notamment, les échanges commerciaux, les aides au niveau de R&D….. , et surtout des appuis, assistantes dans le secteur sanitaire pour un certains nombre des pays africains.

Afin de mieux comprendre et analyser de prêt la situation sanitaire critique qui touche le continent Africain, ainsi que le Maroc et bien interpréter les actions menées par le Maroc pour apporter de l’aide à son continent d’appartenance. On est obligé de passer par ces différentes questions citées ci-dessous, qui feront l’objet et axes principaux de notre article.

Axe 1 : Une lecture et présentation de l’état de l’épidémie de Corona au Maroc et aux pays africains ;

Axe 2 : les relations afro-marocaines à l’ère du coronavirus ;

Axe 3 : Résultats et discussions : Analyse du secteur de la santé  africain et les  mesures adoptées  par les pays africains pour mettre fin à cette pandémie.

  • Définition du covid-19 :

Le coronavirus 2019 ou Covid-19 (CoronaVirus Infectious Disease 2019[1]) est une maladie infectieuse émergente de type zoonose virale causée par la souche de coronavirus SRAS-CoV-2. Les symptômes les plus courants sont la fièvre, la toux et la détresse respiratoire et, plus rarement, un syndrome de détresse respiratoire aiguë qui peut entraîner la mort, en particulier chez les personnes fragiles en raison de l’âge ou de comorbidités. Une autre complication potentiellement mortelle est une réponse exacerbée du système immunitaire inné (choc cytokinique).

Il existe un taux élevé de formes asymptomatiques. La transmission interhumaine se fait principalement par les gouttelettes respiratoires[2], les postites comme la grippe saisonnière, en particulier lors de la toux et des éternuements, ou par contact manuel avec une surface contaminée suivi d’un contact des mains sur le visage (bouche, nez, yeux, pas la peau). La période d’incubation dure généralement de deux à quatorze jours, voire vingt jours (cinq jours en moyenne).

Le ministère marocain de la santé annonce, dans un mémo aux professionnels de la santé, une mise à jour des définitions des cas possibles de covid-19, des cas confirmés et des critères de guérison. Les principaux changements sont mis en évidence en gras.

Certes, nous ne pouvons pas trouver une définition acceptée par tous, sauf que ce virus se propage très rapidement et est trop difficile à contrôler.

Axe 1 : Une lecture et présentation de l’état de l’épidémie de Corona au Maroc et aux pays africains ;

Assurément que l’épidémie  est universelle et a touchée presque le monde entier, chaque pays a pris et a mis en place des mesures préventives et nécessaires pour ralentir le rythme de propagation et surtout pour protéger leurs peoples et mettre fin à ce virus mortel.

A cet égard, le Maroc a été l’un des premiers pays africains qui ont connu cette épidémie et il a pris des actions courageuses au temps idéal pour ralentir le rythme de propagation et pour ne pas épuiser le système sanitaire du pays.

Ainsi que le Maroc est le seul pays arabe et africain qui participe à l’alliance mondiale pour combattre le virus covid-19. Cette adhésion fait suite à l’insistance de grands pays pour partager et bénéficier de l’expérience du Maroc dans ce domaine.

Toutes ces actions menées et  réussies jusqu’à présent par le Maroc, poussent les pays africains à convoiter et suivre le modèle marocain pour mieux se sortir de cet état critique.

  • Covid-19 au Maroc, entre mesures de précaution, actions menées et mettre l’expérience marocaine au service des pays africains :

Le Maroc grâce aux hautes instructions du Roi Mohamed 6 qui a accordé des subventions aux personnes et aux employés qui ont perdu leur emploi dans cette période.  Nous pouvons souligner ici que le roi a déjà nommé une commission spécialisée pour donner une nouvelle vision du nouveau modèle de développement au Maroc, cette commission est appelée aujourd’hui à agir efficacement dans le processus de prévention, d’assistance et surtout à introduire un élément essentiel à ce nouveau modèle qui est les situations de crise qui peuvent ralentir le rythme du développement au Maroc. Mais ce n’est le temps d’en penser, il faut protéger le people marocain c’est l’objectif suprême de sa Majesté le Roi M6.

Aujourd’hui, le Maroc a un besoin urgent de prise de conscience, une prise de conscience de la communauté mondiale, et non pas des idées négatives, triviales et réactionnaires qui non seulement détruiront son propriétaire, mais accéléreront le massacre de milliers de personnes avec lui, cette falsification des esprits, en commençant par les échelles, en s’engageant dans des formalités inutiles et en se tenant sur les ruines de problèmes qui n’offrent pas ou ne retardent pas C’est le pire symptôme d’une maladie arabe terminale, qui se propage à tous les niveaux et se reflète dans tous les comportements et politiques. Seules des générations de personnes aux pieds nus, vivant sur des contours mentaux et une incompétence spirituelle, nous parviennent, leurs efforts sont vains, il n’en reste rien.

Il est à noter que des foyers familiaux sont apparus au Maroc en mars dernier. Des grappes ont également été enregistrées ces dernières semaines dans les usines.

Ce qui nous a rendus fiers, étant d’abord Africains et Marocains, c’est que ces pays développés ont chaleureusement applaudi les mesures et les actions prises par le Maroc pour faire face à cette pandémie, dont les plus importantes sont les suivantes :

– Le roi Mohamed 6 a préféré son peuple à l’économie du pays et cette action restera gravée dans la mémoire du Maroc et d’autres peuples qui ont trop apprécié cette action historique menée par Sa Majesté ;

– Mesures de précaution, contrôle plus strict des voyageurs à destination et en provenance du Maroc ;

– L’annulation des lignes aériennes entre le Maroc et certains pays pour mieux contrôler les voyageurs venant au Maroc par les différents ports et aéroports du Royaume ;

– La fermeture des écoles publiques et privées, des cafés, des restaurants, des hammams…. et de tous les lieux qui constituent un danger pour la santé générale du peuple marocain ;

– La création du Fonds de gestion de la pandémie qui aidera et soutiendra plusieurs secteurs, dont l’action la plus importante est d’aider les personnes qui ont partiellement ou totalement perdu leur emploi et surtout l’achat de lits et d’équipements médicaux pour renforcer l’infrastructure des hôpitaux marocains ;

– l’adoption d’une nouvelle stratégie qui consiste en l’étude et le travail à distance ;

– L’augmentation du degré de surveillance des usines qui n’ont pas cessé leurs activités ;

– L’application stricte de la stratégie de quarantaine dès les premiers jours de la pandémie ;

– Les médecins civils travaillent en collaboration avec les médecins militaires pour aider à faire face à la pandémie,

– La construction d’un hôpital compagnon en trop peu de temps et qui est le plus grand hôpital du continent

– La création de tentes équipées de lits et de matériel médical de haute qualité dans les villages éloignés

– La production d’appareils respiratoires par des chercheurs marocains à un coût très minime et répondant aux normes internationales.

Même l’Organisation mondiale de la santé a apprécié tout ce qui est fait par notre pays et a ajouté que le Maroc a tous les moyens d’être à la hauteur des attentes de l’OMS et surtout d’être un exemple pour les autres pays qu’ils soient européens ou africains, l’OMS à travers son porte-parole a ajouté que le Maroc n’a pas négligé le rôle joué par ce dernier, le Maroc a chaleureusement applaudi les conseils de l’organisation qui vont dans le sens de la protection des peuples et que les peuples viennent au premier plan de leurs occupations.  Nous reviendrons sur le point évoqué par le Maroc et les pays africains voisins qui attendent le soutien et l’aide du Maroc en ces temps difficiles.

  • Corona virus en Afrique:

Le premier cas de Covid-19 en Afrique est apparu en février 2020 en Égypte. 53 pays africains sur 54 sont désormais touchés par le coronavirus.

Moins impacté que le reste du monde, le continent africain fait face, lui aussi, à la propagation du Covid-19. Alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) craint que l’Afrique ne puisse “affronter” la pandémie, les États prennent leurs dispositions.

Le directeur de l’Organisation mondiale de la santé a d’ailleurs appelé l’Afrique à “se réveiller” et à “se préparer au pire” face à la pandémie de Covid-19.

Ce 6 mai, le continent africain compte 1 972 décès confirmés et 16 549 guérisons pour 49 867 cas enregistrés, selon le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l’Union africaine[3].

La première réaction des autorités Africaines réagissent, avec une palette de mesures allant de la fermeture plus ou moins complète des frontières jusqu’au confinement des populations en passant par des mesures partielles comme l’interdiction des regroupements, l’annulation des événements populaires, etc.

L’Afrique de plus en plus touchée par le nouveau coronavirus doit “se préparer au pire” selon l’OMS. Plus d’une quarantaine de pays du continent est désormais contaminée par le COVID-19, avec une forte augmentation ces derniers jours dans certains pays en particulier. Dans cet article qui est régulièrement mis à jour, nous faisons le point de la situation sur l‘évolution de la maladie en Afrique, et comment les Etats s’organisent pour y faire face[4].

Évidemment, les questions clés sont celles du délai entre l’entrée de la maladie dans un pays et la prise de ces décisions, et celle de l’intensité de cette réaction. Chaque pays a ses spécificités, ses modes de vie plus ou moins favorables à la contamination rapide des populations. Les figures Ci-après pour une analyse les chiffres et  les aspects de la pandémie en Afrique.

Figure 1 : le virus se propage en Afrique progressivement :

Source : OMC

L’arrivée du virus est la première phase de contagion silencieuse. Dans un premier temps, la maladie rentre dans le pays et y développe un ou plusieurs centres de contagion (« cluster »), sans aucune résistance des populations ou des autorités. On notera que tous les pays du continent sont d’ores et déjà entrés dans cette phase, puisqu’aucun ne semble épargné à ce jour.

Au début de crise économique et résistance au confinement. Nous anticipons une résistance rapide et forte au confinement en Afrique, où les populations ne peuvent se « payer le luxe » d’une inactivité, compte tenu de l’absence de filet sociaux et de l’incapacité pour les gouvernements d’assurer le soutien financier des populations. Un hiatus de plus en plus fort devrait ainsi se manifester entre des dirigeants privilégiant la lutte contre la crise sanitaire et des populations privilégiant la lutte contre la crise économique.

Dans les prochaines semaines, chaque pays trouvera son équilibre entre la dureté de ses mesures prophylactiques et le rythme plus ou moins contenu de la propagation de la maladie. Au-delà de cet immense facteur pessimiste que sera la résistance aux confinements de la part des populations, plusieurs facteurs d’optimisme existent cependant concernant la propagation du virus sur le continent.

Figure 2: Nombre de jours entre le premier cas reporté de covid-19 par l’OMS et la dernière mesure mise en place par les Pays :

Source : OMS, France 24, BBC, Bloomberg, Le Monde, Investir au Cameroun, Xinhua News Agency et Gouvernement de la République du Bénin

Incontestablement, les autorités africaines ont fait preuve d’une réactivité remarquable face à la crise sanitaire. Le graphique ci-après détaille le délai de réaction et la nature de la réaction pour les pays qui ont mis en place des mesures depuis qu’ils ont déclaré leur premier cas.

Figure 3: Nombre de jours entre le premier décès reporté à l’OMS et la dernière mesure de sauvetage mise en place par le pays :

Source : OMS.

L’Algérie, qui détient le triste record des décès au 30 mars avec 31 morts, se distingue des pays africains en étant l’un des derniers à avoir mis en place un confinement pour contenir la propagation du virus. Ainsi, Le Maroc a été à la fois l’un des plus rapides et des plus énergiques dans sa réaction, imposant la suspension quasi-systématique des vols aériens et un confinement obligatoire de la population dès le 16ème jour, donc trois fois plus rapidement que l’Italie ou la France.

L’Afrique du Sud a déclaré l’état d’urgence dès le palier du 61ème cas franchi[5]. Le Ghana a imposé l’interdiction des rassemblements (conférences, funérailles, événements politiques, messes, …) pour 4 semaines dès le 16 mars[6] alors qu’à cette date le pays ne comptait que 6 cas[7]. Le 12 mars[8], le pays avait déjà interdit à toutes les personnalités officielles de voyager à l‘étranger et avait annoncé un plan de $100 millions pour aider le pays à faire face à la pandémie (équipement, préparation d’infrastructure et sensibilisation du public).

Au Kenya, la réaction du gouvernement a été encore plus rapide. Alors que le premier cas a été dépisté le 13 mars 2020, les autorités ont demandé le traçage des 27 personnes qui ont été en contact avec le contaminé deux jours plus tard, puis ont annoncé le jour même, avec effet immédiat, la fermeture de toutes les écoles, la généralisation du télétravail et l’interdiction de tous les vols en provenance ou à direction des pays contaminés[9].

Au Bénin, seulement  2 jours après le premier cas de Covid-19, le gouvernement a publié une liste de 11 mesures allant de la limitation des frontières et la restriction de délivrance de visa à la suspension de toutes manifestations non essentielles. Le gouvernement a aussi mis en place des normes d’hygiènes fortes (port de masque obligatoire pour les chauffeurs des transports en commun) et mis à disposition des pharmacies et supermarchés des stocks de masques de protection dont les prix seront encadrés.

En Afrique subsaharienne, le Rwanda a été encore plus rapide en décrétant un confinement obligatoire 4 jours uniquement après avoir diagnostiqué le 1er cas. Dans cette même lignée de mesures préventives fortes, Madagascar qui compte actuellement zéro mort selon l’OMS a tout de même suspendu toutes les liaisons aériennes avec le monde. La réactivité des pays africains a ainsi permis de contenir la propagation du Covid-19 à moins de 5.000 cas détectés (dont 157 morts) au 30 mars 2020, soit un mois après le premier cas détecté. À titre de comparaison[10], sur la même période, l’Iran avait enregistré 35.408 cas détectés (dont 2.517 décès) et l’Italie battait tous les records avec 92.472 cas détectés (dont 10.023 morts).

Cette carte évolutive dresse le panorama en temps réel de l’état d’avancée de la maladie. Elle se concentre sur trois variables : le nombre de décès liés au virus, le nombre total de cas déclarés depuis le début de l’épidémie, et le nombre de guérisons recensées. En passant votre souris sur chaque pays, vous pourrez visionner le détail de ces informations par pays, mais aussi les différentes mesures de restriction mises en place[11].

Nous avons choisi seulement 5 pays africains jugés clés  pour  connaître l’évolution du niveau de propagation du virus Covid-19 jusqu’au 07 mai 2020 à 08h24:

Maroc:

 Source : OMS/AFP/Gouvernements et autorités sanitaires des pays concernés.

Le dimanche 5 avril, le ministère de la Justice a annoncé que le roi Mohammed VI a gracié plus de 5.000 détenus pour empêcher que le nouveau coronavirus ne contamine les prisons marocaines. Les détenus graciés ont été sélectionnés selon “leur âge, leur état de santé, la durée de leur détention et leur bonne conduite.”

Les mesures de confinement obligatoire imposées jusqu’au 20 mai ont été renforcées avec un couvre-feu nocturne pendant le ramadan, selon un communiqué officiel du ministère de l’Intérieur

Ghana : Source : OMS/AFP/Gouvernements et autorités sanitaires des pays concernés.

Le 5 mai, Ghana a enregistré 2719 cas de coronavirus ont été recensés dont 18 morts.
Le président ghanéen Nana Akufo-Addo a annoncé un plan de 100 millions de dollars pour aider le pays à faire face à la pandémie. Tous les officiels ghanéens ont l’interdiction formelle de voyager à l’étranger. Les deux principales villes du pays, Accra et Kumasi sont en confinement depuis jeudi 9 avril pour deux semaines, une période qui risque d’être prolongée.

Mali:

Source : OMS/AFP/Gouvernements et autorités sanitaires des pays concernés.

Le pays est passé de deux cas mercredi 25 mars à désormais 580 personnes infectées au 5 mai, dont 29 morts.

La situation est plus inquiétante dans le camp de Sénou, près de l’aéroport de Bamako, qui abrite un camp de réfugiés. Ils sont environ 800 ayant fuit les violences des groupes djihadistes au Sahel.

Nigeria:

Source : OMS/AFP/Gouvernements et autorités sanitaires des pays concernés.

Le Nigeria enregistre 2802 cas confirmés de coronavirus dont 93 morts le 5 mai.

La première économie d’Afrique, largement dépendante du pétrole, pourrait bien subir de plein fouet les effets de l’épidémie mondiale en 2020.
“La conséquence, c’est qu’il y aura une baisse des revenus dans le budget, ce qui signifie une réduction de la taille du budget”, a déclaré Zainab Ahmed, la ministre des Finances.

il y a aussi des études qui disent que le Coronavirus au Nigeria pourra faire risque d’une crise économique

Afrique du Sud:

Source : OMS/AFP/Gouvernements et autorités sanitaires des pays concernés.

L’Afrique du Sud est le pays le plus touché par le virus sur le continent africain. Il compte le 5 mai,  7220 cas de Covid-19  dont 138 décès.

Le pays a amorcé ce 1er mai un prudent déconfinement. Depuis minuit, un million et demi de personnes ont été autorisées à reprendre le travail, sous stricte protection sanitaire, dans des secteurs comme le bâtiment, le textile ou la maintenance. Mais l’essentiel des restrictions est resté en place.
Les mesures très strictes prises depuis cinq semaines ont permis de ralentir la progression de la pandémie de coronavirus.

Le président Ramaphosa a également annoncé un effort de dépistage de masse, notamment dans les quartiers, banlieues et bidonvilles déshérités, qui peinent à obéir aux consignes de confinement malgré le déploiement de la police et de l’armée.

À travers les différentes figures  ci-dessus, il est noté que parmi les pays africains les plus touchés par le virus Corona, nous trouvons l’Afrique du Sud avec un total de 7572 cas jusqu’au jour de mai 2020, alors que nous trouvons les pays les moins infectés par le virus, nous trouvons le pays du Mali avec environ 631 cas, tandis que le pays qui avait un taux de mortalité élevé, nous trouvons Le Maroc compte au total 182 personnes tuées à la suite de cette épidémie. Alors que nous constatons que le Ghana est le pays avec le moins de létalité, il est estimé à 18 personnes.

Dans la dynamique morbide décrite ci-dessus, l’élément principal est la capacité de chaque pays à offrir à sa population malade une capacité d’accueil en réanimation proportionnelle à l’intensité de la propagation de la maladie. Le raisonnement que chaque pays doit se poser est donc simple :

«Sachant que je dispose de «X» lits de réanimation, et sachant que 19% des malades exigeront une assistance respiratoire, le nombre total de malades dans le pays ne doit pas dépasser «X / 19%»».

 Par contre, les défaillances du système d’assurance maladie et de protection sociale, créent d’autres soucis mieux pris en charge dans les pays développés, dont les effets risquent d’être dramatiques en Afrique :

Figure 4 : Une grande disparité en termes de lits de réanimation entre les pays africains analysés

Source : Ecoactu, Jeune Afrique, Monde Afrique, Algérie Eco, Sneweb.com

Axe 2 : les relations Maroc-Afrique en temps de Corona Virus

Il est très clair que la stratégie adoptée par le Maroc dès les premiers jours de la contamination du Covid-19, le confinement est la simple et la meilleure  mesure à mettre en place pour mettre le premier pas dans le chemin d’arrêt de propagation. Cependant, l’Afrique salut et applaudi les actions entreprises par le Maroc parmi d’autre le confinement dès le début de la pandémie.

  2.1. La stratégie marocaine vers les pays africains à l’ère de la pandémie :

C’est sans doute la leçon majeure à retenir. Notre pays gagnerait à saisir cette fenêtre d’opportunité induite par la pandémie du Covid-19 pour consolider son statut de puissance régionale à l’échelle africaine et méditerranéenne. Depuis la réintégration du Royaume au sein de sa famille institutionnelle africaine en janvier 2017, il n’a de cesse de prodiguer une approche collaborative au profit de tous. Il en est ainsi au niveau de la sécurité alimentaire, au plan de la coopération dans le domaine des migrations, celui de la lutte contre le terrorisme Le plaidoyer pour un nouvel ordre sanitaire en Afrique devrait constituer dans les prochaines décennies un cheval de bataille pour le Royaume à l’intérieur de l’Union Africaine et au-delà. L’expérience et l’expertise acquises/accumulées aidant, le Maroc trouvera dans ce thème majeur un argument de taille pour engager des réformes profondes des systèmes de santé et de veille sanitaire au niveau du continent. Thème mobilisateur pour les prochaines décennies, les pandémies devraient occuper la tête de liste de l’agenda africain, lequel devrait subir un réaménagement (agenda 2063) à la lumière de la crise actuelle.

Face à l’épidémie mondiale, le souverain chérifien de 56 ans applique le principe de précaution. En l’espace d’une semaine, le pays a adopté une série de mesures radicales pour faire face aux éventuels scénarios de développement national. Fermeture de l’espace aérien, terrestre et maritime, annulation des manifestations sportives, culturelles et artistiques, fermeture temporaire des mosquées, des écoles et des universités, avant de déclarer l’état d’urgence sanitaire et le confinement général de la population comme dernière étape pour enrayer l’épidémie. Par ailleurs, plusieurs pays africains ont fait des appels et des rencontres via les réseaux sociaux avec les responsables marocains afin de bien comprendre les différentes étapes ajustés par le Maroc pour les rendre un modèle complet et favorable à suivre pour les pays africains.

2.2. Les hautes instructions du Roi Mohammed VI pour aider les pays africains :

Dans le sillage de l’initiative pragmatique et orientée vers l’action proposée par le Roi Mohammed VI aux chefs d’États africains consistant à un partage d’expériences et de bonnes pratiques, pour faire face à l’impact sanitaire, économique et social de la pandémie du coronavirus, plusieurs acteurs privés ont mené des actions de solidarité envers les pays africains. Au premier rang de cet élan de solidarité africaine de lutte contre la pandémie du Covid-19, on retrouve les filiales africaines de groupes marocains et entreprises à capitaux marocains implantées sur le continent. C’est le cas d’Atlantic Business International (ABI), filiale subsaharienne du Groupe Banque Centrale Populaire (BCP), qui a alloué 200 millions de FCFA, soit près de 305 000 euros, au Fonds de solidarité Covid-19 de Côte d’Ivoire. Cette contribution fait partie d’une enveloppe globale de 750 millions de FCFA (environ 1,2 million d’euros), consacrée à la lutte contre le Coronavirus dans les pays de présence du Groupe BCP en zone UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine) et en Guinée, selon Atlantic Business International[12].

Il est important de rappeler que le Covid-19 n’est pas la première maladie contagieuse que nos pays africains ont à traiter, et l’expérience acquise dans la gestion des épidémies (EBOLA, Malaria, Peste, Fièvre jaune, etc.) crée une sorte d’« immunité comportementale » en Afrique. À titre de rappel, entre 2014 et 2016, l’Afrique de l’Ouest connaissait sa pire « vague » d’Ebola[13] qui tuera 63% des personnes infectées[14]. Ce taux de fatalité est 63 fois supérieur au Covid-19 à date…[15]

Le roi Mohammed VI a échangé par téléphone lundi 13 avril avec les présidents ivoiriens et sénégalais, Alassane Ouattara et Macky Sall. Objectif : lancer une initiative des chefs d’États du continent contre la pandémie de Covid-19. « Une initiative pragmatique et orientée vers l’action, permettant un partage d’expériences et de bonnes pratiques, pour faire face à l’impact sanitaire, économique et social de la pandémie ». C’est ainsi qu’est décrite, par le cabinet royal, la solution proposée par Mohammed VI aux chefs d’États africains pour l’accompagnement des pays du continent dans leurs différentes phases de gestion de la crise sanitaire du Coronavirus.

En début de semaine, le souverain a échangé par téléphone avec les présidents sénégalais et ivoirien pour amorcer cette initiative. Une démarche bien accueillie par Alassane Ouattara et Macky Sall. Ce dernier a d’ailleurs exprimé sa volonté d’œuvrer à son succès. Une « visioconférence entre les chefs d’États et de gouvernements concernés » devrait se tenir prochainement, a révélé le président sénégalais[16].

La nouvelle initiative africaine proposée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour atténuer la propagation de la pandémie liée au COVID-19 en Afrique est “non seulement pratique et réaliste, mais aussi inclusive et de bon sens”, a affirmé le vice-Président exécutif de l’Académie diplomatique africaine (ADA), Mohamed H’Midouche. L’approche participative, qui sous-tend cette initiative s’inspire des méthodes de management les plus modernes, à savoir le partage des “best practices” et l’adoption d’une approche de gestion axée sur les résultats, comportant des indicateurs de performance qui faciliteraient le suivi/évaluation de la matrice des actions qui seront approuvées et adoptées par les Chefs d’État africains dans les prochaines semaines[17].

L’engagement du Maroc à défendre les causes et les intérêts de l’Afrique ne date pas d’aujourd’hui, a-t-il précisé, relevant que c’est plutôt “une orientation immuable héritée de son Histoire et qu’il continue à réaliser avec assurance et fierté, faisant de lui un véritable “Honest Broker” et un interlocuteur crédible, un ami sûr sur qui on peut compter en toutes circonstances dans le bonheur et dans le malheur”. Cette initiative vient s’ajouter au palmarès des nombreuses initiatives royales concrètes en faveur du continent africain portant sur plusieurs problématiques d’intérêt stratégique et politique, a fait savoir M. H’Midouche, citant essentiellement l’annonce unilatérale de l’annulation du stock de la dette des pays africains, la proposition et adoption du Plan d’action relatif à la sauvegarde de l’environnement en Afrique lors de la COP21, ainsi que les fréquentes visites officielles royales dans une trentaine de pays subsahariens au cours des deux dernières décennies qui se sont concrétisées par la signature de plus de 1.000 accords de coopération et la mise en œuvre de divers projets dans des domaines très variés.

Axe 3 : Résultats et discussions : Analyse du secteur de la santé  africain et les  mesures adoptées  par les pays africains pour mettre fin à cette pandémie.

3.2. La position démographique du continent Africain :

Avant de passer à l’analyse du secteur de la santé africain pour dégager les résultats et aborder des discussions sur ça, il est jugé nécessaire d’analyser le figure ci-dessous, qui nous montre qu’environ 60 % de la population africaine est âgée de moins de 25 ans. Or, le coronavirus frappe plus particulièrement les personnes âgées : en France, 75 % des personnes décédées du Covid-19 ont plus de 75 ans. L’Italie du Nord, région la plus touchée au monde, est aussi caractérisée par une très forte population âgée. « En Afrique, il n’y a plus de vieux à tuer sur le continent » résume sarcastiquement l’écrivain ivoirien Gauz, dans une tribune sur le site de Jeune Afrique. L’Afrique présente aussi un très faible taux d’obésité, qui est un facteur de risque majeur de mortalité au Covid-19.

Figure 5 : le moyen d’âge de la population africaine chez les hommes et les femmes :

Source : PopulationPyramid.net

3.1. Analyse du secteur de la santé africain :

Au-delà du manque de lits en réanimation, le système sanitaire africain présente des faiblesses susceptibles d’aggraver la crise Covid-19 :

  • manque d’infrastructures[18]: non seulement l’Afrique a des dépenses de santé très inférieures à la moyenne mondiale[19], mais la part des infrastructures dans ces dépenses est 5 fois plus faibles[20]. Ce constat explique la faiblesse du nombre de lits de réanimation détaillée supra ;
  • faible nombre de professionnels de la santé[21] : l’Afrique se caractérise par un manque cruel de médecins, et plus généralement de professionnels de santé, que dénonce régulièrement l’OMS. Globalement, l’Afrique compte un médecin pour 5.000 habitants, soit 5 fois moins que la moyenne mondiale. À l’échelle du continent, l’Afrique totalise 24% des malades dans le monde mais ne bénéficie que de 1% des ressources financières mondiales et seulement 3% des professionnels de santé. Cette situation de crise structurelle est une conséquence de la migration des populations médicales vers l’Occident : à compétences égales, un chirurgien gagnera $216.000 par an aux États-Unis, $24.000 en Zambie et $6.000 au Kenya…

Figure 6 : Disparités importante du nombre des médecins par 1000 Habitants pour les Pays d’Afrique :

Source : Banque Mondiale.

Exploitation inefficiente des systèmes de santé en Afrique, indépendamment du manque d’infrastructure, la performance du système de santé dépend fortement de l’utilisation qui en est faite. Selon l’OMS, alors qu’une exploitation optimale du système de santé, de son personnel, de ses institutions et de ses ressources permettrait de garantir un état de santé durable, le système du continent africain n’est exploité qu’à hauteur de 49%[22] de ses capacités, un taux qui reste faible par rapport à des pays 39 comme la France, l’Espagne, l’Italie ou la Belgique qui font état d’une performance de plus de 90%[23] ;

Faible accessibilité aux médicaments: selon l’OMS, 433 médicaments et vaccins jugés essentiels ne sont pas disponibles pour plus de 30%[24] de la population du continent. Pourtant, cette situation n’est pas la résultante des impératifs commerciaux ou financiers (sur les 433 médicaments et vaccins, une majorité est générique dont le brevet a été totalement amorti ou pour lesquels les multinationales y ont renoncé pour les pays les plus pauvres) mais à des problématiques de distribution spécifiques d’un pays à l’autre (spéculation, pénurie, etc.) ;

3.3. Discussions de l’état du secteur sanitaire pour les pays africains : 

La faiblesse des ressources du service d’aide médicale urgente : en 2006, l’association « Coopération Internationale pour la Médecine d’Urgence et les Vigilances Sanitaires en Afrique » (CIMUvisa) a mis en avant une faiblesse des ressources en médecins, anesthésistes et réanimateurs en Afrique Subsaharienne estimés à 0,12[25] pour 100.000 habitants, ce niveau est plus de 10 fois supérieur au Maghreb (1,5 par 100.000 habitants) et 100 fois supérieur selon les standards internationaux (entre 12 et 15 par 100.000 habitants pour l’Europe et les États-Unis) ;

 L’accès limité aux solutions hygiéniques de prévention : selon l’UNICEF[26], l’accès aux solutions de base pour la prévention des infections (celles relatives au Covid 19 notamment) reste limité en Afrique. En effet, 67% de la population africaine installée dans les villes n’a pas accès à l’eau et au savon pour pouvoir se laver les mains. Or, l’une des mesures préventives par excellence pour limiter la propagation du virus et éviter tout type d’infection est de se laver les mains fréquemment pendant 20 à 30 secondes.

Il est trop rude d’analyse et de  parler des actions entreprises par le « continent africain » en général. Avec ses 55 pays, sa population de 1,2 milliard d’habitants. Il existe des diversités de répartitions de la population avec des zones très peuplées comme la ville de Lagos, au Nigeria, et d’autres qui le sont bien moins, comme dans les pays du Sahel.

Parler d’un pays comme le Liberia qui paru sous développé mais il a bien géré le début de façon surprenante, comme il a fait lors de la crise d’Ebola et mes des mesures surprenantes afin de ralentir le niveau de propagation du virus. Le Nigeria a su aussi prendre les mesures appropriées d’identification et d’isolement immédiats lors de l’importation dans ses frontières de cas en provenance du Liberia. Ces pays sont donc sans doute un peu mieux préparés à affronter une épidémie, mais l’importance et la rapidité de la transmission directe interhumaine du coronavirus risque de bouleverser la donne.

Plus généralement, nombre d’Africains sont à l’écoute, ils regardent ce qui se passe ailleurs, et apprennent de ce qui s’est d’abord passé en Chine et de ce qui arrive, en ce moment, en Europe.

La distanciation sociale n’est pas dans la tradition des Africains, au contraire. Et dans la plupart des situations, notamment dans les villages, le confinement à la maison est quasi impossible. Mais certaines mesures barrières sont déjà adoptées. Au Tchad, dans la capitale N’Djamena, au sein même des autorités, on se salue en respectant une distance d’au moins un mètre, et les conseils d’hygiène sont très largement compris et respectés.

Et en Mauritanie, où le premier cas de Covid-19 a été importé par un Australien ayant fait un séjour en Italie, plusieurs personnes ont été très rapidement mises en confinement, et le gouvernement a rapidement décidé la fermeture des écoles, du trafic aérien, l’interdiction totale de tous les rassemblements, la fermeture des restaurants et cafés. Il a imposé un couvre-feu. Beaucoup d’autres ont pris des mesures drastiques, comme l’Afrique du Sud[27].

Conclusion:

Le Maroc est aujourd’hui cité comme exemple pour son agilité, son leadership, sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, et, surtout, sa cohérence dans la prise de décision et dans l’implication de la population, à travers le Fonds spécial Covid-19 et les médias pour maintenir la confiance publique. En effet, la sécurité des Marocains a été privilégiée par rapport à toute autre considération, ce qui a permis d’accélérer la prise en main dès évènements et encadrer la prise en charge des personnes contaminées.

Quant aux relations afro-marocaines, c’est le lancement d’une initiative du roi du pays pour unifier les efforts de lutte contre l’Afrique de la Corona, et le roi Mohammed VI a proposé de lancer une initiative pour les chefs des pays africains afin d’établir un cadre opérationnel pour faire face aux différentes étapes de l’arrêt de la propagation de l’épidémie, une initiative qui part du principe et de la conviction que l’unification des efforts est la plus efficace. L’une des mesures individuelles pour faire face à une pandémie est la menace de graves chocs économiques et sanitaires sur le continent africain.

La proposition du monarque marocain est venue après ses contacts avec les dirigeants africains, qui se sont principalement concentrés sur l’exploration des moyens d’unifier et de coordonner les efforts pour faire face à l’épidémie qui a infiltré le continent africain. Le roi Mohammed VI a appelé à deux reprises Alassane Draman Ouattara, président de la Côte d’Ivoire, et Macky Sall, président du Sénégal, selon une déclaration de la Cour royale dans laquelle il s’est entretenu avec Ouattara et a appelé à “l’évolution inquiétante de la pandémie de Covid-19 sur le continent africain”. Il a également proposé aux deux dirigeants de lancer une “initiative pour que les chefs d’État africains mettent en place un cadre opérationnel pour accompagner les pays africains aux différentes étapes de leur gestion de la pandémie”. L’initiative marocaine permet de partager les expériences et les meilleures pratiques pour faire face aux impacts sanitaires, économiques et sociaux de la pandémie., notamment face aux crises, confirment que le Maroc est pleinement ouvert au continent africain et c’est un pari qui aura ses résultats et ses effets économiques avant tout dans les prochains jours.

Références

  • Societe Francaise de Virologie – société savante dédiée à la virologie” [archive] (consulté le 19 avril 2020).
  • Mia Jankowicz, More people are now in “Lockdown” Than were alive during word war II, Business insider, 25 March 2020: https://www.sciencealert.com/one-of-the-word-s-population-are-now-restricted-in-where-they-can-go
  • tv5monde.com, Coronavirus en Afrique : quels sont les pays impactés ? consulté le 06/05/2020
  • africanews.com, suivez l’évolution de la pandémie  en Afrique, consulté le 28/04/2020
  • Extrait de l’article « South Africa Declares Disaster as Coronavirus Cases Increase », Bloomberg, 2020.
  • Extrait de l’article « Coronavirus – Virus: Ghana schools closed, religious, sports activities chop ban to fight Covid-19 disease », BBC, 2020.
  • Extrait des « Situation Reports », OMS, 2020.
  • Extrait de « Deux premiers cas de Covid-19 au Ghana », Le Monde, 2020.
  • Seuls les citoyens du pays ou ceux avec des titres de séjours sont autorisés à se rapatrier. Extrait de l’article « Schools closed as Kenya, Ethiopia confirm more coronavirus cases », The Observer, 2020.
  • Données OMS.

11)    Coronavirus : Des acteurs marocains tendent la main à l’Afrique, Le 06-05-2020: https://www.challenge.ma/coronavirus-des-acteurs-marocains-tendent-la-main-a-lafrique-138548/

  • Extrait de l’article « Nigeria’s hard-earned lesson for quashing Ebola », FT, 2014.
  • Extrait de l’article « Why Ebola cannot be tamed in Congo », FT, 2020.
  • Mireille DOSSO, Géraldine MERMOUX, Denis CHEMILLIER-GENDREAU, Guillaume GILKES, LE CORONAVIRUS ET L’AFRIQUE, CRISE SANITAIRE ET CRISE ÉCONOMIQUE AGGRAVÉES PAR LA FAIBLESSE DES FILETS DE SÉCURITÉ SOCIALE AFRICAINS, Finactu, Mars 2020, p 23: https://www.finactu.com

15)    Coronavirus : Mohammed VI tend la main à Alassane Ouattara et Macky Sall, Consulté le jeudi 07 mai 2020:  https://www.jeuneafrique.com

  • Entretien de La MAP avec Mr Mohammed Hmidouch le vice-Président exécutif de l’Académie diplomatique africaine (ADA).
  • Extrait de l’article « État de la santé Région africaine de l’OMS », Organisation Mondiale de la Santé, 2018.
  • Alors que la moyenne mondiale des dépenses totales de santé en pourcentage du PIB s’établit à 10%, le continent africain n’y consacre que 6% de son PIB.
  • 7% des dépenses de santé est consacré aux infrastructures en Afrique, contre 35% en moyenne dans le monde.
  • Extrait de l’article « Médecine : la fuite des cerveaux », Afrique Renouveau, 2016.
  • Extrait de l’article « État de la santé Région africaine de l’OMS », Organisation Mondiale de la Santé, 2018.
  • Extrait des données de l’OMS, 2000.
  • Extrait de l’article « L’Afrique confrontée à des défis sanitaires majeurs », Les échos, 2018.
  • Extrait de la publication « Les transports sanitaires, principales contraintes et conséquences pratiques », CIMUvisa, 2008.
  • Extrait de l’article « Coronavirus : « Mortalité possible de 10 % et infection effrayante des soignants » en Afrique », Le Monde Afrique, 2019.

26)    www.la-croix.com, En Afrique, « la volonté de lutter contre la propagation du coronavirus est bien là », consulté le 28/04/2020

  • Extrait de l’article « South Africa Declares Disaster as Coronavirus Cases Increase », Bloomberg, 2020.
  • Extrait de l’article « Coronavirus – Virus: Ghana schools closed, religious, sports activities chop ban to fight Covid-19 disease », BBC, 2020
  • Extrait des « Situation Reports », OMS, 2020.
  • Extrait de « Deux premiers cas de Covid-19 au Ghana », Le Monde, 2020.
  • Seuls les citoyens du pays ou ceux avec des titres de séjours sont autorisés à se rapatrier. Extrait de l’article «Schools closed as Kenya, Ethiopia confirm more coronavirus cases », The Observer, 2020.
  • tv5monde.com, Coronavirus en Afrique : quels sont les pays impactés ?

[1]  Societe Francaise de Virologie – société savante dédiée à la virologie” [archive] (consulté le 19 avril 2020).

[2] Mia Jankowicz, More people are now in “Lockdown” Than were alive during word war II, Business insider, 25 March 2020: https://www.sciencealert.com/one-of-the-word-s-population-are-now-restricted-in-where-they-can-go

[3] information.tv5monde.com, Coronavirus en Afrique : quels sont les pays impactés ? consulté le 06/05/2020

[4] Fr.africanews.com, suivez l’évolution de  la pandémie  en Afrique, consulté le 28/04/2020

[5] – Extrait de l’article « South Africa Declares Disaster as Coronavirus Cases Increase », Bloomberg, 2020.

[6] – Extrait de l’article « Coronavirus – Virus: Ghana schools closed, religious, sports activities chop ban to fight Covid-19 disease », BBC, 2020.

[7] – Extrait des « Situation Reports », OMS, 2020.

[8] – Extrait de « Deux premiers cas de Covid-19 au Ghana », Le Monde, 2020.

[9] – Seuls les citoyens du pays ou ceux avec des titres de séjours sont autorisés à se rapatrier. Extrait de l’article « Schools closed as Kenya, Ethiopia confirm more coronavirus cases », The Observer, 2020.

[10] – Données OMS.

[11] information.tv5monde.com,  coronavirus en Afrique : quel -sont les-pays impactés,

[12] – Coronavirus : Des acteurs marocains tendent la main à l’Afrique, Le 06-05-2020: https://www.challenge.ma/coronavirus-des-acteurs-marocains-tendent-la-main-a-lafrique-138548/

[13] – Extrait de l’article « Nigeria’s hard-earned lesson for quashing Ebola », FT, 2014.

[14] – Extrait de l’article « Why Ebola cannot be tamed in Congo », FT, 2020.

[15] – Mireille DOSSO, Géraldine MERMOUX, Denis CHEMILLIER-GENDREAU, Guillaume GILKES, LE CORONAVIRUS ET L’AFRIQUE, CRISE SANITAIRE ET CRISE ÉCONOMIQUE AGGRAVÉES PAR LA FAIBLESSE DES FILETS DE SÉCURITÉ SOCIALE AFRICAINS, Finactu, Mars 2020, p 23: https://www.finactu.com

[16] – Coronavirus : Mohammed VI tend la main à Alassane Ouattara et Macky Sall, Consulté le jeudi 07 mai 2020:  https://www.jeuneafrique.com

[17] Entretien de La MAP avec Mr Mohammed Hmidouch le vice-Président exécutif de l’Académie diplomatique africaine (ADA).

[18] – Extrait de l’article « État de la santé Région africaine de l’OMS », Organisation Mondiale de la Santé, 2018.

[19] – Alors que la moyenne mondiale des dépenses totales de santé en pourcentage du PIB s’établit à 10%, le continent africain n’y consacre que 6% de son PIB.

[20] – 7% des dépenses de santé est consacré aux infrastructures en Afrique, contre 35% en moyenne dans le monde.

[21] – Extrait de l’article « Médecine : la fuite des cerveaux », Afrique Renouveau, 2016.

[22] – Extrait de l’article « État de la santé Région africaine de l’OMS », Organisation Mondiale de la Santé, 2018.

[23] – Extrait des données de l’OMS, 2000.

[24] – Extrait de l’article « L’Afrique confrontée à des défis sanitaires majeurs », Les échos, 2018.

[25] – Extrait de la publication « Les transports sanitaires, principales contraintes et conséquences pratiques », CIMUvisa, 2008.

[26] – Extrait de l’article « Coronavirus : « Mortalité possible de 10 % et infection effrayante des soignants » en Afrique », Le Monde Afrique, 2019.

[27] www.la-croix.com, En Afrique, « la volonté de lutter contre la propagation du coronavirus est bien là », consulté le 28/04/2020

المركز الديمقراطى العربى

المركز الديمقراطي العربي مؤسسة مستقلة تعمل فى اطار البحث العلمى والتحليلى فى القضايا الاستراتيجية والسياسية والاقتصادية، ويهدف بشكل اساسى الى دراسة القضايا العربية وانماط التفاعل بين الدول العربية حكومات وشعوبا ومنظمات غير حكومية.

مقالات ذات صلة

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

زر الذهاب إلى الأعلى