Research studies

Problems of the Knowledge Society In the Arab World

Problématique de la Société de la Connaissance Dans le Monde Arabe

Prepared by the researcher : Nadim Mansouri – Lebanese University. Lebanon

Democratic Arab Center

Journal index of exploratory studies : Fifth Issue – September 2022

A Periodical International Journal published by the “Democratic Arab Center” Germany – Berlin

Nationales ISSN-Zentrum für Deutschland
ISSN 2701-9233
Journal index of exploratory studies

:To download the pdf version of the research papers, please visit the following link

https://democraticac.de/wp-content/uploads/2022/09/%D9%85%D8%AC%D9%84%D8%A9-%D9%85%D8%A4%D8%B4%D8%B1-%D9%84%D9%84%D8%AF%D8%B1%D8%A7%D8%B3%D8%A7%D8%AA-%D8%A7%D9%84%D8%A7%D8%B3%D8%AA%D8%B7%D9%84%D8%A7%D8%B9%D9%8A%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D8%B9%D8%AF%D8%AF-%D8%A7%D9%84%D8%AE%D8%A7%D9%85%D8%B3-%D8%A3%D9%8A%D9%84%D9%88%D9%84-%E2%80%93-%D8%B3%D8%A8%D8%AA%D9%85%D8%A8%D8%B1-2022.pdf

Abstract

With the emergence of information and communication technologies as a new element of knowledge, questions arose about the possibility of the Arab human being interacting with this new structure of knowledge. On the paper, it attempts to discuss the problem of the knowledge society in the Arab world, and to verify the ability of the Arab citizen to keep pace with the knowledge society that is full of information, production and systems, and to what extent he has the preparations to receive this new type of thinking.

The paper concluded that the Arab world still needs many basic measures to achieve the transformation towards a knowledge society, including: developing information infrastructure, investing in education, developing creativity, and benefiting from foreign investment.

Noting that what is required to transform into a knowledge society is not only technological development, but the development of the Arab spirit and opening up horizons for it, in order to reach a productive and innovative Arab human being.

Résumé

Le pouvoir de la connaissance réside dans la manière de penser adoptée par un peuple particulier, car la connaissance ne peut être générée sans mécanismes de pensée résultant d’un esprit humain spécifique. Ce sont les compétences intellectuelles acquises, à partir de la compréhension, de l’application, de l’analyse, de la synthèse et de l’évaluation, qui rendent l’esprit productif, résilient et capable de faire face aux développements scientifiques, et aux changements qui les accompagnent qui affectent les aspects de l’apprentissage, de la pensée et de l’intelligence.

Avec l’avènement des technologies de l’information et de la communication en tant que nouvel élément cognitif, des questions tournent autour de la possibilité pour la personne arabe d’interagir avec cette nouvelle structure de connaissances ; L’Arabe a-t-il pu suivre le rythme de la société de la connaissance qui regorge d’informations, de productions et de systèmes ? Les éléments de sa pensée sont-ils prêts à recevoir ce nouveau type de pensée ?

Introduction

Le pouvoir de la connaissance réside dans la manière de penser adoptée par un peuple particulier, car la connaissance ne peut être générée sans mécanismes de pensée résultant d’un esprit humain spécifique. Ce sont les compétences intellectuelles acquises, à partir de la compréhension, de l’application, de l’analyse, de la synthèse et de l’évaluation, qui rendent l’esprit productif, résilient et capable de faire face aux développements scientifiques, et aux changements qui les accompagnent qui affectent les aspects de l’apprentissage, de la pensée et de l’intelligence.

Avec l’avènement des technologies de l’information et de la communication en tant que nouvel élément cognitif, des questions tournent autour de la possibilité pour la personne arabe d’interagir avec cette nouvelle structure de connaissances ; L’Arabe a-t-il pu suivre le rythme de la société de la connaissance qui regorge d’informations, de productions et de systèmes ? Les éléments de sa pensée sont-ils prêts à recevoir ce nouveau type de pensée ?

  • la force et la faiblesse de la connaissance 

Le tableau suivant indique certaines des forces ou des faiblesses de la connaissance : Une société cognitive forte nécessite une pensée instrumentale qui se compose de deux bons types de pensée : la pensée créative et la pensée critique. Et chacun d’eux comprend des mécanismes qui leur permettent de les atteindre. La pensée créative entraîne l’esprit à analyser, distinguer et produire. La pensée critique repose également sur des critères pour cristalliser les idées, vérifier leur validité, les évaluer et comprendre leur faisabilité, ainsi que sur la conscience des limites de ses connaissances, se familiariser avec les idées des autres et travailler sur l’intégration cognitive.

C’est ce que l’on retrouve dans les pays développés ou dans les pays qui ont donné à l’éducation une dimension stratégique, en s’engageant dans le développement et l’accession à la société de la connaissance. D’autre part, nous trouvons un type différent de mauvaise pensée, qui est représenté en deux types : la pensée unidimensionnelle et la pensée émotionnelle non analytique. La première pensée ne se rend pas compte de l’importance de la pensée, car elle est habituée à l’endoctrinement, la mémorisation et l’identification au passé au détriment du présent, et à assister à des réponses toutes faites sans travailler à les démonter et à les analyser pour bénéficier de leur contenu. Le deuxième raisonnement est basé sur l’émotion et dépourvu d’analyse, ce qui rend ses approches biaisées et subjectives. Cela conduit également à ce que sa connaissance soit partielle, sans possibilité d’accéder à la connaissance universelle ou de vérifier ses divers aspects.

C’est le cas de la plupart des pays arabes, qui souffrent de lacunes dans le modèle d’éducation, socialisation et l’enseignement, en raison d’accumulations civilisationnelles et culturelles qui ont constitué un obstacle au processus de transition vers une société de la connaissance.

Tableau n°1 : Les forces et les faiblesses des connaissances

Les faiblesses des connaissances Les forces de la connaissances
Mauvaise pensée Pensée instrumentale
La pensée émotionnelle non analytique La pensée unidimensionnelle La pensée critique La pensée créative
-Caractérisé par des préjugés ou des conjectures.

-Comprendre les parties de situations.

-Il est limité aux processus mentaux initiaux.

 

 

– Demander pourquoi nous pensons.

– l’endoctrinement dépend.

– Apprends-nous à être comme tout le monde.

– Des réponses définitives.

-S’accroche aux pensées du passé.

-Examiner et évaluer des idées.

-Apprenez à gérer l’information.

– Développement de la conscience cognitive.

-Il demande comment nous pensons.

– L’analyse dépend.

– Apprendre à être unique.

– Réponses ouvertes.

– Génère de nouvelles idées.

  • les sociétés d’immigrants numériques 

Mark Pernsky (pernsky, 2001) a inventé le terme « Natif numérique » pour décrire les personnes qui interagissent avec la technologie numérique avec facilité, familiarité et polyvalence, tandis qu’il a décrit ceux qui en sont encore aux premiers stades de la connaissance de la technologie numérique ou qui la connaissent partiellement ou superficiellement comme des “Immigrants Numériques”. On peut projeter cette description sur les sociétés arabes et les qualifier de « sociétés numériquement immigrées ».

Nous disons cela en fonction de ce que les résultats de nombreux rapports internationaux et arabes indiquent sur la faiblesse des sociétés arabes à digérer la technologie numérique et à l’utiliser efficacement. Nous en présentons certains, par exemple :

  • Rapport mondial sur les technologies de l’information 2016 siliga, & all, 2016) Les données spécifiques pour 139 pays dans le monde, en termes de préparation de leur réseau, indiquent la présence de 11 pays arabes, et l’absence totale de 11 pays arabes de la liste du rapport, ce qui montre la faiblesse et la disparité dans les informations et infrastructure de réseau entre les pays arabes.

Cela ne se limite pas à ce point, mais le rapport montre la disparité entre les mêmes pays arabes qui ont été cités parmi les 139 pays, si bien que les Emirats Arabes Unis occupent la 26ème place, par exemple, alors que l’Algérie est à la 117ème place en le monde.

Bien sûr, le manque de préparation du réseau fait référence à la confusion du gouvernement à traiter le support numérique et à le sécuriser de manière égale et équitable pour tous les citoyens, d’autant plus qu’Internet est devenu un droit humain fondamental conformément aux décisions de l’Organisation des Nations Unies Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, qui « appelle tous les États à promouvoir et à faciliter l’accès à Internet et la coopération internationale pour développer les médias, l’information et les moyens de communication dans tous les pays » (Rapport du Conseil des droits de l’homme, 2011).

–                       Indice mondial de l’innovation 2021 (Vincent & all, 2021). Indique que les sociétés arabes sont encore limitées en termes de capacité en termes de dépenses totales pour les activités de recherche et développement, en termes d’exportations de services de technologies de l’information et de la communication et du nombre de talents de recherche dans des projets commerciaux, où les Emirates se classent 33, l’Arabie saoudite 66 , Qatar 68, Tunisie 71, Koweït 72, Sultanat d’Oman 76, Maroc 77, Bahreïn 78, Jordanie 81, Liban 92, Égypte 94, Algérie 120, Al-Yaman 132 sur 132 pays dans le monde.En regardant l’indice mondial de l’innovation pour les années précédentes, nous notons une baisse dans de nombreux pays tels que: Arabie saoudite, Qatar, Koweït, Bahreïn, Liban, sachant que la pandémie de Corona a ouvert la porte à de nombreux pays dans le monde pour se tourner la pandémie en opportunités et d’adopter de nombreuses solutions innovantes Cependant, elle n’est pas apparue remarquablement bien sur la cas arabe, relativement.-              Rapport de fréquentation académique pour les universités via Google Scholar : Le rapport montre l’énorme écart entre les universités arabes et leurs homologues occidentales, car aucune université arabe n’a été incluse dans le classement avant que plus de 300 universités ne soient passées dans le monde! L’Université King Saud d’Arabie saoudite se classe au 371e rang mondial.

  • Le rapport fondateur du contenu numérique arabe (Groupe d’auteurs, 2013) Le rapport indique que les estimations du contenu numérique arabe varient entre 3 % et 12 % par rapport au contenu numérique mondial, selon les estimations les plus basses et les plus élevées. La faiblesse du contenu numérique arabe est l’un des obstacles les plus importants auxquels sont confrontés la plupart des pays arabes dans la transition vers une société du savoir, ce qui fait du processus d’accès à un contenu numérique utile et riche un problème trébuchant pour l’utilisateur arabe. Cela incite cet utilisateur à s’orienter vers des cultures plus perméables à l’information, notamment la langue anglaise, qui commande son intérêt et son suivi.

Par rapport à ces indicateurs, les immigrants numériques arabes en sont encore aux premiers stades de la transition vers la société de la connaissance, tandis que nous constatons que les sociétés à la pointe de la technologie sont devenues des pays numériques habités par des natifs du numérique.

Il faut noter que le processus de transition vers une vie cyber peut être entaché de nombreux risques qui affectent toutes les sociétés du monde, et il faut s’attendre aux éventuels effets négatifs d’une dépendance excessive à la machine qui n’est pas forcément utilisée avec modération. En conséquence, il faut non seulement des stratégies pour se transformer en une société de la connaissance, mais aussi des stratégies qui traitent de l’impact de la technologie numérique à tous les niveaux.

  • Le défi du marché du travail dans la société de la connaissance :

On a beaucoup discuté de la contribution du numérique à la cristallisation d’une nouvelle forme d’économie mondiale qui transcende les contraintes du capitalisme, ou que son apport n’est qu’un renouvellement du capitalisme industriel sous une forme innovante de « capitalisme informationnel » selon Castles (castlls, 1996).

Où le capitalisme de l’information a préservé la propriété privée, la marchandisation, les marchés libres et stimule la consommation, ce qui montre que le changement qui s’est produit a affecté la forme et la pratique, et non l’essence du capitalisme, selon Christopher May (may, 2022) par exemple, dans le sens où le modèle économique n’est pas passé du capitalisme à un autre système, mais plutôt d’une économie basée sur les ressources dans le processus d’industrialisation à une économie basée sur la connaissance et ses applications.

 Dans ce nouveau modèle économique, qui place le savoir et l’information à la place des ressources productives, la nature du travail et le marché varient, et de nouveaux indicateurs économiques s’imposent, qui doivent être disponibles pour que les sociétés suivent le rythme des nouvelles transformations économiques. Certaines de ces indications sont :

  • La croissance des produits et services d’information (marchandise de la connaissance).
  • S’appuyer sur le numérique dans les transactions commerciales et financières (commerce numérique).
  • La forte demande de main-d’œuvre spécialisée dans le domaine numérique (travailleurs de la connaissance).
  • Donner la priorité à l’enseignement technique pour fournir des travailleurs qualifiés et spécialisés (formation continue).
  • Restructuration du travail pour répondre aux besoins du marché de la connaissance (émergence de nouveaux métiers).
  • Travailler sur la recherche et le développement pour assurer la compétitivité (la vision du gouvernement).
  • L’émergence d’«inégalités numériques» entre ceux qui se développent et suivent une formation continue, et ceux qui possèdent certaines compétences et s’arrêtent à leurs limites (l’écart de différenciation).

En examinant rapidement ces indicateurs, nous constatons que la possibilité d’atteindre tout ou partie d’entre eux est liée à la mesure dans laquelle la technologie numérique améliore la politique économique d’un pays spécifique. Ces indicateurs permettent de catégoriser les pays entre les pays qui s’inscrivent dans l’économie de la connaissance et d’autres qui sortent du cadre de cette économie.

 Cependant, en ce qui concerne le dernier indicateur (les disparités numériques), force est de constater que la question ne concerne plus seulement les sociétés, mais concerne plutôt, dans une large mesure, les individus eux-mêmes. De nombreuses personnes appartenant à des sociétés en développement, ou au « quart monde », comme l’a dit Manuel Castells, ont surpassé leurs sociétés en acquérant des compétences technologiques et en réalisant des réalisations au-delà de leur pays.

La société de la connaissance a permis aux individus de réaliser leurs ambitions et de révéler leurs innovations dans une économie ouverte qui embrasse les idées et les esprits innovants. C’est un enjeu très important, surtout avec l’essor des petites ou moyennes entreprises productrices d’industries technologiques, qui constituent l’esprit de leadership, de créativité et d’innovation.

De là, de nouvelles spécialisations ont émergé auxquelles la jeunesse arabe doit prêter attention pour parvenir à la différenciation numérique, qui est la condition de base dans la société de la connaissance. Cette société a, dans une large mesure, modifié la nature et la structure du travail en fonction des exigences qui sont entrées dans l’intimité de l’ère numérique.

L’économie numérique est cette forme flexible qui a modifié la structure de l’emploi et du travail. Le travail est devenu non institutionnel, et n’est plus lié à un temps de travail précis, ni à un métier qui dure toute une vie, mais est devenu un travail centré sur l’individu, à temps partiel et temporaire, et avec un soi non spatial. un emploi qui dépasse les limites reconnues de l’établissement pour atteindre n’importe quel établissement dans le monde ; Des millions d’emplois sont disponibles pour tout individu via des sites Web tels que « Upwork », ou une communication directe avec les employeurs pour contracter des emplois en ligne via des forums de micro-entreprises tels que « Cloud factory » ou « Mobile Works » qui répartissent l’emploi dans diverses régions géographiques. La taille de ces entreprises a considérablement augmenté après la pandémie de Corona, et cela a également représenté une opportunité pour beaucoup de travailler de l’intérieur de leur pays pour compenser les crises financières que traversent leurs pays, comme le Liban, par exemple.

C’est ce qui nous fait parler d’internationalisation de l’enseignement supérieur, qui est « le processus d’intégration de la dimension internationale, culturelle ou mondiale dans l’objet, la fonction ou la prestation de l’enseignement postsecondaire »(knight, 2003).

Les principales composantes de l’internationalisation de l’enseignement supérieur sont : la concurrence mondiale pour les talents, le recrutement d’étudiants internationaux, le développement de branches internationales, d’étudiants et de personnel, les programmes d’échange d’universitaires, l’internationalisation des programmes d’études et les partenariats régionaux et internationaux de recherche et d’éducation entre les établissements et au niveau institutionnel. Tout cela aboutit à la réalisation d’un monde plus démocratique et égalitaire, faisant de l’enseignement supérieur un moyen d’augmenter les profits, de répondre aux exigences du système capitaliste mondial et d’élargir les expériences académiques des étudiants et du personnel académique.

De ce point de vue, il y a de nouvelles spécialités que le marché mondial exige, après l’ouverture du marché du travail à toute personne possédant les compétences de l’ère numérique. Pour cette raison, les universités arabes en particulier doivent prêter attention aux spécialisations dont la jeunesse arabe a besoin pour le marché mondial; D’autant que la production d’esprits qualifiés à cette époque limitera la fuite des cerveaux, car la présence physique de l’individu n’est plus nécessaire du fait de la flexibilité du lieu.

Il faut noter que l’absence de certaines de ces spécialisations dans les universités arabes constitue un obstacle pour la jeunesse arabe qui l’empêche d’offrir l’opportunité de s’intégrer dans l’économie de la connaissance. Par conséquent, une vision renouvelée des majors dans les universités arabes est nécessaire pour construire un nouvel esprit arabe et éviter à des milliers de jeunes arabes de se retrouver au chômage en raison d’une mauvaise planification ou de l’absence de stratégies futures.

Parmi ces compétences principaux :

  1. Analyste de données (Data Analyst): est l’une des disciplines les plus demandées, car le spécialiste dans ce domaine collecte, traite et analyse les données de manière statistique. Il travaille également à l’élaboration d’une stratégie de données basée sur la stratégie de l’organisation, qui considère les données comme un atout important.
  2. Information Protection (Cyber ​​​​Security) : La spécialité de la protection de l’information est vitale et renouvelable. C’est une science en soi, et elle a ses différentes branches qui sont aussi des sciences en soi, notamment : la sécurité des réseaux, la programmation sécurisée, les pouvoirs de contrôle, le piratage éthique, la sécurité des bases de données, la sécurité des systèmes d’exploitation et la sécurité des sites Web. Elle participe également avec plusieurs disciplines à travers d’autres sciences qui les combinent, notamment: la sécurité des informations de santé, la sécurité physique, l’empreinte biométrique électronique, la sécurité des transactions financières, la fraude financière électronique, la criminalistique numérique…
  3. L’internationalisation juridique (Internationalization) : Une des nouvelles disciplines qui travaille à répondre aux problèmes juridiques résultant des usages de l’ère numérique ; Cette époque a imposé une compréhension plus large des lois d’autres cultures transnationales, ce qui a conduit à l’internationalisation de l’éducation juridique. Un spécialiste du droit futur ne peut pas travailler dans son cadre national limité, car la plupart des transactions, crimes et affaires du monde sont devenus dans le cadre mondial.
  4. Programmation d’applications mobiles / développement Web (Mobile Apps/ Web Development) : c’est l’une des compétences de base et requises sur le marché du travail local et mondial, et c’est le développeur Web ; C’est l’une des spécialisations qui permettent à ses travailleurs de travailler de manière indépendante et à un salaire relativement élevé. La programmation est l’une des disciplines à la croissance la plus rapide, qui ouvre plus d’opportunités, notamment grâce à sa connexion à toutes les plateformes numériques, telles que les ordinateurs, les téléphones mobiles, divers appareils intelligents, les réseaux sociaux, etc..
  5. Impression 3D (3D Printing): L’une des disciplines qui ouvrira des perspectives d’avenir à l’ère numérique est la technologie de fabrication additive via une imprimante 3D. Cette imprimante a ouvert la voie à une nouvelle forme de fabrication grâce à l’impression 3D en ajoutant plusieurs couches minces d’un certain matériau ou de plusieurs matériaux différents, et en empilant les couches de matériau les unes sur les autres, jusqu’à ce que la forme de corps souhaitée soit terminée. Il est utilisé dans de nombreux domaines, notamment la mode, la conception de bijoux, le divertissement, l’aérospatiale, l’ingénierie et la médecine. On s’attend à ce que cela révolutionne tous les niveaux de la vie humaine à l’avenir.
  6. Énergie renouvelable (Renewable Energy) : C’est l’une des disciplines qui étudie comment tirer parti des sources d’énergie naturelles telles que le vent, l’eau et le soleil. Il ouvre le marché du travail à son propriétaire dans les agences réglementaires et gouvernementales, les compagnies d’énergie et d’électricité, ainsi que dans le domaine du conseil, du marketing, de l’éducation et de la recherche.
  7. Planificateur financier (Financial Planner) : Le domaine de la planification financière est l’une des disciplines importantes dans le monde de la finance et des affaires. Ce métier oblige son titulaire à se spécialiser dans les domaines de la planification financière, de la fiscalité, des assurances et de la planification immobilière, et doit compléter son expérience par des programmes de formation continue pour maintenir ses certificats, et intégrer les techniques de la planification financière et du numérique. Le planificateur financier contribue à organiser et à contrôler l’argent, et à établir des plans futurs, reliant le présent au futur.

Certes, la question ne s’arrête pas aux limites de ces compétences, mais c’est plutôt un exemple pour clarifier la forme de la nouvelle économie basée sur les ressources de la connaissance, qui a besoin de politiques gouvernementales rationnelles de la part des pays arabes, afin d’assurer l’efficacité de son existence de manière égale et non dépendante.

  • Des expériences mondiales à imiter

Plusieurs pays, comme la Chine, l’Inde, le Japon, la Corée du Sud, Singapour et la Malaisie… ont franchi des étapes éminentes dans le processus de transition vers une société de la connaissance ; Ces pays ont profité de leurs caractéristiques démographiques représentées par la composante jeunesse et une classe moyenne en croissance, afin de promouvoir les industries créatives et de jouer un rôle de leader dans l’économie de la connaissance.

Ces pays se sont appuyés sur des stratégies pratiques transmises à la société de la connaissance et sur l’obtention de classements élevés dans l’indice de l’économie de la connaissance. Nous pouvons passer en revue certaines expériences, par exemple :

  1. Inde : Après son indépendance en 1947, l’Inde a adopté le système économique socialiste, l’État gérait les secteurs économiques avec une politique d’austérité et d’isolement de l’économie mondiale (Jawaharlal Nehru, Mahatma Gandhi) ; Cependant, cette politique s’est répercutée négativement sur la société indienne, où près d’un quart de sa population vit aujourd’hui sous le seuil de pauvreté.

Après 1991, l’Inde a adopté une économie libre, un système libéral et l’encouragement des investissements étrangers (Manmohan Singh), ce qui l’a mise sur la voie qui l’a transformée en l’une des principales puissances économiques du monde. L’économie indienne a progressé de 8,2 % en glissement annuel au deuxième trimestre de 2018 (Trading Economis, 2022).

L’économie indienne devrait dépasser ses homologues britanniques et français pour devenir la cinquième en 2020 et la troisième en 2030.

Les services des technologies de l’information et de la communication sont considérés comme l’un des piliers les plus importants de l’économie indienne, car le montant du secteur des technologies de l’information et de la communication s’élevait à 167 milliards de dollars, employant environ 4 millions de personnes selon l’année 2018. On s’attend à ce que les ventes de ce secteur va croître pour atteindre 350 milliards de dollars en 2025 (India Brand Equity Foundation , 2022).L’Inde a également accordé une grande attention au domaine de la recherche scientifique, la plaçant au cinquième rang au niveau international (Scimago Institutions Ranking, 2022).

L’Inde a renforcé son système démocratique, malgré toutes les difficultés liées à la taille de la population, à la diversité ethnique, religieuse et culturelle et à son nouveau système économique. Cela l’a aidée à promouvoir le développement économique et social. L’Inde se caractérise également par un système judiciaire fort, qui lui a permis de lutter contre la corruption et d’accorder à la gouvernance une forme importante de transparence et de bonne gouvernance.

Ainsi, nous concluons que le recours de l’Inde à une vision gouvernementale bien définie basée sur une économie libre et encourageant l’investissement, l’éducation, le développement de la recherche, la construction d’un modèle démocratique et d’un système judiciaire strict lui a permis de se transformer en une société de la connaissance.

  1. Corée du Sud : La Corée du Sud est considérée comme un modèle pour les pays pauvres qui, grâce à la promotion du développement économique, ont pu passer au rang des pays développés. Et parce qu’il fait partie des pays qui ne possèdent pas de ressources naturelles, sa transition vers une économie de la connaissance est devenue un enjeu purement stratégique, car c’est une économie qui dépend des ressources de la connaissance et des capacités humaines. La Corée du Sud a élaboré un certain nombre de plans de développement basés sur le principe du travail d’équipe, de l’éducation et de l’innovation. C’est l’un des rares pays à avoir ajouté un “ministère de l’économie fondée sur la connaissance” au sein de son gouvernement.

Dans son expérience de développement économique, la Corée du Sud est passée par trois étapes : La première étape était 1962-1980 dans laquelle le développement était basé sur le principe de l’industrialisation. La deuxième phase 1981-1998 dans laquelle le développement reposait sur l’économie du capital. La troisième étape, 1999-2018, a vu un développement basé sur l’économie de la connaissance.

La Corée du Sud est rapidement devenue un leader mondial dans le domaine des technologies de l’information et de la communication, devenant le premier producteur mondial d’écrans, de semi-conducteurs et de puces mémoire, et le deuxième producteur mondial de navires ; Alors que le secteur des services y représente le pourcentage le plus élevé du PIB, environ 57% du PIB.

Son économie se classe au premier rang mondial en tant qu’économie la plus innovante au monde et au premier rang pour l’activité en matière de brevets.

Il se classe également au deuxième rang en termes d’intensité de recherche et de développement, avec un budget équivalant à environ 91 milliards de dollars, selon les données de l’OCDE dans la balance économique (OECD, 2022).

Il est donc nécessaire de tirer les leçons de cette expérience pionnière, et de bénéficier des efforts déployés par son gouvernement pour accélérer le processus de transition vers une économie de la connaissance en misant sur un système éducatif avancé et une vision gouvernementale rationnelle, car le système éducatif en Corée du Sud se distingue par son adaptation rapide aux technologies de l’information et de la communication et l’adoption de ses systèmes à tous les niveaux de l’enseignement scolaire et universitaire qui vise à atteindre quatre objectifs : la pensée critique, la résolution de problèmes, l’action conjointe et la communication. Les logiciels sont également enseignés dans le but d’améliorer la pensée computationnelle.

Quant aux efforts du gouvernement, il a travaillé depuis le début des années 1990 pour intégrer la société à la technologie numérique, et à cette fin, l’Agence coréenne pour les opportunités et la promotion numériques (KADO) a été créée pour promouvoir l’accès à Internet dans toutes les régions, en particulier les zones rurales, et offrir une formation sur les connaissances numériques Pour tous les groupes d’âge afin d’atteindre 10 millions de personnes en préparation à la transformation numérique.

Les futurs efforts du gouvernement coréen visent à promouvoir les villes intelligentes et l’Internet des objets, ainsi qu’à diffuser la cinquième génération d’Internet avant tout autre pays, car il constitue l’infrastructure de la quatrième révolution industrielle.

Il est clair que la Corée du Sud s’est pleinement préparée à diriger la cinquième génération et les villes intelligentes, et à exporter ses connaissances vers tous les pays développés et en développement.

Conclusion

A travers ces deux expériences, nous concluons que les mécanismes de transformation vers une société de la connaissance nécessitent les actions de base suivantes :

  • Développement de l’infrastructure de l’information : c’est-à-dire la diffusion des technologies TIC, telles que les ordinateurs, les lignes et réseaux de télécommunication et les fibres optiques.
  • Investir dans l’éducation : en promouvant l’éducation à tous les stades selon des programmes qui simulent les changements technologiques et touchent toutes les tranches d’âge et toutes les zones urbaines et rurales
  • Développer la créativité : grâce aux systèmes nationaux d’innovation
  • Bénéficier des investissements étrangers : en promouvant les industries tournées vers l’exportation

Ainsi, un certain nombre de pays arabes ont suivi cette voie, notamment les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et le Qatar ; Cependant, ce que la transformation en une société de la connaissance exige, ce n’est pas seulement le développement technologique, mais le développement de l’esprit arabe et lui ouvrir des horizons, afin de voir un homme arabe mondial et pionnier comme il l’était dans des époques précédentes.

Liste Bibliographique

– Christopher May. The Information Society: A Sceptical View.Cambridge : Policy, 2002.

– Groupe d’auteurs. le rapport fondateur du contenu numérique arabe, Beyrouth, Arab Thought Foundation, 2013.https://spectrum.ieee.org/tech-talk/telecom/internet/popular-internet-of-things-forecast-of-50-billion-devices-by-2020-is-outdated

– India Brand Equity Foundation . [Online] June 2018. . [Cited: Mars 28, 2022.] https://www.ibef.org/download/IT-ITeS-Report-June-2018.pdf

– Jane Knight.” Updated Defintion of Internationalization”, International Higher Education . Vol. 33,2003.

– Manuel Castells.The Rise of the Netork Society. Oxford: Blackwell,1996.

– Mark Prensky.”Digital Native,Digital Immigrants”, On The Horizon, Vol. 9, October 2001, MCB University Press.

– Organisation for Economic Cooperation and Development OECD. [Online] 2017. [Cited: Mars 28, 2022.] https://data.oecd.org/rd/gross-domestic-spending-on-r-d.htm.

– Rapport du Conseil des droits de l’homme, vingtième session, 31e session, Nations Unies, 2012.

– Sacha Vincent, Soumitra Dutta, and Bruno Lavin. The Global Innovation Index 2021: Innovation Feeding the World . World Intellectual Propenty Organization (WIPO) and INSEAD. The Business School of the World and Cornell,2021.

– Scimago Institutions Ranking. [Online] 2017. [Cited: Mars 28, 2022.]  https://www.scimagojr.com/countryrank.php?year=2017.

– Siliga Baller, & Dutta, Soumitra & Lanvin, Bruno. 2016. The Global Technology Report 2016: Innoviting in The Digital Economy, World Economic Forum and INSEAD, The Business School of the World, Geneva.

– Trading Economis. Trading Economis Web Site. [Online] 2018. [Cited: Mars 28, 2022.] https://tradingeconomics.com/india/gdp-growth-annual.

– Trading Economis.Trading Economis Web Site [Online] 2018. [Cited: Mars 28, 2022.] https://tradingeconomics.com/south-korea/gdp-growth

TRANSPARENT RANKING: Top Universities by Citations in Top Google Scholar profiles | Ranking Web of Universities: Webometrics ranks 30000 institutions

5/5 - (2 صوتين)

المركز الديمقراطى العربى

المركز الديمقراطي العربي مؤسسة مستقلة تعمل فى اطار البحث العلمى والتحليلى فى القضايا الاستراتيجية والسياسية والاقتصادية، ويهدف بشكل اساسى الى دراسة القضايا العربية وانماط التفاعل بين الدول العربية حكومات وشعوبا ومنظمات غير حكومية.

مقالات ذات صلة

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

زر الذهاب إلى الأعلى